Les fidèles demandent au pape un discours clair face aux attaques du mal

Les fidèles demandent au pape un discours clair face aux attaques du mal 

Afficher l'image d'origine

(Roberto de Mattei « Il Tempo » 14/08/2016) 

Au mois d’août la Maison Sainte-Marthe se vide de ses occupants, mais le pape François passera tout le mois au Vatican, comme les trois dernières années. François a annoncé qu’il renoncera aussi à un rendez-vous pontifical traditionnel, le Congrès Eucharistique National, qui se tiendra cette année à Gênes du 15 au 18 août, mais le 19 août le pape se rendra à Assise, pour célébrer le trentième anniversaire de la rencontre interreligieuse,   organisé par la Communauté de  Sant’Egidio.

Ce n’est pas la Salle de Presse du Vatican qui en a fait l’annonce, mais l’imam de Pérouse, Abdel Qader Moh’d, dans une interview à TV 2000. Le pape Bergoglio sera ensuite en Géorgie et Azerbaijan, du 30 septembre au 2 octobre, avec des orthodoxes et musulmans, puis en Suède, à Lund, le 31 octobre, pour commémorer les 500 ans de la réforme protestante. Les initiatives œcuméniques constituent la boussole de son pontificat, qui semble se proposer pour objectif de construire une plateforme commune entre les religions, avec le risque, signalé par beaucoup, de vider le catholicisme et de favoriser la création d’une « super religion » syncrétiste.

Le déjeuner du 11 août avec 21 réfugiés syriens, tous musulmans, venus en Italie à la suite du voyage du pape dans l’île de Lesbos, s’insère dans cette perspective d' »option préférentielle » pour les non-catholiques. Une telle stratégie exige la négation de l’existence de guerres de religion. Et pourtant l’Eglise souffre de persécutions dans le monde entier.

Mgr Dominique Lebrun archevêque de Rouen, a exprimé son intention d’ouvrir un procès de béatification qui mène à la reconnaissance du martyre du père Jacques Hamel, tué « en haine de la foi », comme tant de chrétiens de notre époque.

Une parole d’approbation arrivera-t-elle de Rome ? Un signe de soutien parviendra-t-il à l’égard des trois évêques espagnols cités en justice pour avoir critiqué la loi qui promeut la transsexualité, qui vient d’être approuvée à Madrid ? L’Observatoire espagnol contre la   LGBTphobie a dénoncé l’évêque de Getafe, Mgr Joaquin Maria López de Andújar, son auxiliaire José Rico Pavés et le titulaire du diocèse d’Alcalà, Mgr Juan Antonio Reig Pla pour « incitation à la haine et à la discrimination envers la communauté homosexuelle ».

Mais le pire n’a pas de limites. Une messe noire publique a été organisée par un groupe sataniste américain et autorisée par les autorités locales, le 15 août, au Civic Center d’Oklahoma City. L’archevêque de la ville, Mgr Paul Coakley, a exhorté les fidèles à demander l’intercession de Saint Michel Archange, de la Vierge Marie et de tous les anges et les saints « pour que le Seigneur prenne soin de notre communauté et nous protège du mal et de ses nombreuses manifestations destructrices et violentes ». Cependant aujourd’hui ce n’est pas seulement un diocèse américain qui subit les attaques du mal, mais toute l’Eglise. Les fidèles désorientés s’adresse au Vicaire du Christ pour lui demander de faire preuve de paternité non seulement envers ceux qui sont loin, mais aussi envers ceux qui sont proches, qui ont plus que jamais besoin de clarté et d’encouragement dans cette tumultueuse situation  historique.

(Roberto de Mattei « Il Tempo » 14/08/2016)

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.