Saint Curé d’Ars – sermon sur les âmes du purgatoire

2 NOVEMBRE – COMMÉMORATION DES MORTS
(PREMIER SERMON)

Saint Curé d’Ars

Venil nox, quando nemo potest operari.
La nuit vient, pendant laquelle personne ne peut plus travailler.
(S. Jean, IX, 4.

Telle est, M.F., la cruelle et affreuse position où se trouvent maintenant nos pères et mères, nos parents et nos amis, qui sont sortis de ce monde sans avoir entièrement satisfait à la justice de Dieu. Il les a condamnés à passer nombre d’années dans ces prisons ténébreuses du purgatoire, où sa justice s’appesantit rigoureusement sur eux, jusqu’à ce qu’ils lui aient entièrement payé leurs dettes. « Oh ! qu’il est terrible, nous dit le saint Roi-prophète, de tomber entre les mains du Dieu vivant[1] !

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »« Mais pourquoi, M.F., suis-je monté en chaire aujourd’hui ; que vais-je vous dire ? Ah ! je viens de la part de Dieu même ; je viens de la part de vos pauvres parents, afin de réveiller en vous cet amour de reconnaissance que vous leur devez ; je viens vous remettre devant les yeux toutes les bontés et l’amour qu’ils ont eus pour vous pendant qu’ils étaient sur la terre ; je viens vous dire qu’ils brûlent dans les flammes, qu’ils pleurent, et qu’ils demandent à grands cris le secours de vos prières et de vos bonnes oeuvres. Il me semble les entendre s’écrier du fond de ces brasiers qui les dévorent : « Ah ! dites bien à nos pères, à nos mères, dites à nos enfants, à tous nos parents, combien sont cruels les maux que nous souffrons. Nous nous jetons à leurs pieds pour implorer le secours de leurs prières. Ah ! dites-leur que depuis que nous sommes séparés d’eux, nous sommes ici à brûler dans les flammes ! Oh ! qui pourra être insensible à tant de maux que nous endurons ? « Voyez-vous, M.F., entendez-vous cette tendre mère et ce bon père, et tous ces parents qui vous tendent les mains ? « Mes amis, s’écrient-ils, arrachez-nous à ces tortures, vous le pouvez. »

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »Voyons donc, M.F., 1° la grandeur des tourments qu’endurent les âmes du purgatoire, et 2° les moyens que nous avons de les soulager, qui sont : nos prières, nos bonnes oeuvres, et surtout le saint sacrifice de la Messe.

I. – Je ne veux pas m’arrêter à vous prouver l’existence du purgatoire ; ce serait perdre mon temps. Nul d’entre vous n’a le moindre doute là-dessus. L’Église à qui Jésus-Christ a promis l’assistance du Saint-Esprit, et qui, par conséquent, ne peut ni se tromper ni nous tromper, nous l’enseigne d’une manière assez claire et assez évidente. Il est certain et très certain qu’il y a un lieu où les âmes des justes achèvent d’expier leurs péchés, avant d’être admises à la gloire du paradis qui leur est assurée. Oui, M.F., et c’est un article de foi : si nous n’avons pas fait une pénitence proportionnée à la grandeur et à l’énormité de nos péchés, quoique pardonnés dans le saint tribunal de la pénitence, nous serons condamnés à les expier dans les flammes du purgatoire. Si Dieu, la justice même, ne laisse pas une bonne pensée, un bon désir et la moindre action sans récompense, de même aussi il ne laissera pas impunie une faute, quelque légère qu’elle soit ; et nous irons souffrir en purgatoire tout le temps que la justice de Dieu l’exigera, pour achever de nous purifier. Dans l’Écriture sainte, grand nombre de textes montrent que, bien que nos péchés soient pardonnés, le bon Dieu nous impose encore l’obligation de souffrir dans ce monde, par des peines temporelles, ou dans l’autre, par les flammes du purgatoire[2].

