Prophéties sur la destruction de Paris – Partie 2/2

Résultats de recherche d'images pour « SOEUR TRAPPISTINE »

Voici une autre vision; elle émane de la religieuse trappistine de Chemillé :

«Je vis la capitale pillée, saccagée, brûlée. A cette vue, je fus tellement épouvantée que je crus que nous allions tous périr» (Dompierre, ouv. cité, p. 78. )…

Et encore :

«Le tonnerre grondait toujours dans les airs d’une manière effrayante lorsque j’entendis une voix qui me dit : «Ne crains pas ! Mon courroux tombera sur ceux qui ont allumé ma colère; ils disparaîtront dans un moment. Tout l’univers sera étonné d’apprendre la destruction de la plus belle, de la plus superbe ville ! Je dis: superbe, par ses crimes; car je l’ai en abomination; c’est cette maudite Babylone qui s’est enivrée du sang de mes saints; elle veut encore le verser… Elle mettra le comble à ses horribles forfaits; et moi je lui ferai boire le vin de ma colère; tous les maux tomberont à la fois sur elle dans un seul instant… Je n’entendis plus la voix mais un bruit effroyable; le gros nuage se divisa en quatre parties qui tombèrent à la fois sur la grande ville, et en un instant elle fut tout en feu. Les flammes qui la dévoraient s’élevèrent dans les airs; et de suite je ne vis plus rien qu’une vaste terre, noire comme du charbon».

Résultats de recherche d'images pour « Marie des neiges Holgado »

Marie des neiges Holgado dépeint la vie superficielle de Paris qui mène à la fange du péché et du vice :

«Rêver à Paris, écrit-elle, c’est se voir entouré de ténèbres de mort. Ce n’est pas un songe délicieux, c’est une bousculade incessante, c’est trébucher continuellement jusqu’à tomber dans le mal et finalement être précipité dans la damnation éternelle…
Malheur à toi, Paris ! Dans peu de temps, tes superbes avenues seront des sépulcres de mort. Pleure sur tes erreurs, il en est temps encore, mais ensuite ce sera trop tard ! Que va devenir ton orgueilleux Opéra ? Un monceau de cendres, un rien… C’est l’éternel aboutissement des centres de corruption et de péché.»

Résultats de recherche d'images pour « PARIS CARBONISE »

l’une des voyantes d’Ezquioga, parle à son tour :

Samedi 10 décembre 1932. Je vis la Vierge douloureuse, bien, bien triste et elle me dit :

«Vois ma fille, demain je commencerai à te raconter le châtiment, si tu as le courage de m’entendre».

Dimanche 11 décembre 1932.

«La Vierge dit qu’elle accordera toutes les demandes sauf celles qui ont trait au châtiment parce que, sans châtiment, le monde ne peut pas être sauvé… Ce siècle est le dernier de tous… Paris sera carbonisé, Marseille englouti par la mer».

Résultats de recherche d'images pour « SAINT CURE D'ARS »

 

 

 

Le saint curé d’Ars (1859) a dit également :

«Paris sera démoli et brûlé tout de bon, mais pas tout entier»

 

 

De Mélanie de La Salette (suite) :

Comme l’abbé Rigaux, revenant de La Salette avec Mélanie, traversait Paris en voiture avec elle, de la gare de Lyon à la gare du Nord, elle lui dit, en désignant la rive droite :

«Tout ce que vous voyez de ce côté là-bas sera rouge. Tout cela brûlera. Les flammes s’arrêteront à peu près là». Elle montrait le canal Saint-Martin.»

Alors l’abbé Rigaux :

«Mais pourtant, c’est un mauvais quartier celui-ci».

Et Mélanie :

«Ces maisons seront vides car les habitants seront partis dans les quartiers riches pour piller, avec des draps».

Passant devant la statue de la République, elle ajouta :

«La gueuse! Elle ne sera pas fière quand Paris brûlera en ce jour-là».

…. Le feu du ciel s’ajoutera aux autres.

«Oui, précisa une autre fois Mélanie, il foudroiera certains points, le Palais Bourbon quatre vingts fois en une seconde [5] »

«Et les députés, s’écria l’abbé Rigaux, seront-ils dans l’enceinte ? »

«Vous êtes bien curieux ! Eh bien oui, ils seront suffoqués, morts, grillés».

Mélanie a «vu» la population s’efforcer de fuir Paris :

«des désordres inexprimables»… et d’indiquer :

«On sortira le premier jour, le deuxième jour avec grand’peine, le troisième jour on ne pourra plus».

Même les conducteurs de voitures qui «s’insulteront, blasphémeront, seront pris dans la même souricière»
Le tout dans «une fumée asphyxiante»

La prophétie de Prémol mentionne également l’incendie de Paris et sa destruction par le feu.

Et Mélanie disait à l’abbé Rigaux, en 1896 : «Paris sera brûlé par sa canaille»

Résultats de recherche d'images pour « MARIE JULIE JAHENNY »Marie-Julie Jahenny :

condamne la «Chambre de l’Enfer» , «où se font les mauvaises lois», stigmatisant spécialement « la loi d’abomination »,

et met en relation un feu du ciel dans le passage suivant :

«Ils arriveront à attirer sur la France des châtiments de feu… Le ciel s’ouvrira par trois ouvertures épouvantables… Ce sera un effondrement de feux de différentes couleurs. Et ces trois effondrements épouvantables seront aperçus de tout le peuple… Il y aura des cris épouvantables, des pleurs, des gémissements, des tortures du corps… L’œil apercevra des figures difformes, des traits, mais des traits qui ne ressembleront pas aux enfants du Ciel… Dans ces trois effondrements de feu, il y aura un son lugubre… Et c’est à ce moment, où l’air deviendra une peste insupportable à l’odorat humain, mais surtout presque insupportable à l’odorat des élus… Ce sera à ce moment le grand déluge et le jugement de la Sodome coupable, le jugement des crimes accomplis… Le sol ne sera plus qu’un tombeau effondré; et, gisant sur ses pierres brûlantes, des cadavres inanimés…

Il ne restera rien de ce foyer où se forgent les mauvaises lois , d’où l’on va achever la mort de la foi dans les âmes; d’où l’on va jeter la dernière souillure dans l’âme des enfants dont la plupart sont déjà condamnés à ne jamais me voir, à ne jamais m’aimer »…

Et Marie-Julie Jahenny dit encore (révélation reçue en 1903) :

«Le feu du ciel tombera sur Sodome (Paris) et principalement sur cette salle de l’enfer où se fabriquent les mauvaises lois3. Elle sera engloutie et sa place sera comme une immense carrière de laquelle, jusqu’à la fin du monde, on ne pourra s’approcher sans un frémis­sement d’horreur».

 

Catherine Filljung est encore plus explicite. Son biographe rapporte :

«37. Catherine redoutait pour Paris le sort de Jérusalem.

Très souvent, autrefois, on l’avait entendu s’écrier en extase :
«0 Paris, seconde Jérusalem par tes crimes, seconde Jérusalem par ton châtiment».

«38. Après cela, elle voyait «comme le feu du ciel qui tombait».

C’était la vengeance divine. La grande ville était assiégée. Tandis que l’ennemi la pressait du dehors, elle était en proie aux fureurs de la révolution, et à une famine si horrible que les mères dévoraient leurs enfants».

«39. Les émeutiers saccageaient, incendiaient Paris, principalement les beaux quartiers.

«40. Après la guerre, Paris perdrait sa primauté; une autre ville, une ville du centre devenait la capitale…»

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.