Le journal USA « The Remnant » : Il faut résister au pape François

Cher lecteurs

J’ai fait traduire cette vidéo très importante de l’anglais au français.

C’est le responsable du journal catholique « The Remnant » qui parle dans cette vidéo anglaise que vous trouverez au bas de cette page.

Votre Administrateur

Résultats de recherche d'images pour « the remnant newspaper »

Voici la traduction de la vidéo :

Bonjour Mesdames et Messieurs, c’est Matthew Matt caché ici dans les Catacombes. Le Vatican est dans les manchettes cette semaine et les choses vont de mal en pis. On peut dire que le Vatican n’est plus sous la charge de ceux qui sont des catholiques pratiquants. Je sais que cela semble ridicule mais il semble qu’on en est rendu à ce point. Je ne suis plus certain de ce qu’ils sont. Leur catholicité demeure de plus en plus suspecte jour après jour. Je ne sais pas comment décrire ce qu’ils font avec notre Eglise excepté qu’ils sont en train de mener l’Eglise à un point où elle n’est plus catholique. Mais, Dieu merci, nous ne sommes pas les seuls.

Depuis cinquante ans nous ne sommes pas les seuls, non seulement nous, de la fin des temps, mais aussi les traditionnalistes sommes plus ou moins seuls, tentons d’indiquer qu’il y a quelque chose qui va terriblement mal dans l’Eglise. Ceci a enfin trouvé une fin à cause de François, pas seulement les restes qui rapportent tout ceci. Nous ne sommes pas les seuls à nous demander ce qui se passe avec le pontificat du Pape François.

Maintenant nous avons quatre cardinaux, Dieu merci, et même cinq, comprenant même le cardinal Pell qui semble donner son appui, et ces hommes s’opposent aux efforts du Pape François de permettre à des adultères publics de recevoir la communion. 

Le Pape veut permettre à des adultères publics de recevoir la communion !!!  On ne peut pas vraiment y croire, on doit se poser et y penser. Voilà ce qui en est maintenant, ce avec quoi on doit se battre. Dieu merci pour ces cardinaux (Burke et les trois autres), car ils sont dans un poste de direction dans l’Eglise; je crois qu’ils sont en train d’inviter d’autres personnes moins influentes à s’avancer. Nous avons donc maintenant plusieurs évêques qui appuient le Cardinal Burke et les trois autres cardinaux.

Le message est le suivant : « Il faut stopper François. »

Le célèbre Archevêque Athanase Schneider, par exemple, a donné en public son appui au Cardinal Burke cette semaine, et les quatre cardinaux, par leur voix prophétique, demandent une clarté doctrinale et pastorale; ils ont un grand mérite prenant en considération leur propre conscience et l’histoire, pour les nombreux catholiques de nos jours qui sont conduits à la périphérie ecclésiastique à cause de leur fidélité à l’enseignement du Christ au sujet de l’indissolubilité du mariage. Et le Vatican, qui ne cesse jamais de promouvoir l’importance et le sens du dialogue et de la tolérance avec tous et chacun et quiconque autre dans le monde qui est chrétien ou autre, ce Vatican ne veut rien à faire avec un dialogue quand il s’agit des quatre cardinaux. Ils ne veulent rien à faire quant à dialoguer avec ce groupe d’écclésiastiques fidèles à l’Eglise, qui ont une conscience bien formée, et leur défend de se retirer et d’attendre pour voir ce qui va arriver.

