Cardinal Sarah : aucun pape n’est autorisé à dispenser un fidèle ….

NOUVEAU Mercredi, 23 novembre 2016.

À ceux qui prétendent que le Pape François semble suggérer que la communion Eucharistique pourrait être donnée aux divorcés “remariés”, le Cardinal Rober Sarah répond qu’il y a des conditions préalables à remplir pour recevoir le Corps du Christ. Et d’ajouter que s’il est de notoriété publique qu’une personne ne remplit pas ces conditions, le ministre du sacrement – le prêtre – n’a pas le droit de lui donner la communion. Ce qui signifie, en clair, qu’un certains nombre d’hommes politiques ne devraient pas recevoir la communion lorsqu’ils assistent à une messe à l’occasion de funérailles, de mariages, de commémorations…

Le Cardinal va plus loin : s’adressant directement aux prêtres, il leur dit que si, connaissant la situation d’un fidèle, il lui donne tout de même la communion, “leur péché sera d’une extrême gravité aux yeux du Seigneur puisqu’il s’agit alors d’une profanation objectivement voulue du Corps et du Sang de Jésus-Christ.”

Et enfin cette conclusion : “Toute l’Église a toujours clairement enseigné que celui ou celle qui se sait en état de péché motel ne peut pas recevoir la communion eucharistique. Il s’agit là d’un principe définitif rappelé en 2003 par S. Jean-Paul II dans son Encyclique ‘Ecclesia de Eucharistia’ ; et aucun pape n’est autorisé à dispenser un fidèle de suivre cette règle.”

Le Cardinal souligne qu’en tant que responsable de la discipline des sacrements, il se sent lié par le devoir de rappeler ces points afin de pallier à la formation insuffisante de ses confrères prêtres et Évêques

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.