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »
Voyez ce qui arriva à Adam : s’étant repenti après son péché, Dieu l’assura qu’il l’avait pardonné, et cependant il le condamna à faire pénitence pendant plus de neuf cents ans[3] ; pénitence qui surpassa tout ce que l’on peut imaginer. Voyez encore[4] : David ordonne, contre le gré de Dieu, le dénombrement de ses sujets ; mais, poussé par les remords de sa conscience, il reconnaît son péché, se jette la face contre terre et prie le Seigneur de lui pardonner. Dieu, touché de son repentir, le pardonne en effet ; mais, malgré cela, il lui envoie Gad pour lui dire : « Prince, choisissez l’un des trois fléaux que le Seigneur vous a préparés en punition de votre faute : la peste, la guerre et la famine. » David dit : « Il vaut mieux tomber entre les mains du Seigneur dont j’ai tant de fois éprouvé la miséricorde, que dans celles des hommes. » Il choisit donc la peste, qui dura trois jours et qui lui enleva plus de soixante-dix mille sujets ; et, si le Seigneur n’avait arrêté la main de l’ange déjà étendue sur la ville, tout Jérusalem eût été dépeuplé ! David voyant tant de maux causés par son péché, demanda en grâce au bon Dieu de le punir lui seul, et d’épargner son peuple qui était innocent . Hélas ! M.F., quel sera donc le nombre d’années que nous aurons à souffrir en purgatoire, nous qui avons tant de péchés ; qui, sous prétexte que nous les avons confessés, ne faisons point de pénitence et ne versons point de larmes ? Que d’années de souffrances nous attendent dans l’autre vie !

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »Mais comment pourrai-je vous faire le tableau déchirant des maux qu’endurent ces pauvres âmes, puisque les saints Pères nous disent que les maux qu’elles endurent dans ces lieux, semblent égaler les souffrances que Jésus-Christ a endurées pendant sa douloureuse passion ? Cependant, il est certain que si le moindre supplice de Jésus-Christ avait été partagé entre tous les hommes, ils seraient tous morts par la violence des souffrances. Le feu du purgatoire est le même que celui de l’enfer, la différence qu’il y a, c’est qu’il n’est pas éternel. Oh ! il faudrait que le bon Dieu, dans sa miséricorde, permit qu’une de ces pauvres âmes qui brûlent dans ces flammes, parût ici à ma, place, tout environnée des feux qui la dévorent, et qu’elle vous fît elle-même le récit des maux qu’elle endure. Il faudrait, M.F., qu’elle fît retentir cette église de ses cris et de ses sanglots, peut-être enfin cela attendrirait-il vos cœurs. « Oh ! que nous souffrons, nous crient-elles, ô nos frères, délivrez-nous de ces tourments ; vous le pouvez ! Ah ! si vous sentiez la douleur d’être séparées de son Dieu !… » Cruelle séparation ! Brûler dans un feu allumé par la justice d’un Dieu !… souffrir des douleurs incompréhensibles à l’homme mortel !… être dévoré par le regret, sachant que nous pouvions si bien les éviter !… « Oh ! mes enfants, s’écrient ces pères et mères, pouvez-vous bien nous abandonner, nous qui vous avons tant aimés ? Pouvez-vous bien vous coucher dans la mollesse et nous laisser étendus sur un brasier de feu ? Aurez-vous le courage de vous livrer au plaisir et à la joie, tandis que nous sommes ici à souffrir et à pleurer nuit et jour ? Vous possédez nos biens et nos maisons, vous jouissez du fruit de nos peines, et vous nous abandonnez dans ce lieu de tourments où nous souffrons des maux si affreux, depuis tant d’années !… Et pas une aumône, pas une messe qui nous aide à nous délivrer ! – Vous pouvez nous soulager, ouvrir notre prison ; et vous nous abandonnez ? Oh ! que nos souffrances sont cruelles !… » Oui, M.F., l’on juge bien autrement dans les flammes, de toutes ces fautes légères, si toutefois l’on peut appeler léger, ce qui nous fait endurer des douleurs si rigoureuses. « 0 mon Dieu, s’écrie le Roi-prophète, malheur à l’homme, même le plus juste, si vous le jugez sans miséricorde[5]. « Si vous avez trouvé des taches dans le soleil et de la malice dans les anges, que sera-ce donc de l’homme pécheur[6] ? Et pour nous, qui avons commis tant de péchés mortels, et qui n’avons encore presque rien fait pour satisfaire à la justice de Dieu, que d’années de purgatoire ! …

