une autre purge Bergoglienne

Une autre semaine, une autre purge Bergoglienne

« Dans un geste superbe, François a remplacé tous les membres de la Congrégation du Vatican pour le Culte Divin, l’institution responsable des questions liturgiques. C’est courant pour le Pontife Romain de nommer quelques nouveaux membres à chaque congrégation du Vatican, favorisant une rotation des membres qui ont servi pendant plusieurs années. Mais le 28 octobre, le Vatican a annoncé que le Pape François a nommé 27 nouveaux membres de la Congrégation pour le Culte Divin, transformant complètement la composition de cette institution ».

« Les nouvelles nominations donnent un caractère nettement plus libéral » à l’CCD, poursuit le rapport. Pourquoi ne suis-je pas surpris ? À lire la liste des membres de remplacement et à la comparer avec la liste des personnes retirées est à être rempli d’effroi. Les nouveaux membres comprennent un ramassis de libéraux certifiés : le Cardinal Pietro Parolin, le Secrétaire d’État ; le Cardinal Beniamino Stella, le Préfet de la Congrégation pour le Clergé ; et le Cardinal Gianfranco Ravasi, le précieux Président pseudo-intellectuel du Conseil Pontifical pour la Culture.

Mais, pire que tout, François a manigancé le retour au pouvoir sur la liturgie de Mgr Piero Marini (à ne pas confondre avec Guido Marini, le maître actuel du Pape pour les cérémonies liturgiques) qui est parmi les nouveaux les membres de la CCD. Marini était un disciple de l’infâme Annibale Bugnini, architecte de la nouvelle Messe, qui a été viré et envoyé en Iran après que Paul VI ait lu un dossier documentant les allégations d’affiliation maçonnique de Bugnini (un dossier dont Bugnini a admis l’existence dans son autobiographie auto-glorifiante de 800 pages tout en niant qu’il était Franc-Maçon).

Comme le Père Brian Harrison, un prêtre-théologien respecté et un de mes amis de longue date, a observé dans un commentaire envoyé par courrier électronique publié par le site Catholic Family News, Marini est :

« Un ennemi véhément des tendances traditionnelles dans la liturgie. À l’époque de Jean-Paul II, il a orchestré des nouveautés liturgiques comme une lectrice à la poitrine nue à une Messe papale en Papouasie-Nouvelle-Guinée ainsi que diverses autres formes d’« inculturations » douteuses. Dans la Messe papale de 1995 à Sydney à l’occasion de la première béatification pour l’Australie (de Bienheureuse, elle est maintenant Saint Mary McKillop), en collusion avec les religieuses libérales affranchies de leurs habits religieux qui dominent la congrégation maintenant en baisse fondée par Mère Marie, Marini a remplacé le Credo par des litanies à saveur écolo qu’il a conçues, il a remplacé le rite pénitentiel par une danse païenne effectuée par un homme autochtone presque nu, barbouillé de peinture au cours de laquelle danse il expulsait les mauvais esprits à l’aide d’une boîte remplie de fumée et conviait la multitude des Ministres Eucharistiques à élever leurs ciboires remplis d’hosties pendant la consécration comme s’ils étaient presque des « concélébrants ».

Dans le même temps, la dernière purge Bergoglienne supprime tous et chaque conservateur liturgique de la CCD incluant notamment le Cardinal Raymond Burke, Angelo Scola et George Pell — tous les trois qui sont des adversaires à la volonté acharnée de François pour admettre les adultères publics aux Sacrements — Marc Ouellet, Angelo Bagnasco et Malcolm Ranjith, sont peut-être les plus conservateurs de tous.

Comme le Père Harrison l’observe :

« Ce nettoyage presque complet des membres votants d’une entière Congrégation en un seul coup — sans précédent dans l’histoire du Vatican, semble-t-il — est aussi en effet une forte rebuffade envers le Pape Émérite Benoît XVI, dont la pièce maîtresse de son héritage pontifical était une restauration de la tradition, de la dignité et du latin dans la liturgie sacrée. On est rempli d’un profond sentiment d’appréhension quant aux changements à la façon dont nous sommes censés adorer et à ce qui peut saper l’émancipation du Rite Latin Traditionnel de Benoît, que présage la purge du Pape d’aujourd’hui qui est à couper le souffle ».

En effet ! Et pour ajouter à notre effroi alors que j’ai écrit cette chronique [28 octobre], François se prépare à partir pour Lund, en Suède, où il participera à une « commémoration » abrutissante et tout à fait scandaleuse de Luther et de la révolte protestante, avec des indices alléchants dans l’air sur une ouverture catastrophique pour l’« intercommunion » avec les Luthériens dans « certains cas » — au même moment où des adultères publics dans « certains cas » sont actuellement autorisés (dans certains endroits) à recevoir la Communion tout en continuant à vivre dans l’adultère.

Si ce n’est pas le déroulement du Troisième Secret de Fatima, alors je ne peux pas imaginer ce que Notre-Dame aurait pu confié aux voyants après qu’Elle leur a dit au début du Secret : « Au Portugal, le Dogme de la Foi sera toujours préservé ».

Que Dieu nous vienne en aide.

Source : http://dieuetmoilenul.blogspot.fr/2016/10/une-autre-semaine-une-autre-purge.html

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.