Vassula : J’appelais mon ange, il ne prononça qu’une parole: «Prie!»

J’appelais mon ange, il ne prononça qu’une parole: «Prie!»

Vassula 

Dans son dernier livre autobiographique, Le Ciel existe, mais l’Enfer aussi, Vassula évoque des épreuves que le Malin lui a fait subir. N’oublions pas que nous sommes tous impliqués dans cette lutte contre les forces du mal et que la délivrance vient avec la grâce donnée dans la prière.

J’ai très rapidement vu que j’avais un adversaire déterminé à veiller à ce que je ne franchisse jamais la ligne d’arrivée…
L’expérience du mal dans mes jeunes années était pâle en comparaison de ce que j’étais sur le point de connaître. J’étais soumise à un cours intensif dans le domaine du surnaturel, et son côté sombre allait maintenant se manifester…
Le pouvoir de dissimulation du diable est son arme la plus efficace. On ne peut l’apprendre que par expérience personnelle, et c’est une raison de plus pour laquelle j’écris ce livre.
Chaque faiblesse naturelle qui peut mener aux régions des ténèbres est comme un aimant qui peut attirer le démon vers nous. Satan est également un stratège capable d’user de nombreuses méthodes pour nous faire baisser la garde.
Trop souvent, Satan utilise des personnes à ses buts. A partir de rien du tout, il peut produire un acte d’accusation pour ruiner complètement celui qu’il veut frapper. Mais ce n’est pas tout: un de ses actes les plus malicieux est de suggérer à l’âme dans son «sommeil» toutes sortes d’idées qui amènent l’âme à un état d’agitation et de trouble total, arrachant toute paix à cette âme. C’est pourquoi nous devons rester vigilants et ne pas lui permettre de nous trouver endormis.

 

La Tentation du Christ, de Jacob Cornelisz van Oostsanen

 

Je n’essaie pas de vous faire peur. Je ne fais que partager mes propres expériences, afin que vous puissiez apprendre, comme je l’ai fait, à vous protéger du démon, en comptant sur la puissance de Dieu, qui est de loin plus grande que celle du démon, comme je l’ai dit précédemment.
Depuis mon enfance, le diable s’était manifesté à moi de différentes manières. Non seulement j’ai eu des visions répétitives de mains essayant de m’étrangler, mais j’ai également vu plusieurs fois un gros chien grondant avec des yeux rouges, prêt à foncer sur moi et à me mettre en pièces.
D’une manière ou d’une autre, le démon doit avoir compris que Dieu avait pour moi un dessein spécial. Mais avant la période actuelle de ma vie, je n’avais jamais pleinement compris combien le diable est puissant, et à quel point lui et ses démons sont constamment à l’œuvre autour de nous.
Maintenant que j’ai accordé à Dieu la reddition de ma vie, je suis devenue une menace pour les forces du mal, comme toute personne qui suit Dieu. C’est comme si, de l’Enfer, une sirène se déclenchait dès qu’une personne se tourne vers Dieu, et cette personne est dès lors dans le radar du démon. Pourquoi? Parce qu’une personne sainte peut changer le monde et contrecarrer beaucoup des plans du démon.
Et ce fut ainsi que, peu après mes rencontres avec mon ange et ma reddition à Dieu, tout l’Enfer s’est déchaîné – littéralement.
Satan m’attaqua de toute sa fureur.
Tandis qu’il s’approchait de moi, ce que je ressentis était exactement le contraire de l’approche de Daniel. Lorsque Daniel1 était venu à moi, je ressentis de la joie et de la paix lorsqu’il me dit «Dieu est près de toi et Il t’aime.» Mais maintenant que c’était Satan qui s’approchait, j’ai immédiatement senti de la haine et de la cruauté et j’ai entendu sa voix âpre hurler «Dehoooors!»
Je supposai qu’il entendait par là que je m’en aille, et qu’il voulait dire par là que je devais cesser de parler avec mon ange Daniel et avec Dieu. Je ne savais pas grand-chose sur le démon, mais la malveillance de sa voix âpre ne faisait aucun doute. C’était terrifiant. Sa présence me faisait tressaillir. J’éprouvais les plus horribles sentiments d’épouvante, me glaçant de peur, et la lourde pesanteur du mal autour de moi s’accompagnait d’une affreuse odeur de soufre emplissant l’air.
Le grondement du démon sonnait plus comme celui d’un animal sauvage que d’une personne humaine. Il se répercutait et, pour la première fois, de ma vie, je sentis un courant glacé remonter du bas de mon dos jusqu’à ma tête. J’ai cherché en moi Daniel et Dieu, mais ils semblaient s’être retirés.
Puis la voix retentit à nouveau: «Dehoooors! Loin d’ici, sorcière! Vas-t-en, sinon le feu de l’Enfer fera le reste.»
Rassemblant toute mon énergie, et appelant Dieu en mon âme, je répondis ce simple mot: «Non!», signifiant que je ne me retirerais ni de Daniel ni de Dieu. Le démon me cria que j’étais maudite et que mon âme était damnée, et il continua de hurler des obscénités tandis qu’il prenait la forme d’un fou, m’insultant et me tourmentant.
Il m’accusait de toutes sortes de maux. (J’ai appris plus tard que le démon porte un autre nom: l’«accusateur», parce qu’au Jugement Dernier, il nous accusera de chaque péché que nous avons commis, tandis que Jésus nous justifiera.) Tout comme Dieu est tout amour, toute compassion et toute compréhension, le démon est exactement le contraire. Alors qu’il m’attaquait, ses insultes étaient si puissantes que je crus perdre l’esprit.
De telles attaques se produisaient durant le jour et également, plus redoutablement, durant la nuit. Il était presque impossible pour moi de dormir. Cela me donnait également l’impression que le démon essayait de presser tout mon souffle hors de mon corps, comme si un aigle avait planté ses serres dans mon estomac, s’y agrippait et essayait de m’étouffer. C’était une sensation physique très réelle. Alors que ce tourment continuait, je commençai à pleurer, et le démon se moqua de moi avec mépris en disant: «Cesse d’arroser tes plaies!»
Au-dessous de cette horreur absolue, je sentais que, au-delà de ma lutte, il y avait une autre grande bataille qui se déroulait entre le démon et mon ange Daniel, qui combattait fermement à ma place. Je savais que sans cette aide surnaturelle, je n’aurais pas survécu. Je commençai à appeler mon ange, et il ne prononça qu’une seule parole: «Prie.» Alors, je priai de tout mon être, implorant Dieu qu’Il m’accorde son aide.
Finalement, après un certain temps, la bataille prit fin. Le démon cessa ses attaques et je fus capable de goûter une paix de quelques jours. En ces moments tranquilles et pacifiques, je commençai à penser combien mon ange gardien Daniel était important. Je savais qu’il combattait pour moi, restant à l’écart, comme un bon ami, prenant soin de moi, et me protégeant. Et j’avais besoin de cette protection parce que le démon n’abandonne pas facilement et il préparait de nouvelles et différentes attaques.
D’abord, le démon tourna son attention vers ma famille…
Le Ciel existe, mais l’Enfer aussi, page 47 ss.

Note:
1.    Voir «Mon Ange Daniel»

 

 

 

 

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.