Anne Catherine Emmerich – la descente aux enfers

ANNE-CATHERINE EMMERICH

VISIONS

FRAGMENTS SUR LA DESCENTE AUX ENFERS

Résultats de recherche d'images pour « anne catherine emmerich »

Ma méditation se porta alors sur l’âme du Rédempteur, et j’eus une vision de sa descente aux enfers ; mais ce tableau était si riche en détails, que je n’ai pu en retenir qu’une faible partie : je vais la raconter du mieux que je pourrai.

Lorsque Jésus rendit sa très sainte âme en poussant un grand cri, je la vis, semblable à une forme lumineuse, pénétrer dans la terre au pied de la croix ; plusieurs anges, parmi lesquels étaient Gabriel, l’accompagnaient. Je vis sa divinité rester unie à son âme aussi bien qu’à son corps suspendu sur la croix : je ne saurais dire comment cela se faisait. Le lieu où entra l’âme de Jésus était divisé en trois parties ; c’était comme trois mondes ; il me sembla qu’ils étaient de forme ronde, et qu’ils étaient séparés les uns des autres par des sphères qui les environnaient.

Résultats de recherche d'images pour « la descente aux enfers »

Devant les limbes était un espace plus clair et plus serein. C’est là que je vois entrer les âmes délivrées du purgatoire, avant qu’elles soient conduites au ciel. Les limbes où se trouvaient ceux qui soupiraient après la rédemption étaient entourés d’une sphère grisâtre, nébuleuse et divisée en plusieurs cercles. Le Sauveur resplendissant de lumière et porté par les anges comme en triomphe, passa entre deux des ces cercles, dont celui de gauche renfermait les patriarches antérieurs à Abraham ;  celui de droite, les âmes des justes qui avaient vécu depuis Abraham jusqu’à Saint Jean Baptiste. Ils ne reconnurent pas encore le Rédempteur, mais ils furent tous remplis d’espérance, et leur désir devint plus ardent ; les lieux étroits où ils demeuraient dans l’attente parurent se dilater : eux-mêmes furent rafraîchis par un souffle d’air, un rayon de lumière, une rosée de la rédemption qui passa avec la rapidité d’un vent impétueux.

Le Sauveur pénétra entre ces deux cercles dans un lieu enveloppé de brouillards, où se trouvaient Adam et Eve. Il leur adressa la parole, et ils l’adorèrent avec un ravissement inexprimable.

Alors Jésus, au cortège duquel s’étaient joints nos premiers parents , entra dans les limbes des patriarches qui avaient vécu avant Abraham. C’était comme un purgatoire ; car il y avait de mauvais esprits qui tourmentaient quelques-unes de ces âmes.

Résultats de recherche d'images pour « la descente aux enfers »

Les anges frappèrent et ordonnèrent d’ouvrir : il y avait une entrée, car on pouvait y pénétrer et une porte, car on ne pouvait en sortir à son gré ; il était nécessaire de frapper à la porte, parce qu’on devait annoncer son arrivée. Il me sembla que les anges criaient : « Ouvrez, ouvrez les portes ! » Et Jésus entra en triomphe. Les mauvais anges reculèrent devant lui en criant : « Que nous veux-tu ? Que viens-tu faire ici ? Veux-tu aussi nous crucifier ? » Les anges les enchaînèrent et les chassèrent devant eux. Les âmes qui habitaient cette partie des limbes n’avaient qu’une notion vague de Jésus ; il se découvrit à elles, et ces âmes le glorifièrent.

L’âme du Seigneur se rendit ensuite vers le cercle de droite, où étaient les limbes proprement dits ; il y trouva l’âme du bon larron, que les anges portaient dans le sein d’Abraham, et celle du mauvais larron qui descendait au fond des enfers, poussée par les démons. L’âme de Jésus leur adressa quelques paroles, puis, entourée des anges, des âmes délivrées et des mauvais esprits enchaînés, elle pénétra dans le sein d’Abraham.

