Le monde est sans Dieu, et c’est pourquoi il s’achemine vers la perdition,

7 juillet 2001

La Très Sainte Vierge :

prière, sacrifice et pénitence
Ma fille, me voici encore une fois pour vous accompagner, vous fortifier et vous protéger, mes enfants. Je viens vous demander prière, sacrifice et pénitence, ce que les hommes ont oublié.

Photo miraculeuse au pré-neuf de l’Escorial

Le monde est sans Dieu, et c’est pourquoi il s’achemine vers la perdition, mais les hommes sont aveugles et ne voient pas qu’ils ont perdu toute morale et toute humanité, ma fille, et chacun veut vivre selon sa liberté et se gouverner sans que personne ne le dirige. Mais les hommes s’obstinent, à ne pas le voir.

Je le répète une fois encore, les hommes sans Dieu ne sont pas humains, parce que l’homme a une âme dans son corps, et l’âme appartient à Dieu, mais les hommes ne se préoccupent pas de leur âme. C’est pourquoi je vous demande, priez. Et pourquoi les hommes ne veulent-ils pas que je me manifeste, alors qu’ils sont de jour en jour plus oublieux de Dieu, des sacrements, (notamment) du sacrement de Mariage ? L’homme est semblable aux bêtes sauvages et il ne veut recevoir de secours spirituel de personne. C’est pourquoi je demande une fois encore, prière, sacrifice, pénitence.

Aimez beaucoup l’Église. Visitez mon Fils dans le Tabernacle, parfois il est si triste ! Approchez-vous des sacrements, mes enfants, recevez l’Eucharistie, aimez le Saint Père et priez pour lui. Ne vous relâchez pas dans la prière, mes enfants.

Faire des prières qui viennent du coeur
Faites de bonnes oeuvres, parce que beaucoup de mouvement… Ils ne font que remuer leurs lèvres, mais ils oublient de remuer leur coeur, or, si l’homme ne meut pas son coeur, le mouvement des lèvres ne lui sert à rien.

personne ne veut vivre l’Évangile
Notre Seigneur : Oui, ma fille, il faut beaucoup prier. Que rien ne t’angoisse, ma fille, ni les persécutions, ni les calomnies. J’ai mis cette Oeuvre entre tes mains pour que tu me glorifies ainsi que tous ceux qui en font partie ; parce que le monde me glorifie peu ; parce que personne ne veut vivre l’Évangile, on le trouve rude ; c’est pourquoi il y en a beaucoup qui sont infidèles ; ils veulent être, comme les pharisiens, aux premières places, revêtus d’apparences, mais sans vivre l’Évangile.

Je te demande de corriger, ma fille ; en effet, corriger c’est aimer et dévoiler à beaucoup d’âmes leurs blessures, parce qu’elles ne veulent pas les reconnaître. C’est seulement lorsqu’on essaie de désinfecter la blessure, pour qu’elles ne meurent pas – car il y a des blessures mortelles – et que la blessure les brûle, c’est alors qu’elles s’en rendent compte ; mais leur orgueil et leur superbe, ma fille, les empêchent de reconnaître, et pour cette raison, elles ne veulent pas être corrigées.
Je veux que tous ceux qui appartiennent à cette Oeuvre m’aiment et me glorifient, aiment Dieu par-dessus tout et aiment leur prochain comme eux-mêmes, car c’est ce que l’homme a oublié. Mais certains veulent être glorifiés et non me glorifier. Il n’y en a qu’un qui est votre Seigneur : votre Dieu. Mais il y en a aussi, ma fille, qui se dévouent à la mesure de leurs forces, me louent et me glorifient ; ils se laissent corriger, car ceux qui font ma volonté sont ceux qui me plaisent.

Mais ceux qui ne pensent qu’à eux-mêmes, aux leurs, sans se souvenir de celui qui leur tend la main ; pour l’aider, le protéger…

L’amour, mes enfants, est la monnaie la plus grande pour atteindre le Ciel et parvenir à la Patrie céleste.
Une âme glacée ne sert à rien même si elle remue beaucoup les lèvres, c’est un pain de glace, car si elle n’a pas l’amour, ses oeuvres ne me servent de rien, ma fille.

L’homme a été crée pour aimer : pour aimer son Créateur et ses créatures ; c’est pourquoi je veux que vous vous consacriez corps et âme aux pauvres et aux nécessiteux.

Et malheur à ceux qui ne pensent qu’à eux-mêmes et aux leurs ; à ceux qui remuent les lèvres sans exercer leur coeur, à ces pharisiens qui ne viennent pas au secours des pauvres !

Vous qui appartenez à cette Oeuvre, consacrez-vous-y corps et âme, apportez-lui votre aide, afin qu’elle s’étende dans tous les coins du monde. Ne convoitez pas les premières places où tout le monde puisse vous voir ; cachez-vous lorsque vous faites vos oeuvres, que personne ne vous applaudisse, et n’écoutez pas les flatteries. Cela plaît beaucoup à certains, mes enfants, mais ces paroles sont vides de Dieu, remplies de l’esprit du monde, d’orgueil et de vanité. Tuez votre orgueil, soyez humbles et mettez à profit tant et tant de grâces que vous recevez, mes enfants. Je vous promets que tous ceux qui collaboreront avec les pauvres et les nécessiteux auront une place dans l’éternité.

Et celui qui aime Dieu de tout son coeur, de toutes ses forces, de ses cinq sens, aime aussi le prochain ; si les hommes échouent en amour, c’est parce qu’ils n’aiment pas Dieu comme il faut l’aimer. Lorsque Dieu les met à l’épreuve, ils rejettent la croix et ils ne veulent pas entendre parler de croix ni d’obéissance car ils veulent faire leur volonté : la liberté des enfants des ténèbres ; car la liberté que Dieu donne à l’homme, c’est pour aimer Dieu et le prochain. C’est pourquoi, une fois de plus, je demande que vos oeuvres soient unies à l’amour de Dieu, et vous gagnerez le paradis. Voilà la monnaie que je donne en échange de l’amour envers les nécessiteux.
Que rien ne t’angoisse, ma fille ; sois humble et fortifie-toi chaque jour davantage en nos Coeurs.

La Très Sainte Vierge : Venez en ce lieu, mes enfants, vous serez bénis et marqué d’une croix.

Levez tous les objets, ils seront tous bénis pour les pauvres pécheurs.
Je vous bénis, mes enfants, comme le Père vous bénit, par l’intermédiaire du Fils et avec l’Esprit Saint.

 

 

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.