Deux saints français: Salomon Leclercq et Elisabeth de la Trinité (homélie)

Deux saints français: Salomon Leclercq et Elisabeth de la Trinité (homélie)

La prière, force pour être victorieux, messe pour 7 canonisations

Messe pour sept canonisations, capture CTV

Messe pour sept canonisations, capture CTV

Les nouveaux saints « ont eu un cœur généreux et fidèle, grâce à la prière », fait observer le pape François dans son homélie pour la messe de canonisation de sept bienheureux : « Ils ont prié avec toutes leurs forces, ils ont lutté, et ils ont vaincu ».

Le pape François a présidé, ce dimanche matin, 16 octobre 2016, place Saint-Pierre, en présence de quelque 80 000 personnes, la messe de  canonisation de sept bienheureux, dont deux Français, Salomon Leclercq (1745-1792), des Frères des écoles chrétiennes, martyr, et Elisabeth de la Trinité (1880-1906), carmélite de Dijon (France), maître spirituel.

Les cinq autres nouveaux saints sont : José Sánchez del Río (1913-1928), laïc, martyr, du Mexique; Manuel González García (1877- 1940), évêque de Palencia (Espagne), fondateur de l’Union eucharistique réparatrice et des Missionnaires eucharistiques de Nazareth; Lodovico Pavoni (1784-1849), prêtre italien, fondateur des Fils de Marie Immaculée; Alfonso Maria Fusco (1839-1910), prêtre italien, fondateur des Sœurs de Saint-Jean Baptiste; José Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914), prêtre diocésain argentin.

Au début de la célébration, le préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le cardinal Angelo Amato sdb, a présenté au pape les 7 candidats à la canonisation et il l’a remercié pour cet acte de son magistère.

Voici la traduction officielle du Vatican de l’homélie prononcée par le pape François en italien.

AB

Homélie du pape François

Au début de la célébration d’aujourd’hui, nous avons adressé au Seigneur cette prière : « Crée en nous un cœur généreux et fidèle afin que nous puissions toujours te servir avec loyauté et pureté de cœur » (Oraison de la collecte).

Nous tout seuls, nous ne sommes pas capables de nous former un tel cœur, Dieu seul peut le faire, et pour cela nous le demandons dans la prière, nous l’invoquons de Lui comme un don, comme sa “création”. De cette manière nous sommes introduits dans le thème de la prière, qui est au centre des lectures bibliques de ce dimanche et qui nous interpelle nous aussi, nous qui sommes rassemblés pour la canonisation de nouveaux Saints et Saintes. Ils ont atteint le but, ils ont eu un cœur généreux et fidèle, grâce à la prière : ils ont prié avec toutes leurs forces, ils ont lutté, et ils ont vaincu.

Prier, donc. Comme Moïse, qui a été surtout un homme de Dieu, un homme de prière. Nous le voyons aujourd’hui dans l’épisode de la bataille contre Amalec, debout sur la colline avec les mains levées ; mais à chaque fois, à cause du poids, les mains retombaient, et dans ces moments le peuple avait le dessous ; alors Aaron et Hour firent asseoir Moïse sur une pierre et ils soutenaient ses mains levées, jusqu’à la victoire finale. Voilà le style de vie spirituelle que nous demande l’Église : non pour gagner la guerre, mais pour gagner la paix ! Dans l’épisode de Moïse, il y a un message important : l’engagement de la prière demande de nous soutenir l’un l’autre. La fatigue est inévitable, parfois nous n’en pouvons plus, mais avec le soutien des frères, notre prière peut aller de l’avant, jusqu’à ce que le Seigneur porte son œuvre à son terme.

Saint Paul, écrivant à son disciple et collaborateur Timothée, lui recommande de demeurer ferme dans ce qu’il a appris et dans ce en quoi il croit fermement (cf. 2 Tm 3, 14). Toutefois, Timothée lui aussi ne pouvait pas y arriver tout seul : la “bataille” de la persévérance ne se remporte pas sans la prière. Mais pas une prière sporadique, en dents de scie, mais faite comme Jésus l’enseigne dans l’Évangile d’aujourd’hui : « toujours prier, sans se décourager » (Lc 18, 1). C’est la manière d’agir chrétienne : être fermes dans la prière pour rester fermes dans la foi et dans le témoignage. Et voici de nouveau une voix au dedans de nous : “Mais Seigneur, comment est-il possible de ne pas se décourager ? Nous sommes des êtres humains… Moïse aussi s’est découragé ! …”. C’est vrai, chacun de nous se décourage. Mais nous ne sommes pas seuls, nous faisons partie d’un Corps ! Nous sommes membres du Corps du Christ, l’Église, dont les mains sont levées jour et nuit vers le ciel grâce à la présence du Christ ressuscité et de son Saint Esprit. Et seulement dans l’Église et grâce à la prière de l’Église, nous pouvons rester fermes dans la foi et dans le témoignage.

Nous avons écouté la promesse de Jésus dans l’Évangile : Dieu fera justice à ses élus qui crient vers lui jour et nuit (cfr Lc 18, 7). C’est le mystère de la prière : crier, ne pas se décourager, et si tu te décourages, demander de l’aide pour tenir les mains levées. C’est la prière que Jésus nous a révélée et nous a donnée dans l’Esprit Saint. Prier ce n’est pas se réfugier dans un monde idéal, ce n’est pas s’évader dans une fausse quiétude égoïste. Au contraire, prier c’est lutter, c’est aussi laisser l’Esprit Saint prier en nous. C’est l’Esprit Saint qui nous enseigne à prier, qui nous guide dans la prière, qui nous fait prier comme des enfants.

Les saints sont des hommes et des femmes qui entrent jusqu’au fond dans le mystère de la prière. Des hommes et des femmes qui luttent avec la prière, laissant l’Esprit Saint prier et lutter en eux ; ils luttent jusqu’au bout, avec toutes leurs forces, et ils vainquent, mais pas tout seuls : le Seigneur vainc en eux et avec eux. Ainsi ces sept témoins qui ont été canonisés aujourd’hui, ont combattu la bonne bataille de la foi et de l’amour avec la prière. C’est pourquoi ils sont restés fermes dans la foi, avec le cœur généreux et fidèle. Que par leur exemple et leur intercession, Dieu nous accorde à nous aussi d’être des hommes et des femmes de prière ; de crier jour et nuit vers Dieu sans nous décourager ; de laisser l’Esprit Saint prier en nous, et de prier en nous soutenant les uns les autres pour rester les mains levées, jusqu’à ce que vainque la Divine Miséricorde.

[Texte original: Italien]© Librairie éditrice du Vatican

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.