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »
« Mon Dieu, disait sainte Thérèse, quelle âme sera assez pure pour entrer dans le ciel, sans passer par les flammes vengeresses ? » Dans sa dernière maladie elle s’écria tout à coup : « O justice et puissance de mon Dieu, que vous êtes terrible ! » Pendant son agonie, Dieu lui fit voir sa sainteté, telle que les anges et les saints la voient dans le ciel, ce qui lui causa tant de frayeur, que ses sœurs la voyant toute tremblante et dans une agitation extraordinaire, s’écrièrent tout en larmes : « Ah ! notre mère, que vous est-il donc arrivé ; craignez-vous encore la mort, après tant de pénitences, des larmes si abondantes et si amères ? » – « Non, mes enfants, leur répondit sainte Thérèse, je ne crains pas la mort, au contraire, je la désire, afin de m’unir à jamais à mon Dieu. » – « Est-ce donc que vos péchés vous effraient, après tant de macérations ? » – « Oui, mes enfants, leur dit-elle, je crains mes péchés, mais je crains encore quelque chose de plus. » – « Est-ce donc le jugement ? » – « Oui, je frémis à la vue du compte redoutable qu’il faudra rendre au bon Dieu, qui, dans ce moment, sera sans miséricorde ; mais il y a encore quelque chose dont la seule pensée me fait mourir de frayeur. » Ces pauvres sœurs se désolaient. – « Hélas ! serait-ce l’enfer ? » – « Non, leur dit-elle, l’enfer, grâce à Dieu, n’est pas pour moi ; oh ! mes sœurs, c’est la sainteté de Dieu ! Mon Dieu, ayez pitié de moi ! Il faut que ma vie soit confrontée avec celle de Jésus-Christ lui-même ! Malheur à moi si j’ai la moindre souillure, la moindre tache ! Malheur à moi si j’ai même l’ombre du péché ! » – « Hélas, s’écrient ces pauvres religieuses, quel sera donc notre sort[7] !… » Que sera-t-il donc de nous, M.F., de nous qui peut-être dans toutes nos pénitences et nos bonnes oeuvres, n’avons pas encore satisfait à un seul péché pardonné dans le tribunal de la pénitence ? Ah ! que d’années et de siècles de tourments pour nous punir !… Que nous paierons cher toutes ces fautes que nous regardons comme un rien, telles que les petits mensonges que nous disons pour nous divertir, les petites médisances, le mépris des grâces que le bon Dieu nous fait à chaque instant, ces petits murmures dans les peines qu’il nous envoie ! Non, M.F., jamais nous n’aurions la force de commettre le moindre péché, si nous pouvions comprendre combien il outrage le bon Dieu, et combien il mérite d’être puni rigoureusement, même en ce monde.

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »

Nous lisons dans l’Écriture sainte[8] que le Seigneur dit un jour à un de ses prophètes : « Va trouver de ma part le roi Jéroboam, pour lui reprocher l’horreur de son idolâtrie ; mais je te défends de prendre aucune nourriture chez lui, ni en chemin. » Le prophète obéit sur le champ, il s’exposa même au danger évident de périr. Il se présenta devant le roi, et lui reprocha son crime, ainsi que le Seigneur le lui avait dit. Le roi, tout en fureur de ce que le prophète avait la hardiesse de le reprendre, étend la main et ordonne de le saisir. La main du roi se dessèche à l’instant même. Jéroboam se voyant puni, rentre en lui-même. Dieu, touché de son repentir, lui pardonne son péché et lui rend sa main. Ce bienfait changea le cœur du roi, qui invita le prophète à manger avec lui. « Non, lui dit le prophète, le Seigneur me l’a défendu ; quand bien même vous me donneriez la moitié de votre royaume, je ne le ferais pas. » Comme il s’en retournait, il trouve un faux prophète se disant envoyé du Seigneur, qui l’engage à manger avec lui. Il se laissa tromper par ce discours, et prit un peu de nourriture. Mais, au sortir de la maison du faux prophète, il rencontra un lion d’une grosseur énorme qui se jeta sur lui et le tua. Maintenant, si vous demandez au Saint-Esprit quelle a été la cause de cette mort, il vous répondra que la désobéissance du prophète lui a mérité ce châtiment. Voyez encore Moïse, qui était si agréable au bon Dieu. Pour avoir douté un instant de sa puissance, en frappant deux fois une pierre pour en faire sortir de l’eau, le Seigneur lui dit : « J’avais promis de te faire entrer dans la Terre promise, où le miel et le lait coulent par ruisseaux ; mais, en punition de ce que tu as frappé deux fois la pierre, comme si une seule n’avait pas suffi, tu iras jusqu’aux pieds de cette terre de bénédictions, et tu mourras avant d’y entrer[9] ». Si Dieu, M.F., punit si rigoureusement des péchés si légers, que sera-ce donc d’une distraction dans la prière, de tourner la tête à l’église, etc… Oh ! que nous sommes aveugles !… Que nous nous préparons d’années et de siècles de purgatoire, pour toutes ces fautes que nous regardons comme rien… Comme nous changerons de langage, lorsque nous serons dans ces flammes où la justice de Dieu se fait sentir si rigoureusement !…

