Faits surnaturels de L’Escorial

L’Escorial

Humble femme de ménage, mère de sept enfants, Luz Amparo Cuevas acceptera de Notre-Seigneur Jésus-Christ les stigmates de la Passion pour qu’un tiers de l’humanité soit sauvé d’un cataclysme sans précédent. Luz Amparo Cuevas avait été miraculeusement guérie à Lourdes d’un cancer en phase terminale en 1979. Les messages du Seigneur à Luz Amparo étaient donnés le premier samedi de chaque mois.

Les apparitions ont commencé au Pré-Neuf, près de Madrid en Espagne, le 14 juin 1981 et le dernier message pour le monde a été donné en mai 2002.

Luz Amparo Cuevas est décédée le 17 août 2012.

La Vierge des Douleurs de L’Escorial

Extraits des faits surnaturels de L’Escorial

Voici quelques extraits des faits de l’Escorial qui ont été puisés à même l’Association Vierge des Douleurs de l’Escorial:

Les fruits (fondations d’œuvres diverses), très abondants, ont progressivement été reconnues même si les apparitions restent réservées selon l’attitude habituelle de l’Église:

Le «martyre» de Luz Amparo

Luz Amparo a souvent été l’objet de mystérieuses attaques du démon et de ses séides. Mais le 26 mai 1983, trois personnes (deux hommes et une femme), la tête couverte d’une cagoule, assaillirent brutalement Luz Amparo alors qu’elle se trouvait seule en prière au Pré-Neuf, la dénudèrent complètement et jetèrent ses vêtements dans l’abreuvoir situé à quelques pas de l’arbre des apparitions. Puis en la rouant de coups, ils lui ordonnèrent de déclarer faux tout ce qu’elle disait lui être arrivé, les Apparitions de Notre Dame et les messages, en proférant toutes sortes de blasphèmes qu’ils tentaient de lui faire répéter. Ne parvenant pas à lui faire nier les Apparitions, ils menacèrent de la violer et de la tuer en la pendant à un arbre ou en l’étranglant. Voyant sa dernière heure venue, acceptant consciemment le martyre pour témoigner de l’authenticité des Apparitions, elle s’écria :  » Mon Dieu, mon Dieu, est-ce possible ? Cela aussi Tu vas le permettre ? « . A ce moment-là, les malfaiteurs entendirent un bruit, comme d’une pierre qui tombe, et s’enfuirent, laissant leur pauvre victime nue, inanimée, tuméfiée et couverte de sang. Ce n’est que plusieurs heures après, que son mari, inquiet de ne pas la voir revenir, la découvrit dans cet état. Elle fut transportée à l’hôpital, mais, comme Jésus, elle pardonna à ses bourreaux. De son lit de souffrances, elle déclara à leur adresse :  » je leur pardonne et Je donnerais ma vie pour eux, si c’était nécessaire. Ce qui compte, c’est de sauver leur âme « .

La grande persécution civile (1990-1995)

Le tracé d’une nouvelle route qui coupait en deux le terrain des Apparitions (les travaux débutèrent le 4 juillet 1990) fut à l’origine de la création d’une triple alliance extrêmement hostile entre le maire socialiste, Mariano Rodriguez, l’administrateur du domaine du Pré-Neuf, Tomas Lepin, et le curé de l’Escorial, Don Pablo Camacho Becerra. La nouvelle route entraînait une requalification des terrains qui, de rustiques devenaient urbains, avec des perspectives de plus-value considérables qui firent rêver les propriétaires. Le Maire conçut un mirifique projet de parc de divertissement à l’emplacement du terrain des Apparitions, déclarant qu’il ne voulait pas que l’Escorial se transforme en un Lourdes ou Fatima.

Les partisans des Apparitions réagissent en recueillant 120.000 signatures à l’appui des demandes de la Vierge (les fondations diverses). Les évènements se précipitent : tentative d’incendie de l’arbre des Apparitions (6.10.1992), pose d’affiches de la Municipalité interdisant, sous peine d’amendes, l’entrée dans le domaine du Pré-Neuf (3.2.1994), pose d’une clôture métallique entourant le Pré-Neuf (16.3.1994), intimidations et agressions contre les pèlerins. En même temps, se multiplient les tracasseries administratives pour empêcher l’ouverture des maisons destinées aux vieillards indigents. Quant au curé de la paroisse, il lançait des invectives enflammées contre Luz Amparo et son Œuvre, s’associant sans réserve à la persécution déclenchée par le Maire. Tout semblait perdu pour la cause des Apparitions. C’est alors qu’en 1995 se produisit une succession rapide d’évènements qui en quelques semaines, mirent fin à la persécution. Le Maire, à la suite d’un scandale sexuel, perdit sa Mairie, la confiance de son parti et vit sa carrière politique anéantie. L’administrateur du domaine, Tomas Leyun, mourait subitement. Le curé, gravement atteint dans sa santé par une maladie incurable, était déplacé par son Evêque et devait mourir peu après, en reconnaissant avec éclat, l’authenticité des Apparitions et en demandant pardon à la voyante pour tout le mal qu’il lui avait fait.

