Un complot contre Benoît XVI – Un groupe secret de prélats complotait en permanence

La Vierge Marie avait dit à Sulema qu’un complot était mené contre Benoît XVI

Résultats de recherche d'images pour « groupe saint gall »

 

***

Un groupe secret de prélats complotait en permanence

(Source :  )

C’est une affaire très étrange. Une biographie « autorisée » du cardinal belge Godfried Danneels vient de paraître ; elle a été écrite par deux de ses compatriotes du nom de Jürgen Mettepenningen et Karim Schelkens. Ces deux historiens et théologiens, racontent que ce personnage, ancien archevêque de Malines Buxelles et actuellement âgé de 80 ans, était un membre régulier d’un groupe de pression secret d’ecclésiastiques qui se retrouvaient dans la ville suisse de Sankt-Gallen. D’ailleurs le cardinal lui-même a publiquement admis le fait dans la bonne humeur.

Très libéral en matière de sexualité, Daneels était un opposant farouche au motu proprio Ecclesia Dei de Benoît XVI libéralisant l’usage de la messe traditionnelle dite tridentine. Ce groupe dit de Saint Gall créé par un obscur évêque du nom de Mgr Ivo Fürer en 1996, avait entre autres pour objet de neutraliser l’influence croissante du cardinal Ratzinger sur le point d’accéder au pontificat sous le nom de Benoît XVI. Il rassemblait secrètement la fine fleur progressiste des évêques et cardinaux. On y trouvait notamment l’inévitable Kasper, manipulateur du synode sur la famille. Ils complotèrent en permanence contre Benoît XVI. Il y avait aussi les cardinaux Lehmann (Allemagne), Hume (Britannique), Martini ultra-progressite lui-même « papabile ».  (Martini est celui qui a fait de la pression sur Benoît XVI pour qu’il démissionne)

Cette sorte de mafia sentait que Jean-Paul II était au bout du rouleau. Ils organisèrent la promotion du cardinal Bergoglio qui était en quelque sorte leur « champion ». Ils ratèrent leur coup, mais ne se considérèrent pas comme battus pour autant par l’élection de Benoît XVI en 2005. Toutefois,  Rome bloquera la nomination de Danneels à la présidence de la Conférence européenne des évêques de la même année.

Il va de soi que la démission de Benoît XVI en 2013 allait redonner le champ libre au groupe Saint Gall. Celui-ci prétendait en effet rapprocher l’Eglise du comportement des hommes ; en fait de celui d’une Europe devenue décadente. C’est alors que surgit le cardinal italien Silvestrini plus au fait des dessous du Vatican, stratégique et manoeuvrier.

L’élection du cardinal Bergoglio a été présentée par les médias comme une revanche des progressistes contre les conservateurs. De fait le cardinal Daneels la considèrera comme une «résurrection personnelle.» Il estime que les révélations de ce groupe secret par les deux auteurs du livre sont tout à fait exactes. Son existence était auparavant quasiment inconnu. Celui-ci se réunissait chaque année depuis 1996. Mais un journaliste écrira qu’il ne se réunissait plus après 2006. Qui croire ? Lui ou Danneels. Quoiqu’il en soit, ce dernier considère qu’il a réussi son coup, qu’il était un pionnier et a été le « faiseur du pape ». Il se vante d’avoir joué un rôle de premier plan dans la « modernisation de l’Eglise ». Il est bon de rappeler que dès 1980, il prônait un nouvel  « équilibre entre la loi et de la miséricorde. » Comme si l’Eglise avait une morale  évolutive.

Le résultat nous le connaissons. Ces gens tentent de modifier la doctrine de l’église concernant la famille, le mariage ; or celle-ci a été donnée de manière répétitive par Jésus lui-même. Elle est la morale naturelle la plus élémentaire que d’ailleurs le pape François a rappelé à l’ONU le 27 septembre. : « une loi morale inscrite dans la nature humaine, qui comprend la distinction naturelle entre homme et femme ». Mais ce qui compte ce ne sont pas les paroles mais les actes. Quels seront-ils durant le synode d’octobre ?

Jean-Pierre Dickès

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.