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »
Dieu est juste, M.F., dans tout ce qu’il fait ; quand il nous récompense pour la moindre bonne action, il le fait au delà de tout ce que nous pouvons désirer ; une bonne pensée, un bon désir, c’est-à-dire, désirer faire quelque bonne oeuvre, quand bien même on ne pourrait la faire, il ne nous laisse pas sans récompense ; mais aussi, lorsqu’il s’agit de nous punir, c’est avec rigueur, et nous n’aurions qu’une légère faute, nous serons jetés en purgatoire. Cela est vrai, car nous voyons dans la vie des saints, que plusieurs ne sont allés au ciel qu’après avoir, passé par les flammes du purgatoire. Saint Pierre Damien raconte que sa sœur demeura plusieurs années en purgatoire, pour avoir écouté une mauvaise chanson avec quelque peu de plaisir. On rapporte que deux religieux se promirent l’un à l’autre que le premier qui mourrait viendrait dire au survivant l’état où il serait ; en effet, le bon Dieu permit à celui qui mourut le premier d’apparaître à son ami. Il lui dit qu’il était resté quinze jours en purgatoire pour avoir trop aimé à faire sa volonté. Et comme cet ami le félicitait d’y être si peu resté : « J’aurais bien mieux aimé, répondit le défunt, être écorché vif pendant dix mille ans continus, car cette souffrance n’aurait pas encore pu être comparée à ce que j’ai souffert dans les flammes. » Un prêtre dit à un de ses amis, que le bon Dieu l’avait condamné à rester en purgatoire plusieurs mois, pour avoir retardé l’exécution d’un testament destiné à faire de bonnes oeuvres. Hélas ! M.F., combien parmi ceux qui m’entendent ont à se reprocher pareille faute ? combien en est-il qui peut-être, depuis huit ou dix ans, ont reçu de leurs parents ou de leurs amis, la charge de faire dire des messes, de donner des aumônes, et qui ont tout laissé ! Combien y en a-t-il qui, dans la crainte de trouver quelques bonnes oeuvres à faire, ne veulent pas prendre la peine de regarder le testament que leurs parents ou leurs amis ont fait en leur faveur ? Hélas ! ces pauvres âmes sont détenues dans les flammes, parce que l’on ne veut pas accomplir leurs dernières volontés ! Pauvres pères et mères, vous vous êtes sacrifiés pour rendre heureux vos enfants ou vos héritiers ; vous avez peut-être négligé votre salut pour augmenter leur fortune ; vous vous êtes refié sur les bonnes oeuvres que vous laisseriez dans votre testament ! Pauvres parents ! que vous avez été aveugles de vous oublier vous-mêmes ! ….

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »

Vous me direz peut-être : « Nos parents ont bien vécu, ils étaient bien sages. » Ah ! qu’il en faut peu pour aller dans ces feux ! Voyez ce que dit à ce sujet Albert le Grand, lui dont les vertus brillèrent d’une manière si extraordinaire ; il révéla un jour à un de ses amis, que Dieu l’avait conduit en purgatoire, pour avoir eu une petite pensée de complaisance à cause de sa science. Ce qu’il y a encore de plus étonnant, c’est qu’il y a eu des saints, même canonisés, qui ont passé par le purgatoire. Saint Séverin, archevêque de Cologne, apparut à un de ses amis longtemps après sa mort, et lui dit qu’il avait été en purgatoire, pour avoir remis au soir des prières qu’il devait faire le matin[10]. Oh ! que d’années de purgatoire, pour ces chrétiens qui ne font point de difficulté de remettre leur prière à un autre temps, sous prétexte qu’ils ont de l’ouvrage qui presse ! Si nous désirions sincèrement le bonheur de posséder le bon Dieu, nous éviterions aussi bien les petites fautes que les grandes, puisque la séparation de Dieu est un tourment si affreux à ces pauvres âmes !

