L’onction des malades – Jean, Messager de la Lumière

 Livre Tome 6 :  En route vers la Jérusalem céleste
Page 184 : L’onction des malades – Message du 30 septembre 2006 –

 » Au cours de sa vie terrestre, Jésus a toujours manifesté beaucoup d’amour aux hommes, mais c’est en priorité aux pauvres et aux malades qu’Il annonçait le message du salut.

Il manifestait toute sa sollicitude en guérissant certains d’entre eux.
Vous comprenez bien que, retourné près du Père, Jésus ne vous abandonne pas !

Ainsi, par les sacrements de l’Eucharistie, de la Réconciliation et de l’Onction des malades, Il vient à vous par le ministère des prêtres.

 L’imposition des mains est le geste que faisait le Christ quand on lui amenait des malades.
C’est le geste que les apôtres ont repris à leur tour.

 En ce qui concerne l’onction d’huile, représentez-vous le bon Samaritain qui a pansé les plaies du blessé en y versant de l’huile.
Les apôtres faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades et les guérissaient ….

 L’onction d’huile est un signe de guérison de l’être tout entier, un remède d’immortalité de la part de Celui qui est venu pour guérir et sauver tous les hommes.


 Ce n’est pas dans la crainte que vous avez à recevoir tout sacrement, mais avec un esprit joyeux et serein, car c’est une rencontre avec Jésus qui vous manifeste l’immense amour que Dieu a pour vous.

 Non, ce sacrement n’est pas un «laissez-passer» pour l’âme, mais une grâce essentielle pour aider ceux qui souffrent …!

  Qui n’est pas malade un tant soit peu ?

Aussi le sacrement peut être donné à ceux de santé fragile ou d’un âge avancé, à ceux qui doivent subir une opération délicate, qui ont une dépression nerveuse et même il peut être administré à nouveau à chaque état inquiétant.

L’onction des malades est une aide pour toute maladie physique ou psychologique ; à celui qui déprime, elle donne la grâce de la sérénité, de la lumière, et l’équilibre nécessaire pour affronter la maladie

Vous êtes comparables à des cierges allumés devant l’autel de Dieu, parce que en tant que malade physique et psychologique, vous êtes les plus proches du Seigneur.

Oui, vous qui souffrez êtes bien plus près de Jésus que ceux qui ne souffrent pas. Jésus a bien dit : «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et qui peinez sous le fardeau et je vous donnerai du repos.»

Autant dans le sacrement de Réconciliation que dans celui des malades, c’est une merveilleuse et sublime mission que le prêtre accomplit envers ceux qui, choisis par Dieu, offrent leurs journées, leurs souffrances et leurs prières.

L’Onction des malades génère la grâce d’être uni au Seigneur et la force de pouvoir supporter maladies et souffrances.

 

 Certes, la souffrance fait peur mais vous ne pouvez ignorer que le Seigneur aussi en a fait l’expérience, c’est pourquoi Il vient à la rencontre des malades, se mettant à leur côté.


 En résumé, chaque fois que vous recevez un sacrement, vous croisez, vous rencontrez le Christ, le Christ bien vivant. C’est à cet instant précis que vous vous sentez aimés par le Christ, parce qu’Il se tourne personnellement vers chacun de vous.

 Au moment où vous recevez l’Onction des malades, le Christ, dans la personne du prêtre, s’approche de chacun de vous avec amour, respect et estime. Cette grâce inondera votre âme, un lot de bénédictions renforcera votre foi, une lumière profonde entrera dans votre cœur, vous illuminera et vous accompagnera dans tout le temps que Dieu a fixé pour chacun de vous…

 Et Jésus s’incline vers chacun de vous, vous embrasse et s’émeut….

 Tous les sacrements doivent être aimés, car ils sont une conséquence exprimée de la Passion et de la mort du Christ, c’est pour cette raison que l’onction des malades doit être également vue sous ce jour.

Jean messager d’Espérance «  

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.