Ouvrez les églises pour que les âmes puissent faire des visites au Prisonnier.

La Très Sainte Vierge : Me voici, ma fille, comme Mère des Douleurs, comme Mère des pêcheurs.

Les hommes se moquent de mes paroles et de mes messages, mais malheur à ceux qui en font une occasion de moquerie, au lieu de se repentir et de tourner leur regard vers Dieu ! Mon Nom, ils le foulent aux pieds, et ils se moquent de mes paroles.

Une fois de plus je me manifeste, non pas pour dire quelque chose de nouveau aux hommes, mais pour ouvrir les oreilles des sourds et les yeux des aveugles. Ils ne veulent pas écouter la doctrine, et elle est pour eux prétexte à rire et à moquerie. Et ils disent, mes enfants : pourquoi tant de messages ! Ne voyez-vous pas, serviteurs inutiles, que le monde est aux mains de Satan, que vous faites les sourds et les aveugles, et qu’une mère vient rappeler à ses enfants le danger qu’il y a dans le monde ?

Combien de fois vous ai-je dit, mes enfants : mes messages vont s’achever ? Mais les hommes ne changent pas. Et combien de fois une mère dit à ses enfants : « Mes enfants, je ne vous avertis plus ! ».

Or, voyant que son enfant est engagé dans la perdition, la mère continue à l’avertir du danger qui le guette. Et bien, c’est ce que je fais, comme Mère des pêcheurs ; je leur demande de tourner leur regard vers Dieu, parce que le monde ne peut pas s’arranger sans Dieu.

Et vous, guides des peuples, comment pouvez-vous vous moquer de mon Nom et du Nom de Dieu ? Au lieu de vous humilier et de courber l’échine, (cela) vous sert à vous enorgueillir davantage. Qui êtes-vous, pour imposer une limite à Dieu ?

Notre Seigneur : Demande aux prêtres et aux évêques de ne pas se moquer des apparitions

Oui, mes enfants, le Fils du Dieu vivant vous parle et vous dit de ne pas vous moquer des paroles du Ciel, Je vous ai donné le pouvoir de pardonner les péchés, je vous ai oints de mes grâces, et votre mission est d’appliquer la charité sur les hommes, avec tendresse à l’égard des pécheurs, comme un père conseille ses enfants.

Mais quelle sorte de guides des peuples êtes-vous, mes enfants, si vous vous moquez de mon Nom et s’il est pour vous l’occasion de rire avec vos amis ? Jusqu’à quand, mon enfant, dois-je continuer à donner des avertissements ?

Implorez de Dieu le pardon pour les âmes et la lumière pour qu’elles voient ; (priez) aussi pour vous-mêmes, afin de recevoir la lumière pour discerner les dons de l’Esprit Saint. Mes enfants, combien êtes-vous à vous réunir pour détruire, et non pour construire. Ne perdez pas de temps, mes enfants. Soyez un bon engrais pour la terre, afin que des fleurs poussent dans vos coeurs. Ne soyez pas des chardons qui étouffez la semence pour votre orgueil et votre infidélité. Et vous dites encore, mes enfants ; tant de messages !

Vous êtes aveugles. Changez vos vies, mes enfants. Et à ceux que vous voyez suivre le chemin droit et sûr, vous leur faites des crocs-en-jambe, car vous n’entrez pas vous-mêmes dans le Ciel et vous ne voulez pas que les autres y entrent. Combien de fois vous ai-je dit, mes enfants, que celui qui est avec moi ne va pas contre moi. C’est vous qui vous opposez à moi, car vous ne faites pas et vous ne laissez pas faire. Laissez les saints prêtres accomplir leur mission et prêcher l’Évangile tel qu’il est écrit, et ne leur rendez pas la vie impossible. Convertissez-vous, et repentez-vous. Ah, mon peuple, qui ressemblez au peuple d’Israël ! Ah, guides du peuple, qui ne dirigez pas les âmes sur le chemin du salut !

PHOTO MIRACULEUSE DU SAINT ESPRIT

Ne savez-vous pas, mes enfants, que tous ceux qui s’opposent à Dieu reçoivent ce qu’ils méritent ? Étudiez le Coeur de Dieu et vous y trouverez la douleur (causé par) votre infidélité et votre mauvais exemple. Ne soyez pas des fonctionnaires ; soyez des pasteurs d’âmes, mes enfants.

Ouvrez les églises pour que les âmes puissent faire des visites au Prisonnier. Consacrez-vous aux âmes, et vous verrez quelle paix vous aurez à l’intérieur de vous-mêmes. Ah, mes enfants, jusqu’à quand Dieu doit-il vous avertir. Vous dites : comment Dieu peut-il se manifester aux hommes ? Ne donnez-vous donc pas à Dieu des motifs de lancer des avertissements ? L’infidélité à Dieu est grave, mes enfants.