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »
Les saints Pères nous disent que le purgatoire est un lieu près de l’enfer. Ceci est très facile à comprendre, puisque le péché véniel est voisin du péché mortel ; mais ils croient que toutes les âmes ne sont pas détenues dans ce lieu pour satisfaire à la justice de Dieu, et que plusieurs souffrent dans le lieu même où elles ont fait le mal. En effet, saint Grégoire, pape, nous en donne une preuve assez forte. Il rapporte qu’un saint prêtre, infirme, allait tous les jours, par ordre de son médecin, prendre des bains dans un lieu écarté ; il trouvait chaque fois un personnage inconnu qui l’aidait à se déchausser, et, après qu’il avait pris son bain, lui présentait un linge pour s’essuyer. Le saint prêtre, touché de reconnaissance, venant un jour de dire la sainte Messe, présenta à son inconnu un morceau de pain bénit. « Mon père, lui répondit cet homme, vous me présentez une chose dont je ne fais point usage, quoique vous me voyiez avec un corps. Je suis le seigneur de ce lieu, qui fais ici mon purgatoire. » Et il disparut en disant : « Ministre du Seigneur, ayez pitié de moi ! Oh ! que je souffre ! vous pouvez me délivrer ; de grâce, offrez pour moi le saint sacrifice de la messe, offrez vos prières et vos infirmités, le Seigneur me délivrera. » Si nous étions bien convaincus de cela, pourrions-nous oublier si facilement nos pauvres parents, qui sont peut-être continuellement autour de nous ? Si le bon Dieu leur permettait de se montrer, nous les verrions se jeter à nos pieds. « Ah ! mes enfants, diraient ces pauvres âmes, ayez pitié de nous ! De grâce, ne nous abandonnez pas ! » Oui, M.F., le soir en nous couchant, nous verrions nos pauvres pères et mères réclamer le secours de nos prières ; nous les verrions, dans nos maisons, dans nos champs. Ces pauvres âmes nous suivent partout: mais, hélas ! ce sont de pauvres mendiants auprès de mauvais riches. Elles ont beau leur exposer leurs besoins et leurs tourments, ces mauvais riches n’en sont malheureusement point touchés. « Mes amis, nous crient-elles, un Pater et un Ave ! une sainte Messe ! » Quoi ! nous serions assez ingrats pour refuser à un père, à une mère, une si petite partie des biens qu’ils ont acquis ou conservés avec tant de peines ? Dites-moi, si votre père, votre mère ou un de vos enfants étaient dans le feu, et qu’ils vous tendissent les mains pour vous prier de les délivrer, auriez-vous le courage d’y être insensibles et de les laisser brûler sous vos yeux ? Or, la foi nous apprend que ces pauvres âmes souffrent ce que jamais l’homme mortel ne pourra comRésultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »prendre…

Si nous voulons, M.F., nous assurer le ciel, ayons une grande dévotion à prier pour les âmes du purgatoire. L’on peut même dire que cette dévotion est une marque presque certaine de prédestination, et un puissant moyen de salut. L’Écriture sainte nous fournit une comparaison admirable dans l’histoire de Jonathas[11]. Saül, son père, avait défendu à tous les soldats, sous peine de mort, de prendre aucune nourriture jusqu’à ce qu’ils eussent défait les Philistins. Jonathas, qui n’avait pas entendu cette défense, étant épuisé de fatigue, trempa le bout de sa baguette dans un rayon de miel et en goûta. Saül consulta le Seigneur, pour savoir si personne n’avait violé la défense. Apprenant que son fils l’avait violée, le père commanda qu’on se saisit de lui, en disant : « Je veux que le Seigneur me punisse, si vous ne mourez pas aujourd’hui. » Jonathas se voyant condamné à mort par son père, pour avoir violé une défense qu’il n’avait pas entendue, tourna ses regards vers le peuple, et, laissant couler ses larmes, il semblait lui rappeler tous les services qu’il lui avait rendus, et toutes les bontés qu’il avait eues pour lui. Le peuple se jeta aussitôt aux pieds de Saül : « Quoi ! vous feriez mourir Jonathas, lui qui vient de sauver Israël ! lui qui nous a délivrés des mains de nos ennemis ! Non, non, il ne tombera pas un cheveu de sa tête, nous avons trop à cœur de le conserver, il nous a trop fait de bien pour si tôt l’oublier. » Ceci est l’image sensible de ce qui arrive à l’heure de la mort. Si nous avons eu le bonheur de prier pour les âmes du purgatoire, lorsque nous paraîtrons devant le tribunal de Jésus-Christ pour rendre compte de toutes nos actions, ces âmes se jetteront aux pieds du Sauveur en lui disant : « Seigneur, grâce pour cette âme ! grâce, miséricorde pour elle ! ayez pitié, mon Dieu, de cette âme si charitable, qui nous a arrachées aux flammes, et qui a satisfait à votre justice ! Mon Dieu ! mon Dieu ! oubliez, nous vous en prions, ses fautes, comme elle vous a fait oublier les nôtres ! » Oh ! que ces motifs sont puissants pour vous inspirer une tendre compassion envers ces pauvres âmes souffrantes !… Hélas ! elles sont bientôt oubliées. L’on a bien raison de dire que le souvenir des morts s’en va avec le son des cloches. Souffrez, pauvres âmes, pleurez dans ce feu allumé par la justice de Dieu, c’est en vain ; l’on ne vous écoute pas, l’on ne vous soulage pas !… Voilà donc, M.F., la récompense de tant de bonté et de charité qu’elles ont eues pour nous pendant leur vie. Non, ne soyons pas du nombre de ces ingrats ; puisque, travaillant à leur délivrance, nous travaillerons à notre salut.

