Toussaint, jour des retrouvailles – Jean, Messager de la lumière

 » Les chrysanthèmes et autres fleurs rehaussent de toutes leurs splendeurs les cimetières dépositaires de nos dépouilles et devant lesquelles il sera bon de passer quelques moments de prières.

Ne vous laissez pas envahir par la grisaille d’automne mais au plus profond de votre cœur, transportez-vous dans la Jérusalem céleste pour y retrouver en pensée tous les hommes, toutes les femmes de toutes les générations qui ont vécu au milieu de votre monde et qui, d’une manière ou d’une autre, ont laissé de bonnes traces.

Actuellement vous côtoyez des personnes qui un jour seront saintes, ce sont des pauvres, des gens qui pleurent, des persécutés, des opprimés par les autres ou par la vie, des petits, des humbles, à leur égard ayez un regard charitable.

Dans le cadre de la communion des saints, vous allez consacrer ces samedi et dimanche à fêter vos frères les saints et tous ceux qui vous ont quittés, qui sont en route vers la Lumière.

 

Le Mont des Béatitudes …

Avec le chœur des anges, vous exalterez les Béatitudes qui proclament que les hommes sont tous fils de Dieu et bien-aimés du Père.

Et vous, en prenant le chemin de la foi, vous vous dirigez vers le Royaume de Dieu, la Cité céleste qui est votre vraie patrie.
Cette fête vous plonge en ce monde merveilleux de demain ….

Vous aurez un jour la grâce d’y découvrir toute la foule de ceux et celles qui sont partis avant vous. En cet instant, prenez conscience qu’ils sont là autour de vous !

En ces temps de Toussaint, vous cheminez vers le but ultime de toute vie, vous cheminez vers cette rencontre avec Dieu et les retrouvailles de ceux que vous avez connus sur terre et en premier votre parenté que vous trouverez entièrement transformée, rayonnante de sainteté. Cette célébration présente le terme de votre cheminement où vous connaîtrez tant de bonheur, après évidemment avoir honoré votre dette et où vous seront comptés toutes ses épreuves et événements tragiques que vous avez subis.

Dans l’éternité où le temps n’existe pas, ce sera une succession constante de bonheurs incomparables que vous ne pouvez comprendre pour le moment.

Toutes les cultures pratiquement parlent du Ciel avec quelques variantes qui se rejoignent dans un point commun : le Ciel est un endroit de bonheur définitif !

Estimez tout le poids de la parole de Jésus où, dans le sermon sur la montagne, Il dit à la foule : « Bonheur à vous, les pauvres de cœur, le Royaume des Cieux est à vous », ce n’est pas une simple promesse, c’est une réalité !

Dans ces pauvres de cœur, Jésus voit le Ciel établi en eux ..

Sont nombreux dans votre monde ceux qui ont le Ciel dans le cœur sans en être conscients.

Le Seigneur voit dans leur regard ce dépouillement, ce vide intérieur qui crie, qui appelle et attend quelque chose de plus sûr, de plus solide, que leur réserve leur dignité humaine.

La fête de la Toussaint vous fait sentir le Ciel qui est là, où tous ceux et celles qui ont disparu vous disent que vous les verrez glorifiés de la vie en Dieu.

Il y a un autre monde qui est là, tout près de vous, séparé seulement par la notion du temps.
Ils sont dans le monde de l’Éternel et vous y attendent.
Votre propre passage, à l’heure voulue, se révélera plus facile dans la mesure où vous aurez cultivé cette communion et vécu sur terre une vie convenable …

Partez du principe que Dieu veut sauver l’homme, mais avec son consentement et sans aller contre ses choix !

Sous la lumière du Père éternel, l’infinie tendresse du Seigneur Jésus et de sa Maman la Sainte Vierge Marie et avec les frères du Ciel dans l’amour et toute votre parenté, nous vous bénissons au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Jean, votre messager d’amour « 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.