Ce lieu me parut situé au-dessus de l’autre. Les démons ne voulaient pas y entrer ; mais ils furent contraints par les anges d’y pénétrer. Tous les saints Israélites se trouvaient dans ce lieu ; à gauche c’étaient les patriarches, Moïse, les juges et les rois ;à droite les prophètes et les ancêtres  de Jésus avec leurs parents jusqu’à Joachim, Anne, Joseph, Zacharie, Elisabeth et Jean. Il n’y avait pas de mauvais esprits dans cette partie des limbes , et on n’y éprouvait aucune peine,  si ce n’est le désir ardent de voir l’accomplissement de la promesse. Maintenant le désir était satisfait, et toutes ces âmes éprouvaient un bonheur indicible à saluer leur Rédempteur et à lui offrir leurs adorations. Beaucoup d’entre elles reçurent l’ordre de revenir sur la terre, et de reprendre leurs corps, afin de rendre témoignage au Sauveur. Ce fut alors qu’on vit à Jérusalem tant de morts sortir de leurs tombeaux. Et après avoir ainsi rendu témoignage au Seigneur, ces âmes quittèrent de nouveau leur corps.

Résultats de recherche d'images pour « la descente aux enfers »

Je vis ensuite le cortège triomphal du Seigneur pénétrer dans une sphère plus profonde, où se trouvaient, comme dans un purgatoire, les vieux païens qui avaient pressenti la vérité et avaient désiré la connaître. Comme ils n’avaient pas abandonné leurs idoles, les mauvais esprits étaient répandus parmi eux. Je vis les démons contraints d’avouer leur fraude, et les âmes adorer le Seigneur avec une joie touchante. Là encore les démons furent enchaînés  et chassés. Je vis aussi le Rédempteur traverser  plusieurs autres parties des limbes et délivrer les âmes qui s’y trouvaient ; mais mes souffrances ne me permettent pas de tout raconter.

Résultats de recherche d'images pour « l'enfer »

Je le vis enfin, comme un juge sévère, s’approcher de l’enfer qui était  au fond de l’abîme. L’enfer m’apparut sous la forme d’une voûte immense taillée dans le roc, et d’un aspect épouvantable : les ténèbres y régnaient partout et l’on n’y voyait qu’une lueur très faible comme d’un reflet métallique. On apercevait à l’entrée d’énormes portes noires dont la seule vue faisait frémir. Les portes furent enfoncées : un hurlement d’horreur se fit entendre et l’horrible monde des ténèbres apparut.

Résultats de recherche d'images pour « jérusalem céleste »

Le séjour des bienheureux m’apparaît ordinairement sous la forme de la céleste Jérusalem, comme une ville composée  de châteaux magnifiques, placés au milieu de jardins pleins de fleurs  et de fruits merveilleux et dont la beauté varie suivant les degrés de béatitude de ceux des habitants. Je vis de même l’enfer sous la forme d’un assemblage d’hommes demeurant dans des maisons au milieu des champs. Mais tandis que dans le séjour des bienheureux, tout est ordonné selon les lois de la béatitude parfaite, d’une harmonie éternelle et de la paix infinie ; dans l’enfer, au contraire, tout est désordonné, car il n’y règne que la discorde, la haine et le désespoir.

Résultats de recherche d'images pour « jérusalem céleste »

Dans le ciel,  ce sont des édifices admirablement beaux et transparents, séjour du bonheur et de l’adoration, avec des jardins remplis de fruits merveilleux, qui sont la nourriture des élus.

Résultats de recherche d'images pour « cavernes de l'enfer »

Dans l’enfer, ce sont d’affreuses cavernes où règnent les ténèbres, séjour du désespoir et de la malédiction, ce sont des déserts, des marais pleins de tout ce qui peut exciter le dégoût et l’horreur. Ici la discorde haineuse des réprouvés, là l’union bienheureuse des saints. Ici tous les genres de perversité et de mensonge sont punis par un nombre infini de tourments ; tout y est désolation, sauf la pensée que chacun doit, selon la justice divine, moissonner ce qu’il a semé par ses péchés : on y voit l’essence infernale du péché démasqué, de ce serpent qui dévore ceux qui l’ont nourri dans leur sein. Tout cela peut se comprendre ; mais il est impossible d’exprimer tous les détails.