Venez, mes enfants, réfugiez-vous dans mon Coeur ; aussi graves que soient vos péchés, plus grande est ma miséricorde. Mais courbez la tête et ne soyez pas orgueilleux, mes enfants. Je me manifeste aux humbles, aux incultes, pour confondre les lettres et les puissants. Pourquoi ne laissez-vous pas Dieu oeuvrer ?

Soyez humbles, mes enfants, attirez les âmes, ne les persécutez pas et ne leur lancez pas vos piques. Or vous êtes constamment en train d’enfoncer l’aiguillon. Prenez garde, mes enfants, car l’aiguillon peut fort bien se retourner contre vous. La seule chose que Je veux, c’est que vous changiez.

Appel aux laïcs, aux prêtres, aux religieux

Je lance un appel aux laïcs, aux prêtres, aux religieux ; qu’ils ravivent leur foi, et qu’ils ne se laissent pas entraîner par les passions ni par l’astuce de l’Ennemi. Prêchez l’Évangile tel qu’il est écrit ; ne le transformez pas en métaphore. L’Évangile est toujours le même ; Malheur à celui qui rajoute ou qui enlève quelque chose de l’Évangile, lorsqu’il se présentera devant la Divine Majesté de Dieu ! N’avez-vous pas la crainte de Dieu, mes enfants ? Pour craindre une chose, il faut savoir, mes enfants, que cette chose existe, or beaucoup d’entre vous ne croyez pas à la Divine Majesté de Dieu.

Des foyers, je fais une famille… (Luz Aparo, devant la vision qu’elle a à ce moment, pousse une exclamation et reprend) ; je fais des familles saintes de tous ceux qui veulent accepter ma Divine Volonté. Je lance un appel à tous les hommes, aimez l’Église, mes enfants, confessez vos fautes. Satan est en train de régner dans l’humanité. Ne voyez-vous pas, mes enfants, que sans la prière il n’est pas possible de vivre ? L’âme a besoin de s’alimenter et d’entrer en communication avec Dieu, or les hommes se sont relâchés. Confessez vos fautes, mes enfants, et approchez-vous du Très Saint Sacrement de l’Autel. Faites des visites à Jésus qui est triste et seul ; (faites) des oeuvres d’amour et de miséricorde unies à la prière et au sacrifice. Soyez humbles, mes enfants, et respectez ma Parole. Ne vous en moquez pas, mes enfants, car Dieu fera justice sur vous tous.

Et vous, prêtres saints, avancez sur le chemin droit de l’Évangile, et ne vous laissez impressionner par rien, ni par personne. Portez le signe distinctif du prêtre, mes enfants ; aujourd’hui on ne reconnaît pas les prêtres parce qu’ils ne portent aucun signe distinctif. Quelle tristesse de voir qu’ils relèguent dans un coin leur vêtement sacré ! N’en ayez pas honte, mes enfants ; ce vêtement est un frein pour vos vies.

La Très Sainte Vierge : Mes messages seront très courts ; en effet, je vous l’ai déjà dit, tout ce que j’ai annoncé s’accomplira ; comme vous le savez, beaucoup de ces annonces se sont accomplies, et d’autres restent à accomplir.

Mais je rappellerai la pénitence et la prière, parce que les hommes, mes enfants, oublient les obligations de chrétiens. Et ils se demandent pourquoi je me manifeste ! Alors que Dieu est oublié, et qu’aujourd’hui les hommes ne se souviennent plus des sacrements ; ils vivent comme des animaux, tous ensemble, sans éprouver le besoin des sacrements. Et vous dites que le monde va bien, mes enfants ! C’est pourquoi je viens vous ouvrir les yeux et les oreilles. Il y a de nombreuses années déjà que je suis venue vous avertir et vous avez persisté dans votre surdité et votre aveuglement. Humilité, prière et sacrifice ; aimez l’Église ; prêtres et laïcs, respectez les évêques ; approchez-vous de l’Eucharistie et du sacrement de la Pénitence ; laïcs, aidez les prêtres et priez pour eux ; soyez humbles pour reconnaître vos fautes.

Tous ceux qui viendront en ce lieu seront bénis et marqué d’une croix sur le front.

Levez tous les objets, ils seront tous bénis pour les pauvres pécheurs.
Je vous bénis, mes enfants, comme le Père vous bénit, par l’intermédiaire du Fils et avec l’Esprit Saint.

LA VOYANTE DE L’ESCORIAL LUZ AMPARO CUEVAS (DECEDEE)

 

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.