On m’a donné ce nom qui signifie «paix»: Myr

On m’a donné ce nom qui signifie «paix»: Myr

Giuliana Buttini

On m’a donné ce nom qui signifie «paix»: Myr. Myr en araméen, pour moi, une langue très douce, la seule que je connaissais, celle de ma terre. Beaucoup se demandent pourquoi Dieu a choisi cette terre pour vivre comme Homme. Il aurait pu choisir n’importe laquelle et on se serait toujours posé la même question sans réponse.
Comme petite fille, j’ai été conduite au Temple. Mes parents auraient préféré me garder à la maison. Ce sont des faits que vous connaissez. Comme toujours, je préfère vous parler de Jésus et de cette vie d’Homme-Dieu qu’Il a menée par amour pour toute l’humanité. A cause de ce mystère fascinant du salut, accepter les mystères est un acte de foi. Un grand nombre d’entre eux sont dévoilés et Dieu se manifeste aux hommes pour leur donner encore plus de foi.

Dans notre jardin, les roses étaient déjà toutes fanées: «Immi, ce sera plus beau quand elles refleuriront!» L’hiver commençait avec ses longues soirées, une joie d’être ensemble pour nous, pour écouter en silence notre amour et nos pensées. J’apprenais à écrire à Jésus. Il était un élève très docile. «Immi, je suis un élève seulement avec toi. Le Père des cieux m’a envoyé pour être le Maître!» Le seul Maître, Maître de vie et d’amour.

Il a aussi enseigné l’espérance au monde, «Mon petit Rabbi…» Parfois, je l’appelais ainsi dans l’intimité de ma pensée. Jésus, comme Dieu lisait chaque pensée. Il lit toutes les pensées et connaît les pensées futures.

On m’a donné ce nom «Myriam» qui maintenant est prononcé en plusieurs langues. En ce temps-là, je n’aurais jamais pu imaginer être autant aimée!

Dans le monde, en plus de l’égoïsme, de l’indifférence et de la haine, il y a aussi l’amour, beaucoup d’amour. Il existe des sentiments purs et je me réjouis à cette pensée en entrant dans le temps, aujourd’hui justement où c’est ma fête. Un don pour Jésus, alors aussi pour moi. L’amour des uns pour les autres. Je vous fais un don aujourd’hui. Demandez-moi ce que vous désirez, je présenterai à Jésus votre demande, votre désir et votre amour.

Ma vie à Nazareth, pages 273-274

 

La Sainte Famille chante les louanges de Dieu
(dessin tiré du livre L’Evangile pour les enfants en BD,en vente aux Editions du Parvis)

Les hommes qui n’ont pas le cœur pur récusent tout signe divin par leur sèche rationalité
Ciel limpide au-dessus de la terre, d’azur comme le manteau de Myriam, ou l’étendard de Michel. Pour qui sait comprendre et te regarder en ressentant Dieu, tu es promesse d’un éternel ciel sans nuages.

Je suis Augustin, présent à toi, en toi. Ma voix pénètre en toi qui es dominée par ma pensée; elle fait sienne ta pensée et ton âme. Unis en Dieu, nous conversons. En ces temps, sous ce ciel, des événements insolites ont lieu; ils sont destinés à votre époque et voulus de Dieu, si extraordinaires qu’ils paraissent incroyables. Beaucoup ne croient pas vraiment à ces faits. Ils les nient, car, à leur avis, ils défient tout bon sens et sont proches de la folie.

Les hommes qui n’ont pas le cœur pur récusent tout signe divin par leur sèche rationalité. Ils n’acceptent, ni ne com­prennent que Dieu peut tout faire, aussi faire revenir sur terre, dans un but précis, ou pour une sainte mission, des créatures qui sont déjà au ciel. Il peut aussi parler à travers des personnes que les circonstances de leur vie ont amenées à vivre en esprit là où elles iront un jour.

Il arrive aussi que des personnes dotées de charismes, donc plus éclairées, ayant plus de connaissances que d’autres, ne savent pas se convertir de leurs travers humains. Sûres d’être au-dessus des autres, convaincues de parler toujours de la part de Dieu, elles expriment en fait leurs idées personnelles, éblouissent les autres et finissent par faire douter d’elles ceux qui les écoutent.

Sachez être attentifs à la conduite de ces personnes et soyez indulgents quand à certains moments leur humanité prend le dessus. N’attendez pas trop d’elles. Elles ont certes un charisme, mais il n’agit pas toujours. Comprenez cela!

Toi, Giuliana, tu n’es pas sujette à cette déviation. Tu es encore un peu incrédule, car ton esprit est ainsi fait. En apparence faible et docile, tu as cependant une grande force; tu es dans les meil­leures dispositions pour agir dans la vérité sans aucune trompe­rie, ni obstination. Sois certaine, tu ne dis que la vérité quand tu nous fais confiance. Après, tu es toi-même, avec ta simplicité.

Ceux qui vous questionnent au sujet du ciel ou de leur vie, doivent savoir reconnaître que vous êtes des êtres humains, pour­tant capables de parler du ciel, quand c’est nous qui parlons et non pas vous.
Prudence et humilité sont exigées de la part de celui qui a un grand don. Nécessaire est aussi le discernement chez ceux qui vivent près de lui et le connaissent comme un être privilégié, néanmoins humain.
Retourne à ton travail, petite fourmi. Je retourne à mon ciel bleu, sourire aux anges.

Saint Augustin, mes paroles pour votre temps, page 269
 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.