Le 22 juillet, première fête liturgique de sainte Marie Madeleine

Le 22 juillet, première fête liturgique de sainte Marie Madeleine

Publication d’une nouvelle constitution apostolique sur la vie contemplative féminine

Apparition du Christ ressuscité à Marie-Madeleine, Fra Angelico, @Musée San Marco (Florence, Italie)

Apparition du Christ ressuscité à Marie-Madeleine, Fra Angelico, @Musée San Marco (Florence, Italie)

L’Eglise fêtera cette année sainte Marie-Madeleine au même rang que les Douze apôtres, le 22 juillet 2016. Le même jour, la nouvelle Constitution apostolique du pape François sur la vie contemplative féminine, « Vultum Dei quaerere » (Chercher le visage de Dieu), sera publiée.

Par décision récente du pape François, la « mémoire » liturgique dite « obligatoire » de sainte Marie-Madeleine, célébrée le 22 juillet 2016, a été élevée au rang de « fête », comme celles des Douze apôtres. A cette occasion le cardinal Robert Sarah publie une méditation sur « l’apôtre des apôtres », la « première messagère qui annonça aux apôtres la résurrection du Seigneur », dans L’Osservatore Romano.

Le préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements s’arrête sur deux attitudes du « témoin de la divine miséricorde » que fut la sainte, dont le tombeau se situe à Saint-Maximin, dans le sud de la France. Citant la nouvelle préface et les textes de la messe, il souligne chez Marie-Madeleine « l’adoration et la mission ». « Marie Madeleine est le premier témoin de cette double attitude : adorer le Christ et le faire connaître », explique-t-il.

« C’est l’amour qui caractérise la vie de Marie-Madeleine », écrit le cardinal : « Un amour passionné ». Cette femme des Evangiles « a passionnément aimé le Christ pendant sa vie, l’a vu mourir sur la croix, l’a cherché lorsqu’il gisait dans le tombeau et fut la première à l’adorer, ressuscité d’entre les morts ». De même, ajoute-t-il, « c’est l’amour qui doit caractériser notre vie de chrétiens », car « l’unique programme valide pour l’Église » est de « chercher le Christ pour l’aimer et pour le donner aux autres ».

Marie-Madeleine, poursuit le cardinal Sarah, « rappelle la nécessité de retrouver le primat de Dieu et le primat de l’adoration dans la vie de l’Église et dans la célébration liturgique », la nécessité « de donner la première place à Dieu ». Il s’agit, explique-t-il, « de centrer notre vie sur le Christ et sur son Évangile », sur « la volonté de Dieu, en nous dépouillant de nos projets pour pouvoir dire avec saint Paul : ‘Ce n’est plus moi qui vis mais le Christ qui vit en moi’ (Ga 2, 20) ».

Au jour de la fête de sainte Marie-Madeleine, la Constitution apostolique du pape François,

Vultum Dei quaerere (Chercher le visage de Dieu) sur la vie contemplative féminine, sera publiée. Ce document a été annoncé par le Saint-Siège deux jours plus tôt. Durant l’Année de la vie consacrée – conclue en février dernier – la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique avait en effet demandé au pape d’écrire une nouvelle constitution pour régir la vie des moniales contemplatives, la dernière, Sponsa Christi, datant de Pie XII (1950).

Avec une traduction de Constance Roques

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.