Luz Amparo nous parle du purgatoire et de l’enfer – Apparitions à l’Escorial

 

Luz Amparo nous parle du purgatoire et de l’enfer

Le purgatoire

La Bénédiction de hier 2/11 a été donnée pour les Défunts car bon nombre d’entre eux ont quitté hier le Purgatoire. J’ai vu une multitude d’âmes qui sortaient du Purgatoire. Beaucoup d’autres ont eu leurs peines (dues aux péchés qu’ils avaient commis) abrégées. Si par exemple, elles devaient passer au Purgatoire une période de 20 ans, ce temps a été abrégé de moitié et même davantage. Beaucoup d’âmes sont sorties en bandes. J’ai vu comme des papillons avec une grande lumière et elles formaient de grandes bandes. Vous ne pouvez vous imaginer la grandeur des grâces que reçoivent ces âmes, et comme elles sont désireuses d’être délivrées (du Purgatoire) et lorsqu’elles voient la Sainte Vierge, car c’est Elle qui descend avec les Anges les chercher, rien que de La voir, elles sont très heureuses. Ce que font Notre Seigneur et la Sainte Vierge est grandiose. Pensez que le Purgatoire est une sorte d’Enfer, mais avec l’Espérance. Les peines du Purgatoire sont très semblables à celles de beaucoup d’Enfers. Et en raison des grâces spéciales que la Sainte Vierge accorde, comme hier, j’ai vu qu’elles sortaient en bandes, sous la même forme que les papillons mais avec un éclat extraordinaire. Ce sont des multitudes d’âmes qui sont sorties. Beaucoup d’autres ayant eu leurs peines diminuées, il ne leur reste que peu de temps à passer au Purgatoire.

Au Purgatoire, les âmes souffrent et sont dans un état qui est comparable à celui de l’Enfer. Le fait de manquer de la présence de Dieu est la souffrance la plus grande et qui vous tourmente le plus. Mais au Purgatoire, il y a un mince rayon de lumière, et il y a l’Espérance. Par ailleurs, la Sainte Vierge vient visiter les âmes. Ces âmes leur donnent une grande joie, car même si elles souffrent, elles ne ressentent pas ce tourment aussi intensément. Ce rayon de lumière et les visites de la Sainte Vierge les soulagent tellement que la souffrance n’y est pas aussi profonde qu’en Enfer. Au Purgatoire, malgré les peines que les âmes éprouvent et les fautes qu’elles doivent purger, elles sont heureuses. Elles demandent toujours des prières pour pouvoir le plus tôt possible jouir de la présence de Dieu.

Question: Y a-t-il plusieurs niveaux au Purgatoire?

Oui. Il y a plusieurs niveaux au Purgatoire. Chaque âme passe par le purgatoire qu’elle mérite, selon les péchés qu’elle a commis; c’est le châtiment, car il n’est pas juste qu’une âme qui n’a commis qu’un seul péché soit en train de payer pour des péchés qu’elle n’aurait pas commis. Si on a péché par la bouche, c’est la bouche qui est châtiée; si on a péché avec les pieds, ce sont les pieds qui vont être châtiés; si on a péché avec les mains, les mains seront châtiées. Ce sont les membres qui ont offensé Dieu qui sont punis. Celui qui a commis beaucoup de péchés demeurera plus longtemps en souffrance au Purgatoire que celui qui a moins péché. Je vous ai déjà souvent dit qu’il fallait faire dire une chaîne de Messes pour un défunt, on soulagerait l’âme et elle souffrirait moins. Par exemple vous vous assemblez à plusieurs personnes et vous décidez : de 9h à l0 h une Messe; de l0h à 1lh une autre Messe et ainsi de suite, l’âme purge ses fautes mais elle ne souffre pas. Ceci est valable pour un défunt en particulier comme pour les âmes du purgatoire en général. Ces Messes soulagent le défunt ou les âmes du purgatoire. Ou encore une aumône, car une aumône aussi peut couvrir les peines de cette âme. Elle paie sa faute dans le purgatoire, mais elle ne souffre pas.