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »

II. – Mais, me direz-vous, comment pouvons-nous les soulager et les conduire au ciel ? – Si vous désirez, M.F., leur prêter secours, je vais vous montrer que c’est facile, 1° par la prière et les aumônes ; 2° par les indulgences, et 3° surtout, par le saint sacrifice de la Messe.

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »
Je dis 1° par la prière. Quand nous faisons une prière pour les âmes du purgatoire, nous leur cédons tout ce que le bon Dieu nous accorderait si nous la faisions pour nous-même ; mais hélas ! que nos prières sont peu de chose, puisque c’est encore un pécheur qui prie pour un coupable ! Mon Dieu, qu’il faut que votre charité soit grande !… Nous pouvons, chaque matin, offrir toutes nos actions de la journée, toutes nos autres prières pour le soulagement de ces pauvres âmes souffrantes. Tout cela est bien peu de chose, il est vrai ; mais voilà : nous leur faisons comme à une personne qui aurait les mains liées et serait chargée d’un pesant fardeau, à qui nous viendrions de temps en temps ôter un peu de cette charge ; peu à peu elle se trouverait délivrée de tout. Il en est de même pour les pauvres âmes du purgatoire, quand nous faisons quelque chose pour elles ; une fois, nous abrégerons leurs peines d’une heure, une autre fois, d’un quart d’heure, de sorte que, chaque jour, nous les approchons du ciel.

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »Nous disons 2° que nous les pouvons délivrer par les indulgences, qui les conduisent à grands pas vers le ciel. Le bien que nous leur communiquons est d’un prix infini ; car nous leur appliquons les mérites du Sang adorable de Jésus-Christ, des vertus de la sainte Vierge et des saints, qui ont fait plus de pénitences que leurs péchés n’en méritaient. Hélas ! si nous voulions, comme nous aurions bientôt vidé le purgatoire, en appliquant toutes les indulgences que nous pouvons gagner pour ces âmes souffrantes !… Voyez, M.F., l’on peut gagner quatorze indulgences plénières en faisant le chemin de la croix[12]. On le fait de plusieurs manières[13]… Oh ! que vous êtes coupables d’avoir laissé brûler vos parents, lorsque vous pouviez si bien et si facilement les délivrer !