Car du Vatican, cette semaine, nous vient ce silence orageux, par le doyen de la Rote Romaine, le Cardinal Pinto, le chef en charge de la cour qui est responsable pour le mariage, qui avertit le Cardinal Burke, et ce du Vatican, cette semaine-même, pour avoir causé un scandale grave. Un scandale grave, alors qu’on permet à des adultères publics de recevoir la Sainte Communion sans repentir! Ceci n’est pas un scandale, mais pour un cardinal de poser des questions au sujet de changer les règlements à ce sujet?… et ceci selon le Vatican, va causer un grave scandale, car le cardinal fidèle ose élever la voix. Il soulève des questions, le cardinal n’accuse personne, il soulève des questions. Et François refuse de répondre.   Qu’en est-il du dialogue?   Qu’en est-il de l’Eglise qui accompagne? Où est le Vatican? L’Eglise qui accompagne s’occupe-t-elle des fidèles de l’Eglise qui ont des questions au sujet des choses qui se passent maintenant?

Le pape françois détruit tout. Je ne m’attends pas à ce qu’il fasse réparation, bien sûr, étant un moderniste dans l’Eglise, mais ce qu’il dit, est bien dans la ligne en accord avec Saint Thomas d’Aquin, et je cite : « En cas d’un danger imminent contre la foi, les prélats doivent être questionnés, même en public, par leurs sujets sur le danger; et les prélats en exemple d’humilité, ne doivent pas dédaigner une correction par ceux qui leur sont assujettis.

Le sujets sont un un exemple de zèle et ont la liberté de ne pas craindre de corriger leurs prélats, particulièrement si leur crime est public et borde sur un danger pour la multitude. » Et pensez-y un peu en fonction de ce que l’Eglise enseigne au sujet de l’autorité de ceux qui se sont égarés. Le Pape François, ignorant de répondre à ces hommes, avec tout le respect que je lui dois, ce refus de dialoguer avec ces cardinaux ne suggère-t-il pas de l’arrogance, impossible de réconcilier avec le Pape François, cet humble homme que l’on voit à la télévision?

Ce n’est pas le traditionnaliste en moi qui continue de parler ainsi. Des cardinaux, des évêques et grand nombre de prêtres posent des question et le Saint Père les ignore, refuse et pousse de l’avant, oubliant le scandale qui en ressort à cause de la manière dont il procède en cette matière. Après une entrevue dans l’avion avec la presse, dans lequel le Pape François a dit que le prosélitisme parmi le chrétiens est en lui-même un péché grave. Le Père Brian Harrison, qui a beaucoup d’expérience en a vraiment assez. Dans un message de la fin des temps.com,, il a reçu un message qui  se lit comme suit : «Ce serait difficile de concevoir  une remarque plus superficielle, plus puérile concernant les relations avec les autres dénominations religieuses chrétiennes. » Le Père Harrison dit : « Comment la papauté peut-elle sombrer plus profondément que ces remarques gratuites qui humilient l’office suprême de la papauté sur la terre, comme cela se fait   en assénant l’opposition, comme le ferait un fantôme, tout comme le ferait un étudiant au lycée .»

« Moi-même », dit le Père Harrison, «en tant qu’un converti du presbytérianisme, je suis devenu catholique afin de sauver mon âme. La foi catholique que j’ai, et que je professe depuis quarante-deux années, est le cadeau le plus précieux que j’aie reçue, et maintenant le chef de l’Eglise Catholique sur la terre me dit que ces catholiques, qui par le truchement de conversation personnelle et par arguments écrits m’ont toutes persuadé d’abandonner mon hérésie protesteante et embrasser la plénitude de la vérité révélée, commet par conséquent un péché grave. » Et le pape justifie par son écorchure des convertis par une explication insipide qui n’explique rien. Car il dit que cela contredit la dynamique comment on devient et comment on demeure chrétien. Combien de prédécesseurs de Saint Pierre doivent se dresser dans leur tombe à cause de tels commentaires.