 

Les souffrances des âmes du Purgatoire

« Dans une autre partie du message, Notre Seigneur parle de la valeur qu’ont les prières pour les âmes des défunts. Beaucoup de personnes ont perdu des êtres chers, et ceux-ci n’ont même pas reçu une prière. Notre Seigneur a voulu qu’un porte-parole de ces âmes s’adresse à nous. Et cette âme en peine dit que leurs familles les aiment beaucoup lorsqu’elles quittent la terre, elles pleurent sur elles, mais elles ne font pas une petite prière pour elles, seulement des larmes et des larmes… Mais ces larmes ne leur servent à rien. Elles se trouvent au Purgatoire pendant des siècles en train de souffrir, parce qu’on ne prie pas pour elles et qu’on n’offre pas pour elles de saintes messes.

 

Je vais raconter ce que j’ai vu à une autre occasion. J’ai vu comme si beaucoup d’âmes avançaient sur un chemin; les unes allaient très vite et d’autres marchaient très difficilement; elles avaient des vêtements très pesants, des sortes de couvertures, elles ne pouvaient presque pas se mouvoir et elles restaient en arrière. J’ai demandé alors pourquoi ces âmes avançaient si lentement. Elles pleuraient et disaient que les larmes leur donnaient encore plus de tourments. Les vêtements qu’elles portaient étaient imprégnés de larmes de sorte qu’ils s’alourdissaient, et elles ne pouvaient pas arriver au paradis à cause du poids de ces vêtements si lourds. Elles pleuraient et s’écriaient: à quoi servent les larmes si ce n’est à nous tourmenter davantage encore. Ce qui nous est utile, ce sont les prières, les sacrifices, la charité. La charité surtout est très utile aux âmes: offrez vos actes de charité pour les pauvres de la terre, mais en même temps pour ces pauvres âmes souffrantes du Purgatoire, qui sont dans l’attente d’une petite prière, d’un acte de charité, d’un sacrifice, ou surtout de l’offrande du Sacrifice d’une sainte messe. Elles réclament des prières parce qu’elles désirent se libérer de si grands tourments. Et le message le dit bien: le plus grand tourment de la terre, c’est le plus petit tourment du Purgatoire. Considérez comme nos plus grandes souffrances de la terre, que ce soit des souffrances physiques ou morales, sont terribles pour nous, au point qu’il nous semble que nous ne pourrons pas résister à ces douleurs. Eh bien, ces terribles souffrances correspondent aux plus petits tourments du Purgatoire. Ce sont les mêmes tourments que ceux de l’Enfer, la seule différence, c’est qu’on a l’Espérance d’en être délivré un jour. Ce qui donne le plus d’angoisse et de tristesse à ces âmes, ce qui produit ce tourment si terrible, c’est qu’elles ne voient pas Dieu. Leur tourment est d’autant plus grand qu’à la mort s’ouvrent les puissances de l’âme, l’entendement, la mémoire et la volonté. Ce n’est pas notre cas à nous maintenant, qui ne voyons pas Dieu, qui ne Le connaissons pas tel qu’il est. Et nous restons tranquilles et sereins alors que nous devrions véritablement désirer connaître Dieu parce que c’est la chose la plus belle et la plus grande que l’être humain puisse avoir. J’ai vu ensuite d’autres âmes qui remerciaient pour les prières et les actes de charité que l’on faisait pour elles. Elles disaient: Merci, merci, vos prières, vos actes de charité accomplis pour nous, nous font tant de bien. Nous ne pouvons pas vous dire autre chose que: Merci! Merci! Et je les voyais avec des désirs intenses de voler vers le Ciel.

 

On a beau nous dire que le Purgatoire et l’Enfer n’existent pas, le Purgatoire et l’Enfer existent bel et bien. Ce qui est vrai, c’est qu’il y a plusieurs sortes de Purgatoires, pour chaque catégorie de péché que nous aurons commis, et certains seront plus douloureux que d’autres. De même qu’il y a plusieurs sortes d’Enfers, selon les péchés que nous aurons commis. La peine y sera plus ou moins grande. Mais la plus grande peine, c’est d’être privé de la présence de Dieu

Au Purgatoire, nous avons toujours un secours, le secours de ceux qui restent ici sur la terre, et chaque messe que l’on offre, chaque aumône que l’on donne servent à hâter la purification des âmes, et grâce à elles, les peines de l’âme sont atténuées. Mais avez-vous réfléchi à ce qu’est l’enfer?