L’arbre des apparitions

L’achat du terrain des apparitions

La famille Ieyùn, propriétaire du domaine du Pré-Neuf, voyant ses espoirs d’enrichissement frustrés à la suite de la disgrâce du Maire, du refus de son projet de parc de divertissement par la Communauté de Madrid et du changement de majorité à la Municipalité de l’Escorial, se résigna à entrer en pourparlers avec la Fondation et accepta de lui vendre son domaine, mais à un prix très élevé qui dépassait de beaucoup les possibilités financières de Luz Amparo et des siens. Ceux-ci, attentifs à la demande si souvent réitérée de la Sainte Vierge de construire en ce lieu une chapelle et une grande Maison d’Amour et de Miséricorde pour les vieillards indigents, contractèrent un emprunt très lourd, faisant un très grand acte de foi en la Providence Divine. Le Ciel répondit par un petit signe encourageant. Les négociations traînèrent en longueur, de même que les formalités diverses, administratives et financières. Finalement les parties fixèrent la signature de l’acte d’achat au 26 mai 1997. En apparence, c’était un jour désigné par hasard. Mais l’Ange qui assiste si souvent Luz Amparo par des locutions intimes dans ses responsabilités de fondatrice et de dirigeante d’œuvre, lui rappela un événement qu’elle avait oublié :  » Sais-tu ce qui t’est arrivé au Pré-Neuf un 26 mai ?… Ce fut le jour de ton martyre « . Quatorze ans!

En effet, Luz Amparo avait versé ses premières gouttes de sang pour la Vierge et son Message et avait accepté consciemment son martyre plutôt que de nier l’authenticité des Apparitions…

Obéissance de Luz Amparo à la hiérarchie

Les Apparitions qui ont été souvent accompagnées de prodiges innombrables et extraordinaires, ont commencé à attirer au Pré-Neuf une foule considérable de pèlerins en provenance de toutes les régions d’Espagne et même de l’étranger, du Portugal et de France. En 1985, l’Archevêque de Madrid, Don Angel Suquia suggéra à Luz Amparo de ne plus se rendre au Pré-Neuf réciter le chapelet. Pourquoi? Parce que si les pèlerins se rendaient au Pré-Neuf pour observer les phénomènes ou les prodiges, alors ils cesseraient d’y aller et ce constat serait suffisant pour attester l’absence de surnaturel. Luz Amparo obéit. Mais les pèlerins continuèrent à fréquenter le Pré-Neuf.

A partir de ce moment-là, les extases ainsi que les messages célestes du premier samedi du mois, eurent lieu le matin, et Luz Amparo était entourée de ses proches. Les extases comme les messages furent enregistrés en vidéo et sur cassettes-audio et les messages retransmis aux pèlerins l’après midi, après les prières récitées autour du frêne. Nous insistons sur le fait que ce ne fut pas un choix de Luz Amparo, mais un acte d’obéissance à la Hiérarchie, qu’elle a toujours respectée. Cet acte est un signe évident de son humilité et de son obéissance envers l’Eglise et atteste qu’elle n’est qu’un simple instrument dans les mains de Celui qui lui a donné une mission très singulière: Dieu. Outre le fait de ne plus se rendre au Pré-Neuf, Luz Amparo a choisi la voie du silence, de la simplicité et une vie cachée. Elle parle et elle n’agit que pour rendre gloire à Dieu et à sa Sainte Mère.

Qu’en est-il aujourd’hui?

Le dernier message pour le monde, a été donné en mai 2002. Voici ce que dit Notre Seigneur:

«Il n’y aura plus de message, mais des bénédictions très spéciales seront données ainsi que des marques qui demeureront scellées sur les fronts. Venez à ce lieu, Mes enfants, et vous serez marqués et bénis avec des bénédictions très spéciales».

Bien qu’il n’y ait plus de message, la Sainte Vierge donne toujours sa bénédiction aux pèlerins et à leurs objets le premier samedi de chaque mois. Avec ses anges, Elle scelle les fronts des pèlerins et leur donne d’innombrables grâces.

Les fruits de ces manifestations célestes sont multiples et extraordinaires:

– Des dizaines de familles qui vivent comme les premières communautés chrétiennes;
– 70 jeunes filles environ qui sont devenues religieuses réparatrices et se dévouent sans relâche auprès des vieillards nécessiteux;
– Une communauté de vocations sacerdotales: elle a déjà donné 5 prêtres et un diacre… On compte actuellement sept séminaristes qui sont dans des grands séminaires;
– Des dizaines de personnes qui travaillent avec générosité pour cette œuvre.

Tous ces bons fruits témoignent que l’arbre qui les a produits, est bon. Cette œuvre s’étend à d’autres pays comme la France et le Portugal et ce sont des centaines de pèlerins qui accourent tous les mois aux pieds de la Vierge des Douleurs. Nous formulons le souhait que beaucoup de personnes qui ne connaissent pas encore ce lieu, puissent un jour s’y rendre et y trouver la paix, l’amour, et un sens à leur existence, c’est-à-dire Dieu. Et qu’elles puissent affirmer un jour comme St Augustin: «Seigneur, Tu nous as créées pour Toi et nos cœurs sont inquiets tant qu’ils ne se sont pas tournés vers Toi».

Les livres sur L’Escorial

Association Vierge des Douleurs en France
Maison Aïnchartia
B.P. 14
64430 ST ETIENNE DE BAIGORRY  France
05.59.37.41.01
Tél. et fax de l’Association : 05 59 37 92 70 et portable: 06 81 67 00 30
Renseignements: entre 14h et 17 h.
Laisser message et numéro de téléphone.
Présidente: Mlle Marie-Georges Etcheverry
http://apparitionsescorial.free.fr

Site en espagnol avec de belles photos:
http://www.virgendolorosa.com

Vous pouvez commander les livres et C.D. aux Editions du Parvis en Suisse :

Editions du Parvis | Route de l’Eglise 71 | 1648 Hauteville – Suisse | librairie@parvis.ch | Tél.: +41 (0)26 915 93 93

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.