Sainte Philomène

O Philomène, petite mais grande dans la foi,

A la couronne de fleurs au divin parfum,

Aux cheveux d’ébène, cascade angélique,

Leurs reflets soyeux miroir de majesté,

Au visage d’enfant que l’âge tendre chérit,

Aux yeux doux, trésor incomparable.

Toi, joyaux si précieux,

Toi, princesse pure,

Toi, vierge si douce qu’un empereur

Aux mille trésors sans valeur,

Comparés à celui des cieux qui te veillaient déjà,

Vers toi tourna son regard cupide,

Et du haut de son palais,

Des basses hauteurs de ce monde,

par un pouvoir sombre,

S’approcha de ton être

Et par de vaines promesses aux fruits empoisonnés,

Tenta de corrompre ta chaste compagnie.

Mais comment une enfant de Dieu

Aux si précieuses vertus,

Aurait-elle pu déshonorer la grâce du Dieu vivant ?

C’est que fut inscrit ton nom dans le cœur de Dieu,

En lequel tu reposes,

C’est aussi qu’il fallait que ta mémoire réchauffe les nôtres.

C’est ainsi que blessé dans son égo,

Ton cruel prétendant aveuglé par la haine,

Te fit captive, toi, icône de liberté,

Dont nous nous plaisons à garder et honorer la mémoire.

Et dans sa folie, après t’avoir glorifié dans de grandes souffrances

A la suite du Christ,

Te fit mourir et t’éleva à sa droite,

D’où tu nous protèges amicalement.

Garde-nous, ô étoile de nos nuits,

Lorsque nos corps affaiblis sont les plus vulnérables,

Dans le repos et la confiance,

Derrière la Sainte Croix et l’augure de la Colombe Bienheureuse.

Garde-nous de toute souillure et préserve notre foi,

L’innocence de nos enfants,

La paix de nos familles,

Le salut de la Saint Eglise,

De notre patrie,

Et des âmes qui nous sont chères ;

Soulage celles qui souffrent,

Préserve les innocentes et guide vers Dieu celle qui sont égarées.

***

Auteurs  : Nicolas Contamine et Olivier Valette.

***

Petite épouse du Sauveur,

Visage et voix de l’Eglise au printemps de sa vie,

Fleur qui repose, immortelle,

Sur le cœur de Dieu.

Toi la Colombe dont le nom porte le mystère

Plus haut que les Cieux,

Toi qui l’inclines vers nous d’un regard,

D’un soupir,

D’un battement de tes ailes.

D’un battement de ton cœur,

porte vers lui nos prières,

Toi dont nous admirons et célébrons l’innocence et les précoces vertus.

Obtiens-nous un cœur pur,

Affermis nos esprits dans la foi, l’espérance et l’amour.

Que le Dieu qui a jadis gardé ta virginité et ta foi,

Sans souillures,

Nous donne faim de sa Parole et des Sacrements de la vraie foi.

Nous connaîtrons alors la vraie joie,

la Vérité qui rend libre :

Jésus-Christ,

Lui, qui avec le Père et le Saint-Esprit,

vit et règne pour les siècles des siècles.

Amen !

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.