L’enfer

j’ai vu une partie de l’Enfer. Les âmes souffraient dans les ténèbres et la déformation du péché, et de n’avoir pas voulu se repentir. Elles ne voyaient pas Dieu, et c’était le désespoir. C’était quelque chose de terrible et d’horrible, parce qu’elles ne pensaient qu’à une chose : haïr, se mépriser. Le plus terrible dans leurs souffrances, c’étaient cette obscurité et cette absence de Dieu. Elles avaient comme un mirage de lacs où elles auraient aimé boire, mais en vain. Et ce feu qui les embrasait ! Et pourtant elles ne pouvaient regarder aucune lumière, aucun soleil, parce que rien de taché ne peut voir la lumière. C’est pourquoi les âmes qui sont au Purgatoire ne peuvent pas aller en présence de Dieu jusqu’à ce qu’elles soient totalement purifiées. Alors seulement elles pourront se trouver devant Dieu face à face. Vous ne pouvez pas savoir quelle sensation on éprouve de se trouver devant l’amour de Dieu !

Y a-t’il des enfants en Enfer?

« On me demande s’il y a des enfants en enfer. Oui, il y a des enfants en enfer. La première fois que j’ai eu une impression terrible, c’est lorsque j’ai vu un enfant de 8 ans en enfer. J’ai été troublée pendant quinze jours parce que je ne comprenais pas pourquoi Dieu avait permis que cet enfant se damnât, et je me disais: ce n’est pas possible qu’un enfant de huit ans aille en enfer. Alors le Seigneur m’a dit: « Ma fille, il y a des enfants qui sont déjà mentalement des adultes, et des adultes qui sont de grands enfants. Ne doute jamais de ma justice et n’aie pas de compassion pour les damnés, parce qu’alors tu doutes de ma miséricorde et de ma justice, comme si je n’avais pas été juste avec eux. Ils se sont damnés parce qu’ils l’ont voulu. Il y a des enfants qui sont mauvais depuis la petite enfance. Et beaucoup d’adultes n’ont pas la méchanceté qu’ont certains enfants. Certains enfants sont pervers, ils en viennent même à tuer. Ma fille, ne doute jamais de ma justice »

 

Que dire des Prêtres qui nient l’Enfer?

« Vous me dites que beaucoup de prêtres nient aujourd’hui l’existence de l’enfer et affirment que tous les hommes sont sauvés à cause de la volonté du Christ de les sauver par son Sacrifice. Je réponds que l’existence de l’enfer est un dogme de foi. Faisons attention: nous devons admettre les dogmes de foi que l’Eglise nous présente comme dogmes de foi. Le prêtre qui nie l’enfer rendra compte à Dieu lorsqu’il se présentera devant Lui. Quant à nous, nous devons prier pour lui, ne pas le critiquer. Nous devons prier pour qu’il voie toutes les vérités de l’Evangile. En ce qui nous concerne, nous devons croire à l’Evangile et le suivre. Combien de fois Notre Seigneur ne dit-Il pas: « Allez, maudits, au feu éternel! ». Combien de fois Jésus a parlé de l’Enfer! Le Ciel existe, certes, mais l’enfer aussi, c’est un dogme de foi, même s’il nous est difficile, à nous autres humains, de comprendre comment se réunissent en Dieu sa justice et sa miséricorde. Oui, c’est vrai que le Seigneur est venu pour nous sauver. Mais la plus grande souffrance de Jésus sur la croix, ce fut de voir que malgré ses souffrances et sa mort rédemptrices, Il ne pourrait pas racheter tous les hommes, parce que certains hommes ne veulent pas se sauver. Le Seigneur est venu nous sauver, mais avec la liberté que Dieu nous a donnée, nous pouvons soit nous sauver soit nous damner. Voilà la vérité. Je le répète: ce que nous devons essayer de faire, c’est d’avoir une bonne connaissance de l’Evangile, et une bonne connaissance de Dieu. Nous devons aussi aimer l’Eglise et fréquenter beaucoup les Sacrements. Hélas, il y en a beaucoup qui ne prêchent pas l’Evangile tel qu’il est écrit. Le Seigneur a dit souvent qu’on transforme l’Evangile en métaphores. Et Il dit encore: « Malheur à ceux qui enlèvent des passages de l’Evangile ou ajoutent quelque chose qui n’est pas ce que Dieu a dit, qui n’est pas dans l’Evangile» (7).

