Escorial : les luthériens en enfer….

Résultats de recherche d'images pour « escorial prado nuevo »

Notre Seigneur : Ah ! mes prêtres bien aimés, qui ne vous consacrez pas à inculquer aux âmes à vivre dans la grâce et à mettre mes lois en pratique ! Comme la moisson est abondante, et quelle tiédeur est la vôtre, mes enfants, pour beaucoup d’entre vous ! Réveillez-vous de cette léthargie, et travaillez pour les âmes, mes enfants. Ne vous consacrez pas seulement à la fonction qui est la vôtre dans le monde, car le monde a un poison, et celui qui y entre, le démon ne le laisse pas échapper.

Mes enfants, soyez les pasteurs de toutes ces âmes qui sont perdues ; récupérez-les et conduisez-les aux sources d’eau vive. Quelle souffrance, mes enfants : mes temples sont fermés pendant le jour, et mes prêtres sont davantage des fonctionnaires dans le monde que des pasteurs de mon Eglise ! Je veux que vous rassembliez toutes ces âmes qui sont séparées du troupeau et que vous les rameniez au troupeau, car il n’y a qu’un seul troupeau avec un seul pasteur qui est le successeur de Pierre.

Enseignez à toutes les églises et à toutes les religions à s’unir à vous, mes enfants, car l’Eglise a été fondée par Jésus-Christ, et c’est Pierre qui en est devenu le représentant. Que tous s’unissent à la Chaire de Pierre.

Qu’ils viennent de n’importe où, du Nord, du Sud, de l’Est, de l’Ouest, tous seront reçus dans l’Eglise. Mais qu’ils ne restent pas dans leur erreur, ma fille. Regarde comme Luther a trompé des foules et des foules d’âmes, et regarde où il les a entraînées…

Amparo : Ah ! Ah ! mon Dieu ! Ah ! mon Dieu ! Mon Dieu, mon Dieu ! Ah ! mon Dieu ! Ah ! combien ! Ah ! combien ! Toutes se sont laissées entraîner par lui ! Hélas ! Hélas !

Notre Seigneur : Ah ! pasteurs de mon Eglise, soyez fermes et forts, car il y a beaucoup de travail dans l’Eglise ! Travaillez et ne restez pas dans la tiédeur, car celui qui est tiède n’a pas de force, et il ne travaille pas pour Dieu. Il travaille pour le monde, pour ses goûts et ses plaisirs.  (…)

La Très Sainte Vierge : Attention, mes enfants, il y a beaucoup de faux voyants, qui vous disent que vous êtes déjà sauvés, que vous êtes choisis.
Pour entrer au Ciel, il faut partir de la terre avec un chèque de sacrifices et de douleur, et la douleur s’achèvera à la porte du ciel.

Des tas et des tas de croix restent à la porte pour entrer dans la Gloire de la Résurrection. Ayez une charité ardente, mes enfants, aimez-vous les uns les autres, et ne vous attachez pas aux choses, à l’argent, aux héritages, mes enfants. (…)

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.