Aller vers l’éternité…

Aller vers l’éternité – 02.09.2012 –


 « Bien chers frères et sœurs,

En tant qu’être vivant vous avez un corps de chair, qui avec le temps s’altère et meurt. Il en est ainsi pour toute la Création. Un fait est certain, tous les hommes rejoignent l’Au-delà, chacun à leur tour. Ils pensent que c’est pour bien plus tard et cette pensée les rassurent. Mais quand vous quitterez ce monde, après cette vie vous en avez une autre, si magnifique et extraordinaire, que vos sens ne peuvent imaginer.

Prenez un livre, considérez que la préface représente votre vie actuelle sur terre et que la totalité des textes évoque l’éternité. Donc pour vous, il est encore temps de vous préparer à cette éternité en brisant tout ce qui est orgueil, avarice, impureté, envie, colère, gourmandise et de cette paresse qui vous maintient et même vous enfonce dans le péché.

Quand vous paraîtrez devant le Seigneur Dieu, vous entrerez dans Son intimité, dans Son Amour, vous confesserez votre vie, tout le temps perdu et vous aurez l’infini regret de ne pas avoir toujours apporté l’espérance et le bonheur à votre prochain. Vous en serez dédommagés par le feu d’un amour purificateur, car vous ne sauriez refuser le Purgatoire pour entrer pleinement dans l’amour de Dieu.


Entre l’éternité et votre vie présente aucune comparaison n’est vraiment possible. Contrairement à l’éternité, dans votre vie actuelle, à côté des joies vous subissez également des souffrances, par contre dans l’Au-delà, ce sera un bonheur sublime toujours renouvelé, mais après un temps de purification nécessaire.


Quand vous retrouvez une personne que vous aimez, quelle joie ! Et bien cette personne que vous aimez est bien le Seigneur Dieu. A cet effet, il est fort logique que vous fassiez des efforts en vivant le plus possible en sa compagnie et cela, par des prières, par la sainte Eucharistie et par un bon et exemplaire comportement vis-a- vis d’autrui.

Dans la vie éternelle, vous n’épousez pas et vous ne serez pas épousé, l’amour exclusif laisse place à un autre amour. Dans ce pur amour vous vous réjouirez de la beauté des êtres. Leur amour mutuel est plus grand que le plus intense des amours de la terre. Toute la dimension de la possession laissera la place à la contemplation. Je vous dis tout cela pour que vous ne craigniez pas de vous ennuyer au Ciel, et aussi, pour qu’à travers ce que vous vivez aujourd’hui, vous appreniez à aimer d’une façon vraiment éternelle. Autant commencer dès à présent, c’est plus prometteur.

Méditez le grand Commandement que le Seigneur Jésus vous donne : « Aimer Dieu de tout son cœur et son prochain comme soi-même. » Comprenez que le bonheur du Ciel sera un profond et insondable bonheur, le bonheur d’aimer et d’être aimé très intensément. Sur terre, il vous semble que le sommet de l’amour est l’union de l’homme et de la femme, ce qui vous donne la grâce d’avoir des enfants, mais au Paradis, vous ne vous mariez pas car vous serez comparables aux Anges dans les Cieux.

Avec toute votre famille de Ciel, sous la lumière du Père éternel et tout l’amour du Seigneur Jésus et de la Sainte Vierge Marie, je vous béni, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Jean, votre messager d’Espérance »

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.