Qu’as-tu fait de ta vie ?

Résultats de recherche d'images pour « NDE…) nde »

Qu’as-tu fait de ta vie ?

(George Ritchie raconte son expérience NDE…)

Résultat de recherche d'images pour "FRISE FLEURS MYRIAMIR"

« … je regardai, stupéfait, tandis que la lumière augmentait encore, venue de nulle part, paraissant briller partout en même temps. Toutes les lampes de la section n’auraient pu fournir une telle luminosité. Et toutes les lampes de l’univers pas davantage ! C’était une lumière incroyable : comme si un million de lampes à souder s’étaient embrasées en même temps.

Dans mon étonnement, me vint une pensée prosaïque dont l’origine était probablement une lecture de biologie à l’université : « j’ai de la chance de ne pas avoir d’yeux naturels : cette lumière m’aurait détruit la rétine en 1/10e de seconde. »

Non. Je me corrigeai : ce n’était pas la lumière. C’était LUI. Il était trop brillant pour qu’on puisse le regarder en face. Je voyais alors que ce n’était pas de la lumière mais un Homme qui était entré dans la pièce, ou plutôt un Homme fait de lumière, quoique cela n’ait pas paru plus concevable à mon esprit que cette incroyable intensité d’éclat qui composait Sa personne.

Au moment où je m’aperçus de sa présence, un ordre se forma de lui-même dans mon esprit : « Debout ! » Les mots venaient du dedans de moi, et cependant ils possédaient une autorité que mes pensées n’avaient jamais eue. Je me mis sur pied et, pendant que je me levais, me vint cette prodigieuse certitude : « Tu es en présence du Fils de Dieu. »

A nouveau, l’idée paraissait se former au-dedans de moi, mais ce n’était pas un raisonnement spéculatif. C’était une sorte de connaissance, immédiate et complète.

J’appris d’autres choses à Son sujet. D’abord : il était l’Etre le plus totalement viril que j’aie jamais rencontré. S’Il était le Fils de Dieu, Son nom était Jésus … Par-dessus tout, avec la même certitude intérieure mystérieuse, je sus que cet Homme m’aimait. Plus encore que la puissance, ce qui émanait de cette Présence était un amour inconditionnel. Un amour surprenant. Un amour situé au-delà de mes rêves les plus fous. Cet amour connaissait tout ce que j’avais fait de désagréable : les querelles avec ma belle-mère, mon caractère explosif, les rêveries érotiques que je ne pouvais contrôler, toutes mes pensées et mes actions basses et égoïstes depuis le jour où j’étais né. Il m’aimait cependant et m’acceptait… (George Ritchie voit alors toute sa vie défiler devant lui…) …

Chaque détail de ces vingt années d’existence était là pour être vu. Le bon, le mauvais, les points forts, les fuites. Avec ce spectacle qui englobait tout, se posait une question : elle était implicite dans chaque scène et, comme les scènes elles-mêmes, paraissait provenir de la Lumière vivante à côté de moi : « Qu’as-tu fait de ta vie ? » A l’évidence, ce n’était pas une question dans le sens où Il cherchait une information : ce que j’avais fait de ma vie apparaissait en pleine vue. En tous cas, ce rappel général, parfait et détaillé, venait de Lui et non de moi. Je n’aurais pu me souvenir du dixième de ce qui était là jusqu’à ce qu’Il me le montrât. …

« Qu’as-tu fait de ta vie que tu puisses me montrer ? » J’avais déjà compris que dans mes efforts frénétiques pour formuler une réponse impressionnante, j’avais complètement raté mon objectif : Il ne me demandait pas des réalisations et des brevets. La question, comme tout ce qui venait de lui, avait trait à l’amour : combien astu aimé au cours de ta vie ? As-tu aimé les autres comme je t’aime ? Totalement ? Inconditionnellement ? »

(Témoignage de George RITCHIE dans Retour de l’au-delà, extraits des pages 64 à 72, voir fiche bibliographique en fin d’ouvrage).

Résultat de recherche d'images pour "FRISE FLEURS MYRIAMIR"

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.