C. Emmerich : L’hédonisme et la croix.

Résultats de recherche d'images pour « AC EMMERICH Profanation de l'Eucharistie. »L’hédonisme et la croix.

On gardait le silence sur la croix, sur le sacrifice et la satisfaction, sur le mérite et le péché, où les faits, les miracles et les mystères de l’histoire de notre rédemption devaient céder la place à de creuses «théories de la révélation », où l’homme-Dieu, pour être supporté, ne devait plus être présenté que comme « l’ami des hommes, des enfants, des pécheurs », où sa vie n’avait de valeur que comme « enseignement », sa Passion comme « exemple de vertu », sa mort comme « charité » sans objet ; où l’on enlevait au peuple croyant l’ancien catéchisme qu’on remplaçait par des « histoires bibliques » où le manque total de doctrine devait être voilé sous « un langage naïf à la potée de toutes les intelligences » ; où les fidèles étaient forcés d’échanger leurs livres de piété, leurs vieilles formules de prière et leurs anciens cantiques contre des productions de fabrique moderne aussi mauvaises et aussi impies que celles par lesquelles ont cherchait à remplacer le missel, le bréviaire et le rituel. (A.I.415)

Ce n’était pas seulement pour les incrédules et les ennemis de Dieu qui combattaient la sainte Église avec toutes les armes de la violence et de la ruse que la croix était une folie et un scandale, mais, à ne considérer que les hommes qui ne voulaient pas renier la foi en Jésus-Christ, on était effrayé du nombre de ceux qui comprenaient encore le témoignage du prince des apôtres : « Sachant que vous n’avez pas été rachetés par l’or et l’argent, choses périssables, mais par le sang précieux du Christ, comme par celui d’un Agneau sans tache. » (A.I.415)

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.