Une puce sous-cutanée avec biocapteurs révolutionne la médecine de demain

Puce sous cutanée dans un but médicale puis se sera à but économique..

Une puce sous-cutanée avec biocapteurs révolutionne la médecine de demain

Des chercheurs viennent de présenter leur nouveau dispositif : une puce à biocapteurs installée sous la peau qui contrôle l’état de santé et le dosage des médicaments tout en communiquant les données à un mobile. Plusieurs équipes de l’école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse, travaillent sur une nouvelle puce à biocapteurs permettant des analyses en continu sur des durées aussi longues que possible.

Leur projet a été présenté le 26 mai dernier à Lisbonne (Portugal) lors du Symposium international IEEE sur les circuits et les systèmes (ISCAS).

Ce mini-dispositif, qui ne mesure que 1 cm de côté, est équipé d’un circuit comprenant 6 capteurs, d’un calculateur qui analyse les signaux reçus et d’un module de transmission radio. Elle s’implante sous la peau, s’alimente en énergie via un patch collé sous la peau et est capable de communiquer avec un smartphone.

« Nous avons rassemblé dans un simple pansement la batterie, la bobine et un module Bluetooth, grâce auquel les résultats peuvent être immédiatement envoyés à un téléphone portable », explique Sandro Carrara chercheur au sein du Laboratoire de systèmes intégrés (LSI) de l’EPFL.

La puce est capable de surveiller simultanément et en temps réel plusieurs paramètres de santé comme la température, le taux de sucre dans le sang (glucose) et le cholestérol. « La nouveauté mondiale proposée avec cette puce est la capacité, en plus du pH et de la température, de mesurer à la fois des molécules du métabolisme, comme le glucose, le lactate ou le cholestérol, et des médicaments », souligne Sandro Carrara, et ce pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines.

Avancée certaine pour les patients prenant des traitements de longue durée, cette innovation doit en effet permettre un contrôle en temps réel de l’effet des médicaments sur leur métabolisme. Il sera ainsi plus facile d’ajuster les doses à chacun. Jusqu’à présent, le corps médical ne pouvait s’appuyer que sur un instantané, reflétant par exemple « le moment d’une prise de sang dont l’analyse peut nécessiter des heures, voire, des jours », selon un communiqué de l’EPFL.

La puce à biocapteurs a déjà été testée avec succès sur des souris pour contrôler en continu les taux de glucose et de paracétamol. Les essais cliniques sur l’homme devraient avoir lieu d’ici 3 à 5 ans.

« Connaitre précisément et en temps réel l’effet des médicaments sur le métabolisme est l’une des clés de la médecine personnalisée et de précision que l’on espère pour demain », a pu conclure Sandro Carrara.

Source:
http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/une-puce-sous-cutanee-avec-biocapteurs-revolutionne-la-medecine-de-demain-29-05-2015-4813833.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.