Léonie Nastal, «J’ai cru à l’Amour» – Le secret de la sainteté

Léonie Nastal, «J’ai cru à l’Amour»

Le secret de la sainteté

Chercher à devenir saint, voilà la vocation de tout chrétien. Mais à considérer sa pauvreté et sa misère comment est-ce possible? Jésus donne la recette à Léonie Nastal:
«Surtout, de la part des petites âmes, j’attends la confiance. Je désire qu’elles me fassent confiance, qu’elles confient tout à moi: leurs problèmes et soucis, joies et espoirs. Toi-même, ne faisais-tu pas ainsi à la maison de ta mère? Si tu ne savais pas faire quelque chose, tu courais chez ta mère en pensant: maman sait le faire. Si tu avais abîmé quelque chose, tu étais convaincue que ta maman allait le réparer. Oh! que j’aime une telle confiance. Si seulement l’âme connaît sa nullité, elle doit se dire presque à chaque pas: je ne sais rien, je suis incapable d’accomplir un bien quelconque, je ne suis qu’un petit enfant, des énergies vitales se cachent en moi, mais il faut que quelqu’un m’aide à développer cette vie. La joie la plus grande me fait l’âme qui, au moment de la palpable reconnaissance de sa nullité, se confie en moi, se disant que Jésus le fera car il sait le faire, il peut le faire parce qu’il m’aime, alors il le fera pour moi. Il veut le faire parce qu’il est bon, il veut soutenir la misère parce qu’il est puissant. Une telle confiance aveugle conquiert mon Cœur qui ne peut pas décevoir votre confiance. Mets donc toute ta confiance dans le Seigneur Jésus. Que rien ne te paraisse impossible à réaliser car le Seigneur Jésus peut tout.
Qu’aucune âme ne dise que quelque chose est pour elle impossible, que ce fût réalisable uniquement pour les saints. Les saints, est-ce par leur propre force qu’ils ont acquis la vertu, par leur propre force qu’ils sont devenus saints? C’est Jésus qui agissait en eux, et il le faisait parce qu’ils le lui ont permis, c’est-à-dire se défiant d’eux-mêmes, ils faisaient confiance à Jésus. C’est le mystère de l’action divine dans l’âme, c’est le secret de la sainteté. Sais-tu, ma chère, à quel point je désire que tous les hommes soient saints. Les grâces ne me manqueront pas pour que je puisse en combler chaque âme abondamment, et les autels pour elles ne manqueront pas à mon Eglise, pourvu que les hommes veuillent se confier à moi et coopérer avec ma grâce. C’est pour cela que je dévoile le secret de la sainteté, je l’explique aux hommes par une âme qui croit à mes paroles.»
«J’ai cru à l’Amour», pp. 181-182

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.