Les enfants dans le ciel

Ils sont enlevés au Ciel et sont donnés à des Anges du sexe féminin

Afficher l'image d'origineLes visions d’Emannuel Swedenborg (1688-1772)

Extrait du livre : Du Ciel (et de ses merveilles) et de l’Enfer, d’après ce qui a été entendu et vu (écrit en 1758 et traduit du latin)

DES ENFANTS DANS LE CIEL

Afficher l'image d'origine

C’est la croyance de quelques personnes, que les Enfants nés au dedans de l’Église seulement viennent dans le Ciel, et non ceux qui sont nés en dehors de l’Église;

elles donnent pour motif que les Enfants au dedans de l’Église ont été baptisés, et que par le baptême ils ont été initiés dans la foi de l’Église; mais elles ne savent pas que personne, par le Baptême n’obtient ni le Ciel ni la foi; car le Baptême est seulement pour signe et pour mémorial que l’homme doit être régénéré, et que celui qui est né au dedans de l’Église peut être régénéré, parce que là il y a la Parole où sont les Divins vrais par lesquels se fait la Régénération, et parce que le Seigneur Qui opère la Régénération y est connu.

Qu’on sache donc que tout Enfant, en quelque lieu qu’il soit né, soit au dedans ou en dehors de l’Église, soit de parents pieux ou de parents impies, est, quand il meurt, reçu par le Seigneur, et que dans le Ciel il est élevé, et instruit selon l’Ordre Divin, et imbu des affections du bien, et par elles des connaissances du vrai; et qu’ensuite, à mesure qu’il est perfectionné en intelligence et en sagesse, il est introduit dans le Ciel et devient Ange.

Quiconque pense d’après la raison, peut savoir que personne n’est né pour l’Enfer, mais que tous sont nés pour le Ciel; et que si l’homme va dans l’Enfer, c’est à lui-même qu’en est la faute, tandis que les enfants ne peuvent nullement encore être en faute.

Afficher l'image d'origine
Les Enfants qui meurent sont également enfants dans l’autre vie; ils ont le même caractère enfantin, la même innocence dans l’ignorance, la même délicatesse en tout; ils sont seulement dans un apprentissage afin qu’ils puissent devenir Anges, car les Enfants ne sont pas des Anges, mais deviennent des Anges:  quiconque, en effet, sort du monde est dans un état de vie semblable à celui où il était; le petit enfant dans l’état de petit enfant, l’enfant dans l’état d’enfant; l’adolescent, l’homme fait, le vieillard, dans l’état d’adolescent, d’homme fait, de vieillard, mais l’état de chacun est ensuite changé.

Toutefois, l’état des enfants l’emporte sur l’état des autres, en ce qu’ils sont dans l’innocence, et que le mal qui provient d’une vie actuelle n’a point encore été enraciné en eux, telle est l’innocence, que toutes les choses du Ciel peuvent y être implantées, car l’innocence est le réceptacle du vrai de la foi et du bien de l’amour.

Afficher l'image d'origine
L’état des Enfants dans l’autre vie est bien supérieur à l’état des enfants dans le monde, car ils sont revêtus, non pas d’un corps terrestre, mais d’ un corps semblable à celui des Anges.

Le corps terrestre est en lui-même pesant; ce n’est pas de l’intérieur ou du monde spirituel qu’il reçoit les premières sensations et les premiers mouvements,mais c’est de l’extérieur ou du monde naturel; aussi les enfants dans le monde doivent-ils apprendre à marcher, à faire des gestes et à parler, bien plus, leurs sens, comme la vue et l’ouïe, doivent s’ouvrir par l’usage;

il en est autrement des Enfants dans l’autre vie.

Comme ils sont des Esprits, ils agissent aussitôt selon leur intérieur, ils marchent sans que l’usage le leur apprenne, ils parlent de même, mais d’abord d’après des affections communes, qui ne sont pas encore distinguées en idées de pensées, mais bientôt ils sont aussi initiés à ces idées, et cela, parce que leurs extérieurs sont homogènes avec leurs intérieurs: que le langage des Anges découle d’affections diverses par les idées de la pensée, de sorte que leur langage devient absolument conforme aux pensées provenant de l’affection, on le voit ci-dessus.

Afficher l'image d'origineDès que les Enfants ont été ressuscités, ce qui arrive aussitôt après leur mort, ils sont enlevés au Ciel et sont donnés à des Anges du sexe féminin, qui, dans la vie de leur corps, ont aimé tendrement les enfants et en même temps aimé Dieu; comme dans le monde elles ont aimé tous les enfants avec une tendresse en quelque sorte maternelle, elles les reçoivent comme les leurs, et les Enfants aussi d’après le penchant insité en eux les aiment comme leurs mères: chacune a avec elle autant d’Enfants qu’elle en désire d’après son niveau (amour de progéniture) spirituel.

Ce Ciel (des enfants) apparaît sur le devant vis-à-vis du front, directement ‘dans la ligne ou le rayon par lequel les Anges regardent le Seigneur; là est situé ce Ciel, parce que tous les Enfants sont sous l’auspice immédiat du Seigneur; le Ciel de l’innocence, qui est le Troisième Ciel, influe aussi chez eux.