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »
3° Le moyen le plus puissant pour hâter leur bonheur, c’est la sainte Messe, parce qu’alors ce n’est plus un pécheur qui prie pour un pécheur, mais un Dieu égal à son Père qui ne lui refusera jamais rien. Jésus-Christ nous l’assure dans l’Evangile quand il dit : « Mon Père, je vous rends grâce, parce que vous m’écoutez toujours[14] ! » Afin de mieux vous en convaincre, je vais vous citer un exemple des plus touchants, et qui vous montrera combien est grand le pouvoir de la sainte Messe. Il est rapporté dans l’histoire de l’Église que, peu de temps après la mort de l’empereur Charles[15], un saint homme du diocèse de Reims, nommé Bernold, étant tombé malade et ayant reçu les derniers sacrements, demeura près d’un jour sans parler, à peine pouvait-on s’apercevoir qu’il fut en vie ; il ouvrit enfin les yeux et commanda à ceux qui le gardaient de faire venir au plus tôt son confesseur. Le prêtre accourut, et trouva le malade tout en pleurs, qui lui dit : « J’ai été transporté en l’autre monde, je me suis trouvé dans un lieu où j’ai vu l’évêque Pardule de Laon, qui passait vêtu de haillons crasseux et noirs, et souffrait horriblement dans les flammes ; il m’a tenu ce langage : « Puisque vous avez le bonheur de retourner sur la terre, je vous prie de m’aider et de me soulager ; vous pouvez même me délivrer et me procurer le grand bonheur de voir le bon Dieu. – Mais, lui ai-je répondu, comment pourrai-je vous procurer ce bonheur ? – Allez trouver ceux à qui j’ai fait du bien pendant ma vie, dites leur qu’en retour ils prient pour moi, et le bon Dieu m’aura en pitié. » Après avoir fait ce qu’il a ordonné, je l’ai revu beau comme un soleil, il ne paraissait plus souffrir, et, dans son contentement, il m’a remercié en disant: « Regardez combien les prières et la sainte Messe m’ont procuré de biens et de bonheur. » Un peu plus loin, j’ai vu le roi Charles, qui me parla en ces termes : « Mon ami, que je souffre ! Va trouver l’évêque Hincmar, dis lui que je souffre pour n’avoir pas suivi ses conseils, mais que je compte sur lui pour m’aider à sortir de ce lieu de souffrances ; recommande aussi à tous ceux à qui j’ai fait du bien pendant ma vie, de prier pour moi, d’offrir le saint sacrifice de la Messe, et je serai délivré. » J’allai trouver l’évêque, qui se préparait à dire la messe, et qui, avec tout son peuple, se mit à prier dans cette intention. Je revis ensuite le roi couvert de ses habits royaux et tout brillant de gloire : « Regarde, dit-il, quelle gloire tu m’as procurée, maintenant me voilà heureux pour toujours. » Dans ce moment, je sentis l’odeur d’un parfum exquis, qui venait du séjour des bienheureux. Je m’en approchai, dit le Père Bernold, j’ai vu des beautés et des délices que le langage humain ne peut exprimer[16]. »

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »
Voilà qui nous prouve combien nos prières et nos bonnes oeuvres, et surtout la sainte Messe, sont puissantes pour tirer ces pauvres âmes de leurs souffrances. Mais en voici un autre exemple, que nous trouvons aussi dans l’histoire de l’Église : il est encore plus frappant. Un saint prêtre ayant appris la mort de son ami qu’il aimait uniquement pour le bon Dieu, ne trouva point de moyen plus efficace pour sa délivrance, que d’aller promptement offrir le saint sacrifice de la Messe. Il commença avec toute la ferveur possible et la douleur la plus vive. Après avoir consacré le Corps adorable de Jésus-Christ, il le prit entre ses mains, et, levant les mains et les yeux au ciel : « Père éternel, dit-il, voilà que je vous offre le corps, l’âme de votre très cher Fils. 0 Père éternel ! rendez-moi l’âme de mon ami, qui souffre dans les flammes du purgatoire ! Oui, mon Dieu, je suis libre de vous offrir ou non votre Fils, vous pouvez m’accorder ce que je vous demande ! Mon Dieu, faisons échange : délivrez mon ami, et je vous donnerai votre Fils ; ce que je vous présente vaut infiniment mieux que ce que je vous demande. » Cette prière fut faite avec une foi si vive, qu’à l’instant même il vit l’âme de son ami sortir du purgatoire et monter au ciel. Il est encore rapporté qu’un prêtre, disant la sainte Messe pour une âme du purgatoire, l’en vit sortir sous la forme d’une colombe et monter au ciel. Sainte Perpétue recommande fortement de prier pour les âmes du purgatoire. Dans une vision, Dieu lui fit voir son frère qui brûlait dans les flammes, et qui, cependant, était mort à peine âgé de sept ans, après avoir souffert presque toute sa vie d’un cancer qui le faisait crier nuit et jour. Elle fit beaucoup de prières et de pénitences pour sa délivrance, aussi le vit-elle monter au ciel brillant comme un ange. Oh ! qu’ils sont heureux, M.F., ceux qui ont de pareils amis !