L’enfer est aussi une façon de payer ses fautes. Il y a différentes sortes d’enfer correspondant aux différentes sortes de péchés. Si l’on a commis beaucoup de péchés, on se retrouve dans un enfer où l’on souffre beaucoup plus. Si l’on a moins péché, l’on souffre moins. Mais le plus grand enfer que les âmes peuvent souffrir, c’est le manque de la présence de Dieu. En effet, au moment de notre mort, toutes nos potentialités s’ouvrent: notre intelligence, notre mémoire, notre volonté et c’est quelque chose d’horrible de se rendre compte de ce que l’on a perdu. C’est le plus grand enfer qu’une âme puisse avoir. Ici-bas on ne se rend pas compte: je n’ai pas envie d’aller à la Messe, je n’y vais pas; nous ne donnons pas d’importance à ces choses; eh bien je ne crois pas en Dieu; mais au moment de notre mort, toutes les puissances de l’âme s’ouvrent. De telle sorte que nous n’avons pas besoin d’un enfer plus grand, que celui-là; ici-bas celui qui ne croit pas, ne se soucie pas, peu lui importe, çà lui est égal… il continue de vivre pareillement. Mais Dieu permet que les âmes qui sont en enfer se rendent compte de ce qu’elles ont perdu. Et c’est quelque chose d’horrible! Et Dieu leur fait entrevoir les jouissances du Paradis. C’est horrible! Mais ceux qui sont au Ciel ne voient pas ceux qui souffrent en enfer. En effet, Dieu ne permet pas à ceux qui sont au ciel, de voir ceux qui souffrent en enfer. Pour ceux qui sont au Ciel, c’est comme si ces gens (en enfer) n’existaient pas. Mais ceux qui sont en enfer, voient par un rayon ce qu’ils ont perdu. Et cela est un tourment horrible! C’est pourquoi je vous dis: il y a beaucoup d’enfers de même qu’il y a beaucoup de demeures dans le ciel. Mais dans toutes ces demeures célestes, même si c’est une demeure qui est plus basse, l’on voit Dieu et c’est là la plus grande des jouissances. En revanche en enfer, dans n’importe lequel, on souffre parce qu’on a perdu le regard de Dieu. Quant aux âmes qui sont dans le purgatoire, elles sont en train de souffrir leurs fautes, mais la Vierge vient leur rendre visite et elles ont un soulagement.

Elles savent qu’elles ont l’espoir d’aller un jour au ciel. C’est pourquoi elles acceptent avec humilité et joie leur sort, en sachant que Dieu a fait d’elles ce qu’il devait faire. Et elles ne perdent pas l’espoir. Par contre, en enfer, c’est un désespoir terrible. Il y a des pleurs, des blasphèmes, c’est vraiment l’horreur!…

C’est pourquoi, je vous dis que même si on ne parle pas de l’enfer: C’EST UN DOGME DE FOI. L’ENFER EXISTE. Combien de fois dans l’Evangile, il est question de l’enfer:  » Allez maudits, au feu de l’enfer.

Souvent dans l’Evangile, Notre Seigneur nous parle de l’enfer. Maintenant, nous ne devons pas avoir peur. Si vraiment nous sommes enfants de Dieu, et si nous l’aimons de tout notre cœur, comment Dieu n’aurait-Il pas compassion de nous, si nous sommes capables de faire sa volonté. Mais comme je vous le dis toujours, faire la sainte volonté de Dieu et non faire ma propre sainte volonté. Parce que si nous faisons notre propre sainte volonté, nous faisons ce qui nous plaît. Faisons ce que Dieu veut. Et laissons nous faire entre les mains de Dieu, comme un jouet entre ses mains.