Les enfants sont de divers caractères; les uns ont le caractère des Anges spirituels, les autres celui des Anges célestes; (…)

Afficher l'image d'origine

Il sera dit aussi en peu de mots comment dans le Ciel les Enfants sont élevés:

Celles qui sont chargées de leur éducation leur apprennent à parler; leur premier langage est seulement un son d’affection, qui devient par degrés plus distinct, à mesure que les idées de la pensée entrent en eux; car les idées de la pensée provenant des affections constituent tout le langage Angélique.

Dans leurs affections, qui procèdent toutes de l’innocence, sont d’abord insinuées des choses qui apparaissent devant les yeux et qui sont agréables; et comme ces choses sont d’origine spirituelle, en elles influent en même temps des choses appartenant au Ciel, par lesquelles leurs intérieurs sont ouverts, et ainsi de jour en jour ils sont perfectionnés; après que ce premier âge est passé, ils sont transférés dans un autre Ciel, où ils sont instruits par des maîtres; et ainsi successivement.

Les Enfants sont instruits principalement au moyen de représentatifs appropriés à leur compréhension, et personne ne saurait jamais croire combien ces représentatifs sont beaux et en même temps pleins d’une sagesse venant de l’intérieur; c’est ainsi que par degrés leur est insinuée l’intelligence qui tire son âme du bien. (…)

Afficher l'image d'origineEnvironnement et vêtements

Il m’a été aussi montré comment tout leur est insinué par des plaisirs et des charmes qui conviennent à leur penchant; en effet, il m’a été donné de voir des Enfants vêtus avec la plus grande élégance; ils avaient autour de la poitrine des guirlandes de fleurs qui brillaient de couleurs ravissantes et célestes, et en outre ils en avaient autour de leurs tendres bras:

Il m’a été donné aussi une fois de voir des Enfants avec leurs Gouvernantes, en compagnie avec des vierges, dans un Jardin Paradisiaque orné non pas simplement d’arbres, mais de berceaux comme de lauriers, formant des portiques avec des allées pour conduire vers les intérieurs.

Les Enfants eux-mêmes étaient alors vêtus de même, et lorsqu’ils entraient, les fleurs au-dessus de l’entrée resplendissaient de la manière la plus ravissante; on peut voir par là quelles sont leurs délices et comment par des charmes et des plaisirs, ils sont introduits dans les biens de l’innocence et de la charité, biens que le Seigneur insinue continuellement dans ces plaisirs et dans ces charmes.

Il m’a été montré, par un mode de communication très commun dans l’autre vie, quelles sont les idées des Enfants, quand ils voient quelques objets: tous les objets, tant en général qu’en particulier, étaient pour eux comme s’ils vivaient ; de là vient que dans chacune des idées de leur pensée il y a la vie: et j’ai perçu que des idées presque semblables existent chez les enfants sur la terre, quand ils sont dans leurs jeux enfantins, car ils n’ont pas encore la réflexion, telle qu’elle est chez les adultes, pour discerner ce qui est inanimé.

(…)

Afficher l'image d'origineSi les Enfants, à mesure qu’ils sont perfectionnés en intelligence et en sagesse, apparaissent plus adultes, ainsi comme adolescents et jeunes gens, c’est parce que l’intelligence et la sagesse sont la nourriture spirituelle même.

(…) Il m’a été représenté quelle est l’Innocence des enfants par quelque chose de ligneux, presque privé de vie, qui est vivifié à mesure que par les connaissances du vrai et par les affections du bien ils sont perfectionnés; et ensuite il m’a été représenté quelle est l’Innocence réelle par un très bel Enfant, plein de vie et nu : en effet, les Innocents du suprême degré, qui sont dans le Ciel intime, et ainsi très près du Seigneur, n’apparaissent aux yeux des autres Anges que comme des Enfants, et même nus, car l’Innocence est représentée par une nudité dont on n’a pas honte,  (chapitre à venir ; la nudité dans le Ciel) ainsi qu’on le lit au sujet du Premier Homme et de son Épouse dans le Paradis, Gen. II. 25; c’est pourquoi aussi, dès que leur état d’innocence fut perdu, ils rougirent de leur nudité et se cachèrent,

En un mot, plus les Anges sont sages, plus ils sont innocents, et plus ils sont innocents, plus ils apparaissent à eux-mêmes comme enfants; c’est de là que l’Enfance, dans la Parole, signifie l’Innocence.

Afficher l'image d'origineApprentissage

En parlant des Enfants avec les Anges, je leur demandais s’ils sont purs de maux, par suite de ce que chez eux il n’y a pas eu de mal actuel comme chez les adultes; mais il me fut répondu qu’ils sont également dans le mal, et même, qu’eux aussi ne sont que mal ; mais qu’ils sont, ainsi que tous les Anges, détournés du mal et maintenus dans le bien par le Seigneur: de manière cependant qu’il leur apparaisse comme s’ils étaient d’eux-mêmes dans le bien:

C’est même pour cela que les Enfants, après qu’ils sont devenus adultes dans le Ciel, de peur qu’ils ne soient sur eux-mêmes dans la fausse opinion que le bien qui est chez eux vient d’eux-mêmes et non du Seigneur, sont parfois replacés dans leurs maux qu’ils ont reçus de l’héréditaire, et y sont laissés, jusqu’à ce qu’ils sachent, reconnaissent et croient que la chose se passe ainsi.