« Ceci provient d’un pape et c’est inexpliquable, inexprimable, et c’est matière à cauchemar » nous dit le Père Harrrison.   Même si vous êtes d’accord avec le Pape François à ce sujet, vous devez admettre que la façon dont il procède pour traiter de cette matière est très destructive. Et lorsque ces paroles causent une telle réaction scandaleuse, tel que vous venez de le voir avec le Père Harrison, et ce venant de son propre prêtre, le pape doit les exposer de nouveau, il doit offrir une clarification, il doit offrir ses excuses pour le scandale causé envers ses prêtres, ses évêques et ses cardinaux. Au lieu de cela, il demeure silencieux, il refuse de leur répondre, Ceci est le cas d’un berger qui scandalise ses brebis. Et que doit on supposer : observer le silence seulement parce qu’il est le berger? Il semble que le berger ait dérapé de la piste en ce temps-ci.  

Alors, voilà où nous en sommes. Et en traitant de ceci, la grande majorité des fidèles catholiques réduits au silence, avec un catholicisme amenuisé, la vaste majorité de ces catholiques nous diraient de nous calmer. Ils diraient que le Cardinal Burke, Monseigneur Schneider, le Père Harrison, ont tous besoin de se calmer. Mais la question demeure : pour combien de temps devous-nous attendre, nous calmer; combien de temps devons-nous, catholiques fidèles, devons-nous éviter le scandale en laissant notre berger scandaliser le monde entier avec leurs actions, leurs déclarations et leur effort d’amenuiser la théologie ou encore de l’ignorer totalement?

Si ce n’est pas très grave maintenant, attendez au prochain synode à Rome lorsqu’ils accorderont aux unions homosexuelles la bénédiction papale. Ceci est ma prédiction. Et au-delà de ceci, je siégais sur place dans la salle l’an dernier et le Cardinal Peter Turcson a promis au corps de la presse qu’au synode de l’an prochain, les homosexuels, les lesbiennes et les unions des homosexuels seraient intégrés dans l’Eglise qui nous accompagne.   On peut le nier aussi longtemps qu’on le veut, mais comprenez ceci, il n’y a aucun précedent à ce qui se passe à Rome maintenant, aucun 

Il y a beaucoup de catholiques fidèles qui se trouvent liés en conscience de parler ouvertement contre ce qui se passe. Le Cardinal Burke en est un excellent exemple. Il fait cela pour le bien des âmes et pour l’intégrité de l’Eglise. Car nous faisons face à de sérieuses contradictions qui nous citent ce que l’Eglise enseignait il y a quelques années et ce que l’Eglise enseigne maintenant. L’Eglise ne peut pas se contredire. L’une des positions doit être la fausse, car l’une est en contradiction directe avec ce que l’ancienne Eglise enseignait. Mais on peut dire : « Non, mais vous savez, quiconque vit avec le pape meurt avec le pape ».ou « Rome a parlé, la question est résolue ».(….) Mais toutes ces choses présupposent que le pape défende la foi. « On ne peut pas critiquer le pape qui défend la foi pour aucune raison. » La question est de résister à ceci car cela peut mettre votre âme en danger. (Il faut donc résister au pape).

Mais lorsque le pape détruit la foi, quoi alors? Parce que Rome a parlé, est-on supposé de demeurer silencieux? Cela ne peut être correct. Foi et raison. La raison. Rappelez-vous que le catholicisme est raisonable dans son fondement. C’est pourquoi exhorter quelqu’un à suivre le Pape François après qu’il a contredit ses prédecesseurs en matière de foi et de morale est illogique et anti catholique. Cela ne peut être ainsi. « Si le pape » nous dit le grand théologien François Victoria, « voulait détruire l’Eglise,il ne devrait pas être permis de faire ainsi. On devrait être obligé de lui résister . La raison pour ceci est qu’il n’a pas le pouvoir de détruire. Donc, s’il est évident que c’est ce qu’il fait, il est de droit de lui résister. Le résultat de tout ceci est que si le pape détruit l’Eglise par ses ordres et actions, on peut lui résister et l’exécution de son mandat être prévenu ».