L’existence de l’Enfer est un Dogme de Foi

« Il y a dans le message de Samedi tout ce que je suis en train de vous dire. Il y a aussi un appel pour les prêtres, comme pour les laïcs. Qu’ils prêchent l’Evangile avec clarté sans rien cacher de ce qu’il contient. L’Evangile, on ne peut pas y faire des coupes ! Il faut expliquer ce qu’est le Ciel et ce qu’est l’Enfer, parce que l’Enfer, on n’en parle pas. Or, il existe : c’est un Dogme de Foi. L’Enfer existe et cette vérité doit nous servir pour nous améliorer chaque jour. Nous ne devons pas avoir peur parce que l’Enfer existe, car le Ciel existe aussi. Et nous sommes heureux de savoir qu’il existe. Il faut parler des deux. On ne peut parler de l’un sans parler de l’autre. Quand on demande à Notre Seigneur dans l’Evangile : qui se sauvera ? Il répond : celui qui observe les Commandements. C’est ce que nous devons faire : mettre en pratique les Commandements de Dieu. »

 

Quant à l’Enfer, j’en ai fait l’expérience. On ressent une agonie, une douleur, une angoisse, une oppression terrible ! Et c’est quelque chose de constant ! On ne trouve pas le bonheur. C’est un tourment constant. C’est une angoisse constante. Le tourment le plus grand pour les âmes, c’est qu’elles ne voient rien de Dieu, il n’y a pas ce rayon de lumière, il n’y a pas cette Espérance…. Il n’y a pas l’espoir de voir Dieu. Les âmes se maudissent. J’ai vu des scènes de parents et enfants enchaînés : les enfants maudissaient leurs parents parce qu’ils avaient été laxistes et leur avaient consenti tant de choses et les enfants se retrouvaient en Enfer par la faute de leurs parents. A leur tour, les parents maudissaient leurs enfants, et ils étaient tous enchaînés.

Ils leur disaient qu’ils avaient été condamnés à cause d’eux. Ils se maudissaient mutuellement. Et c’était une chaîne d’âmes qui étaient entourées de souffrances, d’angoisses et d’agonie. Ils se rejetaient leur culpabilité les uns sur les autres. Ils reprochaient aux autres d’être coupables. L’un disait : « c’est toi le coupable ». Un autre disait : « Vous autres, les coupables ». Ils maudissaient Dieu. Ce qu’il y a en Enfer, c’est horrible ! C’est une oppression ! On a l’impression de ne pas pouvoir respirer : c’est comme si on avait soif, on voudrait un peu d’eau pour étancher sa soif, on voit l’eau, il semble qu’elle est à portée de main mais on ne parvient jamais à l’atteindre. Et les damnés voient ce qu’ils ont perdu ; plus ils voient et plus ils maudissent. Cependant, ceux qui sont au Ciel, ne voient et ne verront jamais ceux qui sont en Enfer. Dieu ne le permet pas. Mais ceux qui sont en Enfer voient combien ceux qui sont au Ciel sont pleinement heureux. C’est vraiment quelque chose de terrible !

Après avoir quitté ce lieu, j’ai ressenti quelque chose de terrible.