Un Esprit, qui était mort enfant, mais qui avait grandi dans le Ciel, était dans une semblable opinion, c’était le fils d’un Roi; il fut donc remis dans la vie des maux, qui était innée en lui, et alors je perçus d’après sa sphère de vie qu’il était porté à commander aux autres, et qu’il regardait comme rien les adultères, c’étaient là les maux qu’il avait reçus de ses parents par l’héréditaire ; mais après qu’il eut reconnu qu’il était tel, il fut reçu de nouveau parmi les Anges avec lesquels il avait été auparavant.

Afficher l'image d'origine

Jamais l’homme, dans l’autre vie, n’est puni pour un mal héréditaire, parce que ce mal ne lui appartient pas, et qu’ainsi il n’est pas coupable pour être tel ; mais il est puni pour le mal actuel qui lui appartient, et par conséquent pour tout ce qu’il s’est approprié de mal héréditaire par la vie actuelle.

Si les Enfants devenus adultes sont remis dans l’état de leur mal héréditaire, ce n’est pas pour qu’ils en soient punis, mais c’est pour qu’ils sachent que par eux-mêmes ils ne sont que mal, que de l’Enfer, qui est chez eux, ils sont enlevés au Ciel par la Miséricorde du Seigneur; et qu’ils sont dans le Ciel, non par un mérite qui leur appartienne, mais par le Seigneur ; et par conséquent, c’est pour qu’ils ne s’enorgueillissent pas, devant les autres, du bien qui est chez eux; car cela est autant contre le bien de l’amour mutuel que contre le vrai de la foi. (…)

D’après ce qui vient d’être rapporté, on peut voir quelle est l’éducation des Enfants dans le Ciel, c’est-à-dire, que par l’intelligence du vrai et la sagesse du bien ils sont introduits dans la vie angélique, qui est l’amour envers le Seigneur et l’amour mutuel, dans lesquels réside l’innocence.

Afficher l'image d'origineMais chez plusieurs sur la terre combien est différente l’éducation des enfants ! On. peut le voir par cet exemple :

J’étais sur la place d’une grande ville (de la terre), et je vis des enfants qui se battaient entre eux; la foule qui affluait regardait ce spectacle avec beaucoup de plaisir; et j’appris que des parents eux-mêmes excitent leurs jeunes enfants à de tels combats:

De bons Esprits et des Anges, qui voyaient ces choses par mes yeux, les avaient tellement en aversion, que je percevais leur horreur, résultant surtout de ce que les parents les poussent à se battre; ils me disaient que de cette manière ils éteignaient dans le premier âge tout l’amour mutuel et toute l’innocence que le Seigneur insinue dans les Enfants, et qu’ils les initient à des haines et à des vengeances; qu’en conséquence par leur excitation ils repoussent leurs enfants du Ciel, où il n’y a rien qu’amour mutuel. Que les parents qui veulent du bien à leurs enfants se gardent donc de telles excitations !

Afficher l'image d'origine

Il sera dit aussi quelle différence il y a entre ceux qui meurent Enfants et ceux qui meurent adultes :  Ceux qui meurent adultes ont et portent avec eux un plan qu’ils ont acquis du monde terrestre et matériel. Ce plan est leur mémoire et l’affection naturelle-corporelle de cette mémoire; il ne change plus et il reste alors au repos; mais néanmoins il sert de dernier plan à leur pensée après la mort, car en lui influe la pensée : de là vient que tel est ce plan, et la manière dont le rationnel correspond avec les choses qui s’y trouvent, tel est l’homme après la mort.

Afficher l'image d'origine
Mais les Enfants qui sont morts enfants, et ont reçu leur éducation dans le Ciel, n’ont pas un tel plan, ils ont un plan naturel-spirituel, puisqu’ils ne tirent rien du monde matériel ni du corps terrestre, c’est pourquoi ils ne peuvent pas être dans des affections aussi grossières ni dans les pensées qui en proviennent; en effet, ils tirent tout du Ciel.

En outre, les Enfants ignorent qu’ils sont nés dans le monde, aussi ils se croient nés dans le Ciel; en conséquence, ils ne savent pas non plus ce que c’est qu’une naissance autre que la naissance spirituelle qui s’opère par les connaissances du bien et du vrai, et par l’intelligence et la sagesse d’après lesquelles l’homme est homme; et comme ces choses viennent du Seigneur, ils croient et aiment à croire qu’ils sont les enfants du Seigneur Lui-même.

Afficher l'image d'origine Mais néanmoins l’état des hommes qui prennent leur croissance sur la terre peut devenir aussi parfait que l’état des enfants qui la prennent dans le Ciel, si ces hommes repoussent les amours corporels et terrestres, qui sont les amours de soi et du monde, et reçoivent à leur place les amours spirituels.


Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.