Méditation avec le Combat Spirituel de Laurent Scupoli

Résultats de recherche d'images pour « Laurent Scupoli »Comment nous devons nous préparer à la communion, si nous voulons qu’elle nous excite à l’amour de Dieu ?

(…) Quand approche le temps de communier, considérez quel est celui que vous allez recevoir.

C’est le Fils de Dieu, celui dont la majesté souveraine fait trembler les cieux et toutes les vertus des cieux. C’est le Saint des saints, le miroir sans tache, la pureté incompréhensible, en comparaison de laquelle toute créature est souillée. C’est celui qui, devenu semblable à un ver de terre et confondu avec la lie du peuple, a voulu par amour pour vous être rebuté, foulé aux pieds, tourné en dérision, couvert de crachats et attaché à la croix par la malignité et l’injustice du monde.

Vous allez, dis-je, recevoir ce Dieu qui tient dans sa main la vie et la mort de l’univers entier. Considérez d’un autre côté que de vous-même vous n’êtes rien, et que par le péché, vous vous êtes volontairement ravalé au-dessous des êtres les plus vils et les plus immondes, et rendu digne d’être à jamais l’opprobre et le jouet des esprits infernaux. Qu’au lieu de témoigner à Dieu votre reconnaissance pour les immenses et innombrables bienfaits qu’ils vous a accordés, vous avez, en suivant vos caprices et vos passions, méprisé ce Maître si grand et si plein d’amour, et foulé aux pieds son sang précieux.

Que dans sa charité persévérante et son immuable bonté, il vous invite néanmoins à vous approcher de sa Table sainte, qu’il vous y oblige même sous peine de mort. Il ne vous refuse point l’accès de sa Miséricorde, il ne se détourne point de vous, bien que par nature vous soyez couvert de lèpre, boiteux, hydropique, aveugle, possédé du démon, et que vous vous soyez livré à toutes les débauches. Tout ce qu’il demande de vous, c’est : Premièrement, que vous vous repentiez de l’avoir offensé.

Deuxièmement, que vous haïssiez par-dessus toute chose le péché, mortel et véniel.`

Troisièmement, que vous vous teniez étroitement uni à sa volonté sainte, par l’affection toujours, et par les effets quand il vous intimera ses ordres.

Quatrièmement enfin, que vous espériez avec une ferme confiance qu’il vous pardonnera vos offenses, effacera vos souillures et vous défendra contre tous vos ennemis.

Ainsi fortifié par la pensée de l’amour ineffable que vous porte votre divin Sauveur, vous vous approcherez de la Table sainte avec un respect mêlé de crainte et d’amour.

Seigneur, lui direz-vous, je ne suis pas digne de vous recevoir, parce que je vous ai si souvent et si grièvement offensé, et que je n’ai pas encore pleuré mes fautes comme je dois le faire. Seigneur, je ne suis pas digne de vous recevoir, parce que je ne suis pas pur de toute attache au péché véniel. Seigneur, je ne suis pas digne de vous recevoir, parce que je ne me suis pas encore donné sincèrement à votre amour, à votre volonté, et à l’entier accomplissement de vos ordres. Ô Dieu tout-puissant et infiniment bon, je vous en conjure au nom de votre bonté et de vos promesses, rendez-moi digne de vous recevoir avec foi et amour.

Aussitôt après la communion, recueillez-vous dans le secret de votre cœur et, oubliant toute chose créée, entrenez-vous avec votre divin Sauveur en ces termes, ou autres semblables.

Ô Roi du ciel, qui donc vous a fait descendre en moi qui ne suis qu’une créature misérable, pauvre, aveugle et dénuée de tout ? (…)

Source : Le Combat Spirituel de Laurent Scupoli, Edition de 1895

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.