Résultats de recherche d'images pour « cavernes de l'enfer »

Lorsque les anges  eurent ouvert les portes, ce fut comme un chaos de plaintes, d’imprécations, de hurlements et d’injures. Les anges renversèrent des armées entières de démons. Tous furent contraints de reconnaître  et d’adorer Jésus, et ce fut pour eux un cruel supplice. La plupart furent enchaînés.

Au milieu de l’enfer était un abîme de ténèbres ; Lucifer y fut jeté chargé de chaînes, et de noires vapeurs s’étendirent autour de lui. J’appris que Lucifer doit être déchaîné pour un temps, 50 ou 60 ans avant l’an 2000, si je ne me trompe.

Quelques démons doivent être déchaînés de temps en temps pour punir et tenter le monde. Je crois que quelques-uns l’ont été de nos jours, d’autres le seront bientôt après.

Résultats de recherche d'images pour « ames du purgatoire »

Je vis ensuite des troupes innombrables d’âmes rachetées sortir du purgatoire et des limbes, et accompagner Jésus dans le paradis, où l’âme du bon larron vit le Seigneur, selon sa promesse. J’ai vu le Rédempteur en différents endroits et jusque dans la mer ; il semblait sanctifier et délivrer toute la création. Je vis aussi son âme dans le tombeau d’Adam sous le Calvaire : les âmes de nos premiers parents vinrent  l’y trouver,  et il s’entretint avec elles. Avec elles il visita les tombeaux de plusieurs prophètes dont les âmes  vinrent se joindre à lui près de leurs ossements. Partout les mauvais esprits fuyaient devant lui et se précipitaient dans l’abîme. Puis, avec cette troupe d’élus dont David et plusieurs prophètes faisaient partie, je le vis se rendre en plusieurs lieux témoins de ses miracles ou de ses souffrances, leur expliquer les évènements figuratifs qui étaient arrivés durant leur vie, et appliquer à ces âmes les mérites de leur accomplissement. J’étais singulièrement touchée de voir l’âme du Seigneur, inondée de lumière et entourée de ces bienheureux, traverser la terre, les rochers, les airs et les eaux.

Voilà tout ce que je me rappelle de mes visions sur la descente de Jésus aux enfers et sur la délivrance des âmes des justes. Mais, outre cette vision d’un fait  accompli dans le temps,  je vis une image de la miséricorde éternelle qu’il exerce envers toutes les âmes. Chaque année, au jour où l’Eglise célèbre cet évènement, il jette un regard libérateur dans le purgatoire ; aujourd’hui même, au moment où j’ai eu cette vision, il a délivré quelques-unes des âmes  qui l’avaient outragé lors de son crucifiement.

J’ai vu aujourd’hui la délivrance de beaucoup d’âmes qui me sont en partie connues, mais que je nomme pas.

La descente de Jésus aux enfers est l’accomplissement de plusieurs figures des temps anciens : elle est en même temps un symbole qui s’accomplit par le rachat de toutes les âmes élues. Elle est aussi la plantation d’un arbre de grâces destiné à communiquer ses mériter aux âmes en souffrance, et la rédemption continuelle de ces âmes est le fruit  que porte cet arbre dans le jardin spirituel de l’Eglise.

L’Eglise militante doit cultiver cet arbre précieux et en recueillir les fruits, pour soulager l’Eglise souffrante, qui ne peut rien faire  pour elle-même. Il en est ainsi de tous les mérites du Christ. Il faut travailler avec lui pour y avoir part. Nous devons manger  notre pain à la sueur de notre front. Tout ce que Notre Seigneur a fait pour nous dans le temps, porte des fruits éternels ; mais nous devons les recueillir nous-mêmes dans le temps, afin de pouvoir en jouir dans l’éternité. L’Eglise est un père de famille accompli ; son année est le jardin qui produit dans le temps tous les fruits éternels.

Il y a dans un an assez de tout pour tous. Malheur aux jardiniers paresseux et infidèles, s’ils laissent se perdre une grâce qui aurait pu guérir un malade, fortifier un faible, rassasier un affamé ! Ils rendront compte au Père de famille du plus petit brin d’herbe, au jour du jugement.

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.