A un autre moment, on m’a montré comment étaient les damnés : l’un d’eux a posé son doigt sur mon front et il m’a causé une brûlure. Et les personnes de mon entourage ont constaté que j’avais été brûlée. Et ce doigt, c’était une braise ! C’est tellement terrible ce qui se passe en ce lieu que je préfère ne pas vous en dire davantage. Alors il ne faut cacher à personne l’existence de l’Enfer. On peut se sauver par amour de Dieu ce qui est la chose la plus belle et la plus grande, mais on peut aussi se sauver par la crainte de ne pas entrer au Ciel. Les prêtres disent souvent que nous sommes tous sauvés…. Mais nous savons que la plus grande douleur du Christ lors de sa Passion fut que, malgré qu’il verse son sang pour nous. Il n’allait pas sauver tous les hommes. En effet, avec la liberté que Dieu nous a donnée, nous pouvons soit nous sauver, soit nous condamner. C’est nous qui devons combattre, nous sacrifier et nous détacher car nous sommes très « matérialistes » et attachés aux choses terrestres. Nous devons penser davantage aux choses de Dieu qu’aux choses humaines. Il est nécessaire bien sûr d’avoir des moyens pour vivre sur terre mais parfois nous devenons comme le Riche (dans l’Evangile : parabole du Riche et de Lazare) : on engrange, on accumule. Et pourquoi ? On n’emporte rien lorsqu’on part pour l’autre monde ! On laisse tout ici-bas ! Soyons de bons administrateurs de nos biens et partageons avec nos frères tout ce que Dieu nous a donné. Ne donnons jamais de notre superflu, mais de notre nécessaire. Mais lorsqu’on touche à cette corde, alors on ne veut rien savoir ! Souvenez-vous, dans l’Evangile, après toutes les explications que Notre Seigneur a données au «jeune homme riche », celui-ci lui a dit : « Tout cela, je le fais ». Et quand Jésus lui dit : « Eh bien, vends tous tes biens, distribue-les aux pauvres et suis-Moi », alors l’Evangile nous dit que le jeune homme riche s’en alla, tout triste, tête basse. Là il ne voulut rien savoir de Jésus. Le jeune homme riche est devenu le mauvais riche « Epulon » dans la parabole du « Mauvais Riche et du Pauvre Lazare », car il est devenu de plus en plus avare, et il a rejeté les paroles que Notre Seigneur lui avait dites. Pensons que c’est l’Eternité que nous perdons le plus souvent alors qu’ici sur terre, nous ne sommes que de passage

Et le plus grand Enfer, c’est précisément de ne pas voir Dieu. Moi je n’ai pas vu qu’un seul Enfer, j’en ai vu beaucoup. Il y a un châtiment qui correspond à chaque sorte de péché que l’on a commis. Cependant, la douleur que l’on ressent en manquant de la présence de Dieu est une si grande souffrance, que c’est là l’Enfer le plus grand.

des âmes qui sont en Enfer, peuvent recevoir des ordres de Dieu: j’ai vu comment des âmes donnaient des avertissements à des parents et leur disaient de ne pas tout concéder et consentir aux enfants. Moi j’ai vu antérieurement qu’il y avait un grand nombre d’âmes qui étaient enchaînées en Enfer à cause du péché que les parents avaient consenti à leurs enfants et les enfants avaient consenti aussi à leurs parents de pécher. Les uns et les autres étaient enchaînés en Enfer. J’ai vu également des Supérieurs de Couvents ou des Supérieurs de Communautés qui n’avaient pas observé les règles e: ne les avaient pas fait observer, et ils étaient enchaînés ensemble en Enfer. Ils étaient enchaînés et se maudissaient les uns les autres.

Il n’y avait que cris et malédictions: les enfants maudissaient leurs parents et les parents maudissaient leurs enfants. Chacun se renvoyait la faute: les enfants disaient à leurs parents: c’est à cause de vous que nous sommes ici, et les parents disaient à leurs enfants que c’était leur faute s’ils se trouvaient en ce lieu. C’est parce que les parents avaient tout consenti à leurs enfants et que les enfants en avaient bien profité, n’ayant pas respecté leurs parents, qu’ils se trouvaient tous en Enfer. Ces âmes dont j’ai parlé auparavant, donnaient des avertissements aux parents en leur indiquant qu’ils devaient élever leurs enfants dans la sainte crainte de Dieu et ne pas leur mettre, comme dit l’Evangile, « un serpent entre leurs mains, ni une bouteille de venin pour qu’ils s’empoisonnent », mais qu’ils devaient les conduire sur le chemin de l’Evangile. Elles disaient que pour toutes ces raisons, beaucoup de parents étaient condamnés.

Frères et sœurs, priez le chapelet à la miséricorde divine tous les jours, repentez-vous, confessez vos péchés à un prêtre, soyez très bon envers votre prochain, faites beaucoup d’œuvres de miséricorde, portez le scapulaire du mont carmel et vous serez sauvés.

(pour info. un jour une âme avait reçu le scapulaire du Mont Carmel et à l’heure de sa mort, elle refusait de le porter sur elle, autour du cou. La sainte Vierge a dit que Satan l’avait emporté en enfer. Si elle avait gardé le scapulaire sur elle, elle serait peut-être au ciel. La Sainte Vierge n’aime pas qu’on méprise le scapulaire quand on l’a reçu.)

Pour commander le scapulaire en France : 0565780195

 

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.