C’est là où nous en sommes, n’est-ce pas? Ce n’est pas facile. Personne ne se réjouit de cette situation. Il est difficile de faire face à ceci, En considérant tout ceci, on est perturbé et si on se refuse de considérer ce qui se passe, on est pas un bon catholique.   Ceci est très fâcheux pour tous les catholiques fidèles; ce qui se passe est que quelqu’un a pris possession de notre Eglise. Nous nous trouvons dans des eaux inexplorées de notre temps. Ceci pourrait bien être LE CHATIMENT car cela peut conduire à toutes sortes de doutes au sujet de l’Eglise, qu’elle puisse changer l’enseignement de base quant à la foi et à la morale. Si cela est vrai, quelle autres choses peuvent être mises en doute. Est-ce que l’Eglise est vraie? Est-ce que le Christ a vraiment fondé l’Eglise? Est-ce que Dieu existe, ultimement?   C’est là où on pourrait en aboutir, si cela n’est pas réprimé. C’est pourquoi nous sommes redevables aux princes de l’Eglise (Cardinal Burke et les trois autres) qui veulent réprimer tout ceci de notre temps.   On ne peut pas permettre à notre foi d’être bouleversée par ce qui se passe au Vatican. On doit se préparer par la prière si on veut survivre pendant les jours à venir. Cela ne veut pas dire que nous devenons vitrioliques et que tout le monde s’aventure sur l’internet et se vanter d’avoir tout compris : « Le pape François est l’Antipape, le pape François est un faux prophète ».

Comment pouvez-vous savoir? Eh bien, Victoria, le théologien, parle d’un pape qui tente de détruire l’Eglise, et pas d’un antipape. Voilà le génie luciférien de tenter de détruire l’Eglise. Là, à l’intérieur, le développement se fait de par l’intérieur de l’Église. Et ce n’est pas à nous de déserter l’Église; ce n’est pas si facile de simplement déclarer que c’est un antipape ou déserter l’Eglise. On ne peut pas se cacher et déclarer nos propres règles et commencer notre propre Eglise,et déclarer nous-mêmes des évêques et des papes. IL FAUT RESTER DANS L’EGLISE ET COMBATTRE DANS L’EGLISE. Il faut combattre pour Notre Mère l’Eglise qui été infiltrée par les ennemis de la foi. Nous ne sommes pas ici sur la terre pour sauver l’Église; c’est l’Eglise qui nous sauve . Notre devoir est de conserver la foi jusqu’à ce que Dieu intervienne pour sauver Son Église. Plusieurs hommes illustres ont résisté aux mauvais esprits dans l’Eglise au Vatican II, il y a 25 et 35 ans. Et le Cardinal Burke et autres cardinaux y résistent encore. Etant laïcs, nous savons que nous sommes sur un pied ferme. Quelque chose cloche et il nous faut demeurer forts et appuyer ceux qui y résistent en suivant les moyens appropriés.

Mettant de côté une attitude de supériorité de caractère et de connaissance, nous nous mettons entre les mains de Dieu et demandons à Notre Mère Marie d’être avec nous car les choses seront de plus en plus confuses. La vérité est que nous ne savons pas tout. Il y des mystères ici, il y a une guerre entre le bien et le mal. Personne ne peut tout expliquer, Mais en nous fiant à ce que nous savons comme catholiques, nous nous tournons vers le Dieu Tout-Puissant car c’est à Lui de faire le reste.

En conclusion, Saint Vincent de Lerri, un ambassadeur de l’Eglise, pendant les années du cinquième siécle nous dit : « Si quelque nouvelle contagion tente d’empoisonner non une petite partie de l’Eglise, mais toute l’Eglise, en même temps, elle prendra le plus grand soin pour se rattacher à l’Antiquité, qui ne peut se laisseer séduire par quelque nouveauté que ce soit ». Nous faisons maintenant face à une nouveauté, Mesdames et Messieurs. Priez ardemment pour le Pape François. Gardez vos enfants près de vous. Demeurez proche et gardez la Sainte Tradition maintenant plus que jamais. Ne nous oubliez pas………… Merci beaucoup et à la semaine prochaine.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.