François a bien un plan … ce plan que tout le monde connaît est celui des “magouilleurs” de Saint-Gall

Capture d’écran 2017-01-01 à 09.23.14

Dimanche, 1er janvier 2017. Les propos du P. Spadaro sur le Pape François (voir ci-dessous) ont fait réagir une internaute. Elle nous a envoyé le message suivant :

« Je ne crois pas un mot de ce que dit le P. Spadaro. François a bien un plan : ce plan est celui qui est rabâché depuis quarante ans par les progressistes ; ce plan que tout le monde connaît est celui des “magouilleurs” de Saint-Gall (les cardinaux Francs-Maçons Daneels, Kasper et compagnie…. ainsi que des prélats de France) qui ont trouvé en Jorge Bergoglio l’homme qui leur fallait. Tout ce que fait François est donc prévisible : c’était même écrit avant 2013.

C’est le programme de Küng, de Schillebeeckx, de Boff et, plus près de chez nous, de NN.SS. Rouet, Noyer, Doré, Fonlupt… de tous ces progressistes qui se sont réveillés avec Vatican II.

Le Pape François n’a rien d’un novateur ou d’un prophète inspiré : il ne fait qu’appliquer, sans en avoir trop l’air, pour que la ficelle ne soit pas trop grosse, ce que le monde et les zélateurs du monde lui dictent.

Le P. Spadaro veut répondre à ceux qui perçoivent la stratégie qui a cours et qui s’appuie sur la machinerie médiatique permettant faire passer ce Pape pour le premier ami des pauvres et des affligés (comme si ses prédécesseurs avaient été indifférents à la misère humaine !) Le P. Spadaro veut nous faire croire que François se laisse guider au jour le jour par “les surprises de l’Esprit”, selon l’expression préférée du Pape.

Le Pape François a bien un plan. Mais en revanche, ce qu’il ne semble pas avoir, c’est le discernement et la culture lui permettant d’évaluer les conséquences de ce qu’il dit et fait. Il donne souvent l’impression de jouer à l’apprenti sorcier, comme s’il ne connaissait rien à l’histoire de l’Eglise, et s’étonne ensuite de ne plus maîtriser la situation, comme en ce moment où chaque diocèse croit et fait ce qu’il veut selon ce qui était voulu par la “mafia de Saint-Gall”. Sa parade est toujours la même et tient en quatre points : une rage sourde et vindicative contre ceux qui contrecarrent son plan ; le refus d’écouter et de parler clairement ; des accusations tous azimuts contre des membres de l’Eglise ; des propos qui plaisent au monde séculier.

J’ajoute une chose très drôle, si l’on peut dire. Au début, François ne se désignait jamais comme Pape tant était extraordinaire son humilité ; mais maintenant qu’il ne sait plus comment s’en sortir , il n’arrête pas de dire avec colère : “C’est moi le Pape !” »

 

NOUVEAU Dimanche, 1er janvier 2017. L’islam est une religiosité plurielle se basant plus sur des pratiques rituelles que sur une foi. Ces pratiques rituelles ne constituent pas une liturgie : il n’existe pas de liturgie dans l’islam et parler de “lieu de culte” n’a aucun sens.

Le protestantisme est un appel à faire partie d’une communauté choisie où la foi a plus d’importance que les pratiques rituelles. Dans le protestantisme, la liturgie n’existe que sous la forme d’une structure minimalisme que chaque communauté est libre d’habiller comme elle le veut dans le respect des opinions et des sentiments de chaque fidèle.

Le catholicisme est une religion où la liturgie et la foi vont de pair : les rites clairement déterminées par l’Eglise constituent la liturgie qui, en même temps qu’elle exprime et transmet de façon objective la foi reçue des Apôtres, nourrit et affermit la foi des fidèles.

Source : http://www.proliturgia.org/

 

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.