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »A mesure que ces pauvres âmes s’approchent du ciel, elles semblent encore souffrir davantage. Elles font comme Absalon : après être resté quelque temps en exil, il revient dans son pays, mais sans avoir la permission de voir son père qui l’aimait tendrement. Quand on lui annonça qu’il resterait près de son père, mais qu’il ne le verrait pas : « Ah ! s’écria-t-il, je verrai les fenêtres et les jardins de mon père, et je ne le verrai pas lui-même ? Dites-lui que j’aime mieux mourir, que de rester ici sans avoir le bonheur de le voir. Dites-lui que ce n’est pas assez de m’avoir pardonné ; mais qu’il faut encore qu’il m’accorde le bonheur de le voir[17]. » De même aussi ces pauvres âmes se voyant près de sortir de leur exil, leur amour pour Dieu, le désir de le posséder deviennent si ardents, qu’elles semblent ne plus pouvoir y résister. « Seigneur, s’écrient-elles, regardez-nous des yeux de votre miséricorde, nous voilà à la fin de nos souffrances. Oh ! que vous êtes heureux, nous crient-elles du fond des flammes qui les brûlent, vous qui pouvez encore éviter ces tourments !… » Il me semble encore entendre ces pauvres âmes qui n’ont ni parents ni amis : « Ah ! s’il vous reste encore quelque peu de charité, ayez pitié de nous, qui, depuis tant d’années, sommes abandonnées dans ces feux allumés par la justice de Dieu ! Oh ! si vous pouviez comprendre la grandeur de nos souffrances, vous ne nous abandonneriez pas comme vous le faites ! Mon Dieu ! personne n’aura-t-il donc compassion de nous ? »

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »Il est certain, M.F., que ces pauvres âmes ne peuvent rien pour elles-mêmes, mais elles peuvent beaucoup pour nous. Cela est si vrai qu’il n’y a presque personne qui ait invoqué les âmes du purgatoire, sans avoir obtenu la grâce demandée. Cela n’est pas difficile à comprendre : si les saints qui sont dans le ciel et n’ont pas besoin de nous, s’intéressent à notre salut, combien plus encore les âmes du purgatoire, qui reçoivent nos bienfaits spirituels à proportion de notre sainteté. « Ne refusez pas cette grâce, Seigneur, disent-elles, à ces chrétiens qui donnent tous leurs soins à nous tirer des flammes ! » Une mère pourrait-elle refuser de demander au bon Dieu une grâce pour des enfants qu’elle a aimés et qui prient pour sa délivrance ? Un pasteur, qui, pendant sa vie, n’aura eu que du zèle pour le salut de ses paroissiens, pourra-t-il ne pas demander pour eux, même en purgatoire, les grâces dont ils ont besoin pour se sauver ? Oui, M.F., toutes les fois que nous aurons quelque grâce à demander, adressons-nous avec confiance à ces saintes âmes, et nous sommes sûrs de l’obtenir. Quel bonheur pour nous d’avoir, dans la dévotion aux âmes du purgatoire, un moyen si excellent pour nous assurer le ciel ! Voulons-nous demander au bon Dieu la douleur de nos péchés ? Adressons-nous à ces âmes, qui, depuis tant d’années, pleurent dans les flammes ceux qu’elles ont commis. Voulons-nous demander au bon Dieu le don de la persévérance ? Invoquons-les, M.F., elles en sentent tout le prix ; car il n’y a que ceux qui persévèrent qui verront le bon Dieu. Dans nos maladies, dans nos chagrins, tournons nos prières vers le purgatoire, elles obtiendront leur effet.

Résultats de recherche d'images pour « âmes du purgatoire »
Que conclure de tout cela, M.F. ? Le voici. Il est certain qu’il y a très peu d’élus qui n’aient passé par les flammes du purgatoire, et que les peines qu’on y endure sont au-delà de ce que nous pourrons jamais comprendre. Il est certain encore que nous avons entre les mains tout ce qu’il faut pour soulager les âmes du purgatoire, c’est-à-dire nos prières, nos pénitences, nos aumônes et surtout la sainte Messe ; et enfin, nous sommes sûrs que ces âmes étant pleines de charité, elles nous obtiendront mille fois plus que nous ne leur donnerons. Si un jour nous sommes dans le purgatoire, ces âmes ne manqueront pas de demander au bon Dieu la même grâce que nous aurons obtenue pour elles ; car elles ont senti combien l’on souffre dans ce lieu et combien est cruelle la séparation de Dieu. Donnons quelques instants, pendant cette octave, à une oeuvre si bien placée. Combien vont aller au ciel par la sainte Messe et nos prières !… Que chacun de nous pense à ses propres parents, et à toutes les pauvres âmes délaissées depuis de longues années. Oui, M.F., offrons toutes nos actions pour les soulager. Nous plairons ainsi à Dieu, qui désire tant les délivrer, et nous leur procurerons le bonheur de la jouissance de Dieu même. C’est ce que je vous souhaite

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.